La reine Elizabeth II a donné son accord: son petit-fils, le prince Harry, peut repartir en mission en Afghanistan. Pilote d’un hélicoptère Apache, il aura pour mission de bombarder les positions talibanes.

Le prince Harry devant son redoutable appareil de combat. ©RE

Le prince guerrier vient de passer quelques jours de congé à Majorque, en Espagne, dans la confortable villa  de Ben Branson, le fils du milliardaire britannique et patron de Virgin Atlantic, Sir Richard Branson.  Ensuite, le fils cadet du prince Charles fera… faire son paquetage par les majordomes de Clarence House (on reste prince après tout) et sera en stand by pour repartir au combat. Le prince déclarait ainsi à “Radio Times Magazine”:  « Ma grand-mère, la Reine, comprend mieux que quiconque mon envie de servir mon pays et c’est ce que nous avons choisi de faire avec William et nous continuerons à le faire aussi bien que possible.»

Pilote d’hélicoptère de combat de type Apache au sein de l’Army Air Corps, la  division aérienne de l’armée de terre (British Army) , le prince Harry a été, il y a peu, promu au grade de capitaine. Il a déjà participé à la campagne d’Afghanistan en 2008, parmi les troupes britanniques au sol et a, paraît-il, essuyé le feu ennemi au cours de patrouilles. Cette fois, il devrait prendre un peu de hauteur et aurait pour mission de bombarder à coups de missiles Hellfire (des missiles antichar) les positions talibanes.