L’album royal propose 250 clichés inédits et inexploités de la famille royale belge de Léopold Ier à Baudouin. Voir toutes les photos de l’album de la famille royale belge

© Archives du palais royal

Des souvenirs partout, à vous tourner la tête! Dans les rayonnages des Archives du Palais royal de Bruxelles dorment de véritables trésors. Les étagères croulent littéralement sous la masse de documents de tout ordre et, en particulier, de photographies. Et pour cause! Le Royaume de Belgique naissait, en 1830, alors que dans son coin, Joseph Nicéphore Niépce inventait cet art magique qui permet de fixer par l’action de la lumière une image sur un support. La photographie, une invention qui connut un essor sans précédent! Aussi, tous les événements marquants touchant à la monarchie ou à la famille royale belge ont eu la chance d’être figés pour l’éternité sur plaque d’étain, d’argent ou de verre d’abord, sur négatif ensuite, avant, bien évidemment, l’ère digitale. Le cliché historique le plus prestigieux est sans nul doute ce portrait du premier roi des Belges, Léopold Ier, par le grand Nadar!
Léopold Ier par Nadar!
Mais le Palais royal détient une collection de quelque dix mille photographies, tant privées, prises par les Souverains eux-mêmes ou les plus grands photographes du temps (Nadar, Bassano, Van Dyck, Ghémar, les frères Géruzet ou Marchand) ou émanant encore des agences de presse, qui ont tôt pris l’habitude d’envoyer gracieusement au palais des tirages de leurs reportages (c’est encore le cas aujourd’hui). «Si l’on excepte les photos d’agences, nous avons découvert un fonds totalement inexploité de clichés rares dont n’a été établi qu’un inventaire très sommaire», nous explique Oliver Defrance. L’historien et écrivain, déjà auteur de plusieurs livres sur la monarchie belge (Léopold Ier et le clan Cobourg, Les Médicis des Cobourg, chez Racine) s’est associé à Christophe Vachaudez (auteur des Bijoux des reines et princesses de Belgique, id) pour proposer un inédit Album royal. «Notre objectif était de raconter l’histoire de la monarchie belge au travers de la photographie. Nous avons rassemblé, sélectionné et retenu plus de 250 images noir et blanc et couleurs dont 90% sont totalement inédites, qui mettent en avant des traits de caractère des souverains ou les exposent dans des situations familiales ou publiques, mais inattendues.» Comme le futur Léopold III encore enfant pris… chez le coiffeur!
Les taches de rousseur de la reine Astrid
Ce sont aussi des photos officielles… différentes des photos officielles! «Nous avons ainsi retrouvé un portrait de la reine Astrid avant retouches, qui dévoile non pas la peau évanescente, irréelle et nacrée qu’on lui prêtait, mais plutôt couverte de taches de rousseur! On voit aussi les prises de vue évoluer en même temps que les techniques de l’époque. Ainsi, Léopold Ier apparaît toujours figé, en raison des longs temps de pose de cette époque, alors que son fils sera pris en mouvement.»
Ces photographies émanent non seulement de la collection du Palais royal, des albums privés de la Famille royale (le Fonds Léopold III notamment), mais aussi de collections privées. «Ainsi, nous avons été bien aidés par des particuliers pour la période Léopold II, car si la reine Marie-Henriette avait conservé un nombre important de clichés dans des albums, ceux-ci sont partis en fumée lors de l’incendie du château de Laeken en 1890.»
Pourquoi s’arrêter à Baudouin? «Les archives du palais ne sont consultables que pour la période de règne qui précède… le précédent règne! Donc actuellement, nous avons dû nous arrêter à Léopold III. Mais pour les rois Baudouin et Albert, nous avons bénéficié de photos anciennes, d’avant 1960, grâce aux albums de la reine Elisabeth et à des collections particulières.» C’est surtout ce chapitre d’histoire que nous vous dévoilons en primeur dans Le Soir magazine, avec un futur Albert II dans des situations inédites, assis sur une branche du parc de Laeken ou tenant l’archet comme Paganini! Du premier Daguerréotype datant de 1842 aux clichés du mariage de Baudouin et Fabiola en 1960, cet ouvrage propose un voyage temporel fascinant dans l’intimité de nos souverains.

L’album royal, aux éd. Racine, 192 p., 29,95 euros, en vente dès le 20 octobre.