La duchesse d’Albe a épousé ce mercredi à Séville l’élu de son coeur, plus jeune de 24 ans. Un “coureur de dot” pour la famille qui affichait, quant à elle, des têtes d’enterrement ! Toutes les photos

La duchesse d’Albe en pleine sevillana maritale ! © RE

 

Ce mercredi 5 octobre dans l’après-midi, l’Espagne était en émoi. Elle a célébré le mariage le plus médiatique depuis l’union du prince héritier Felipe avec Letizia Ortiz en 2004. Le plus étrange aussi, puisque se mariait ce jour la duchesse d’Albe… 85 ans avec un jeunot de 24 ans de moins qu’elle, Alfonso Diez.  Déjà deux fois veuve (d’un ingénieur en 1972 et d’un ex-jésuite en 2000) Maria del Rosario Cayetana Fitz-James Stuart est la people préférée des Espagnols ! Avec sa chevelure frisée, ses liftings aux résultats douteux et le port de bikini à son âge, elle ne cesse de défrayer la chronique. Car l’excentrique et fantaisiste aristocrate, la plus titrée d’Espagne (et d’aucuns disent même du monde) avec une cinquantaine de titres est aussi très riche, avec une fortune estimée entre 600 millions et 3,5 milliards d’euros. Et c’est là que le bât a blessé. Car les six enfants de la duchesse propriétaire de quelque 30.000 hectares de terres dans toute l’Espagne ont vu de belle heure en l’heureux prétendant au coeur de leur mère un inquiétant parasite, un détrousseur de fortune de la pire espèce qui allait les déposséder de leur héritage. Aucun d’entre eux n’a voulu croire une seconde que ce cadre moyen de la sécurité sociale espagnole aime Cayetana “pour ce qu’elle est”, comme il l’affirme, et non pour “ce qu’elle possède”. Tant et si bien que la jeune mariée a procédé au partage de ses biens de son vivant. Certains de ses enfants ont reçu des palais, d’autres tableaux de maîtres (Goya, Velázquez, Le Titien…), des bijoux, des aquarelles (dont une de Charlie Chaplin) ou encore des documents d’archives très rares et sans prix (comme la première carte d’Amérique tracée par Christophe Colomb !) Outre d’avoir le plaisir de vivre avec Cayetana, le jeune marié reçoit d’ores et déjà quelques propriétés. Et dès que son épouse aura gagné l’autre monde, Alfonso Diez se verra aussitôt retirer le titre de “duc d’Albe”, du nom de cette famille prestigieuse de grands d’Espagne, dont le titre régnant et la fonction de chef de famille n’a été occupée qu’à trois reprises par des femmes en 539 ans d’histoire.

Bref ce mercredi, des centaines de gens se sont rassemblés devant le luxueux palais de Las Dueñas (riche demeure andalouse datant des XV-XVIe siècles) à Séville pour acclamer la mariée vêtue de rose, une robe confectionnée par les créateurs espagnols Victorio & Lucchino. Cayetana a eu le dernier mot: “Depuis le début, il a dit qu’il était amoureux, non pas des titres, mais de la femme qui les a”. Un “si” collectif a confirmé cette affirmation.