Diane de Schaetzen a vécu une relation avec le fils cadet du Roi dans les années 1993-1995. Pour la première fois, devant la caméra de “Questions à la Une”, elle confirme clairement que le Prince a bien été violent envers elle ! C’est ce qui l’a poussée à mettre fin à leur relation. Découvrez aussi les extraits vidéo les plus chocs de l’émission !

Diane de Schaetzen. ©DR

Les faits se sont produits bien avant le mariage du prince Laurent, et même bien avant sa rencontre avec elle. Cela se passe au milieu des années 90, le fils cadet du Roi, qui multiplie alors les aventures, sort avec une certaine Diane de Schaetzen. Dans une biographie non autorisée du prince Laurent, Thierry Debels développe les faits déjà racontés en leur temps par Noël Vaessen, ex-conseiller du prince Laurent, selon lesquels l’enfant terrible de la famille royale aurait commis des violences sur des jeunes femmes pendant leur relation, ce qui se serait soldé par un séjour à l’hôpital pour une demoiselle ! Vaessen parlait d’une jeune femme de la vieille noblesse limbourgeoise. Debels, quant à lui, avance le nom de Diane de Schaetzen. L’intéressée n’avait jusqu’à présent pas confirmé ces faits. Dans son reportage explosif consacré au prince Laurent et diffusé dans le cadre de “Questions à la Une” ce mercredi soir, notre excellent confrère Frédéric Deborsu a réussi à décrocher l’interview de Diane de Schaetzen (vidéo RTBF) et, la poussant dans ses derniers retranchements, lui a extorqué un ”Ce qui a été dit est vrai”. Il lui demandait si le prince avait bien commis des violences à son égard. Embarrassée, la dame se bornait à répondre: “il n’y a pas de fumée sans feu” avant d’acquiescer finalement: “C’est vrai !”. Contacté également, Laurent de Belgique a refusé de répondre, à quatre reprises, à la même question. Même si la dame a confirmé, le Prince ne peut cependant être poursuivi pour ces faits d’ores et déjà prescrits.

Le Prince a refusé de collaborer au reportage et à répondre aux questions de notre confrère, craignant que ses propos soient contredits dans un montage qui ne serait pas objectif. Frédéric Deborsu s’en défend, nous confiant qu’il était même parti avec un a priori plutôt positif sur le Prince en débutant le reportage, s’attachant à faire un travail à charge et à décharge sur Laurent (son enfance difficile avec des parents très absents dans une famille dévastée par leurs relations extraconjugales). Las, le documentaire, bien plus long et dense que les sujets habituels de “Questions à la Une”, est accablant.

Si le reportage n’apporte pas d’autres scoops que celui-là (sauf de dévoiler l’implication curieuse dans le cadre du voyage princier au Congo (à caractère environemental) d’un avocat d’affaires bien connu à Paris), le fait que la chaîne publique consacre un reportage très ramassé sur tous les gros défauts de Laurent est une première. Laurent et les femmes, Laurent et la vitesse, Laurent et les affaires (louches)/Laurent et l’argent (il rêve d’être milliardaire, mais est aussi déjà un roi de l’immobilier (la ruine qu’il a achetée 630.000 euros sur l’île de Panarea au large de la Sicile vaudrait déjà plus du triple sans rénovations, mais ce chancre empoisonne les voisins) , Laurent et sa radinerie (certes, c’est plus anecdotique mais on apprend qu’il négocie la note dans les restos et évite de payer même… pour un cornet de glace ! (on adore cette séquence hilarante où il empoche un billet de dix euros (vidéo RTBF) en “stoemelinks” !!!)), Bref, toutes les facettes les moins brillantes du prince préféré de la population sont passées en revue. Et ça fait mal !!!

©PN/DR