Les Souverains se sont rendus mardi en fin d’après-midi sur les lieu de la fusillade de Liège, place Saint-Lambert. Ils tenaient à manifester leur soutien aux victimes de Nordine Amrani et à la population liégeoise alors que le terrible bilan est sur le point de s’alourdir.

Le Roi en compagnie de la nouvelle ministre de l'Intérieur Joëlle Milquet. © Photo News

Le roi des Belges est présent dans les grands moments que vit notre pays, mais aussi et bien plus souvent dans les pires. Hier, mardi 13 décembre, peu après midi trente, sur la place Saint-Lambert à Liège, Nordine Amrani a, pour des raisons encore à définir, jeté quatre grenades sur des abribus et mitraillé la foule présente en nombre à coups de rafales d’arme automatique, avant de mourir lui-même dans des circonstances non encore élucidées (suicide par balle ou victime de sa propre grenade ?). Quatre personnes - une femme de 75 ans, deux adolescents et un bébé de 17 mois -, ont perdu la vie, cinq autres personnes sont dans un état jugé très grave (certaines luttent encore pour leur vie) et une septantaine d’autres ont été admis dans différents hôpitaux pour des blessures, sans compter les dizaines de personnes traumatisées par des faits qu’elles ont vécu de près.

S’il est encore trop tôt ce mercredi matin pour annoncer un deuil national qui semble pourtant évident, les autorités ont en tout cas pris les devants. Le Premier ministre Elio Di Rupo, la ministre de la justice Annemie Turtelboom et la ministre de l’Intérieur Joëlle Milquet, qui entament bien tristement l’exercice de leurs nouvelles fonctions, se sont immédiatement rendus sur place dans l’après-midi du drame. Ils ont été suivis peu après par le couple royal. Albert II et Paola tenaient en effet à se rendre sur les lieux du drame et marquer ainsi leur soutien à la population et aux victimes comme ils le font à chaque fois qu’une catastrophe touche nos concitoyens. Au palais provincial qui borde cette désormais tristement célèbre place Saint-Lambert, ils se sont fait expliquer toutes les facettes du drame et dresser le profil du tireur fou dont le groupe Sud-Presse nous apprend ce matin qu’il a tué une autre personne dans un hangar qu’il louait (la femme de ménage de sa voisine) quelques heures à peine avant de commettre sa sanglante fusillade. Le dossier criminel d’Amrani qui a bénéficié l’an dernier d’une libération conditionnelle, a également été abordé devant le Roi et les autorités. Le couple royal a quitté les lieux peu avant 19 h.

Albert II et Paola étaient visiblement bouleversés par cette tragédie. On imagine qu’ils tiendront à rencontrer les familles des victimes dès que ce sera possible. Entre des crises politiques à répétition et des drames humains à vivre à chaque fois au premier rang, on peut voir que le métier de Roi n’a rien d’une sinécure.

Le Roi et la Reine à leur arrivée sur la place Saint-Lambert. © Photo News