Mario Danneels a révélé aux Belges l’existence de Delphine Boël, la fille naturelle du Roi. Il prépare un portrait du prince Laurent !

© RE

Il préfère travailler dans la quiétude des vertes prairies désolées d’Irlande plutôt que sous la pression dans notre Royaume de Belgique parfois si étriqué, surtout mentalement. C’est à Dublin que nous l’avons joint, en plein travail. Chroniqueur pour le “Standaard” et le magazine “Humo”, Mario Danneels achève aussi une biographie sur le prince Laurent à paraître au début 2012 et qui est d’ores et déjà attendue fébrilement sous nos latitudes. Mario Danneels est l’homme par qui le scandale est arrivé en Belgique ! Le journaliste flamand autodidacte compte à peine 18 ans et termine ses études secondaires lorsque son tout premier livre éclate comme une bombe à quelques jours du mariage princier de cette fin de millénaire. En effet, le 4 décembre 1999, l’éternel célibataire qu’incarnait jusqu’alors le prince Philippe doit passer la bague au doigt de Mathilde d’Udekem d’Accoz, offrant à la monarchie belge des perspectives d’avenir, bien loin d’imaginer l’orage qui menace à l’horizon… Las, une biographie de la reine Paola rédigée par un auteur inconnu enflamme l’opinion publique. En fait, de ce portrait bien enlevé et plutôt flatteur que Mario Danneels dresse de la reine Paola, les Belges ne retiendront finalement pas grand-chose. On ne se souvient que d’une ligne, celle qui révèle l’existence d’une fille cachée du roi Albert II. Le nom de Delphine Boël, que Danneels ne précise pas, est bien vite lâché en pâture par les journalistes qui savaient, mais n’avaient jamais osé dire. Un séisme secoue la Famille royale, à tel point que le Roi doit reconnaître publiquement (à mots très couverts cela dit) l’existence de ce passé embarrassant. La boîte de Pandore est ouverte. Depuis lors, les critiques commenceront à s’abattre sur la Famille royale. Dans un premier temps, surtout au nord du pays. Ensuite, l’ensemble de la presse du Royaume surmonte le tabou et ose critique le Roi et ses proches. L’aura de la famille royale a vécu. « Je ne regrette pas d’avoir écrit ce livre. Encore aujourd’hui, lorsque je le prends en main, je n’ai pas à rougir. Il était plutôt bien rédigé pour un auteur de 18 ans, non ? Mais je regrette qu’on ait crié au complt, surtout chez vous les francophones. Vous ne pouviez admettre qu’un gamin ait écrit ça. Il devait forcément avoir trempé dans un complot. On a dit que j’étais d’extrême droite ou d’extrême gauche. C’est vrai que j’ai brisé un tabou. Je ne suis pas fier de l’avoir fait, mais fier d’avoir écrit la biographie la plus vraie sur la Reine. Je referais exactement la même chose aujourd’hui ! »
“Laurent n’a jamais connu l’amour”
Et justement, c’est ce que d’aucuns craignent, puisqu’on sait que l’“enfant terrible de la presse” prépare un livre sur l’“enfant terrible du Palais”. « Ma maison d’édition m’avait demandé depuis longtemps d’écrire un nouvel ouvrage sur la famille royale. Notamment sur le prince Laurent. J’ai hésité. Je n’avais pas envie, à vous dire la vérité. Car il m’apparaissait arrogant et peu sympathique. Et je n’aime pas écrire sur des gens que je n’apprécie pas, car alors la démarche n’est pas honnête à mon sens. » Mais, avant de juger quelqu’un, il faut essayer de le comprendre… « J’ai commencé à interviewer des intimes du prince et j’ai peu à peu acquis de la sympathie pour lui. Même si les témoignages ne sont pas toujours positifs… mais alors pas du tout ! » Mario Danneels dit avoir découvert un être blessé, qui a connu une existence tragique et qui n’a jamais pu surmonter les démons de son passé. « Laurent n’a jamais connu l’amour, jusqu’à sa rencontre avec Claire Coombs. J’ai compris alors beaucoup mieux le personnage qu’il est devenu. Laurent n’a pas eu une enfance facile. Il a été confronté très jeune à l’absence de ses parents et à leurs problèmes de mariage. Il n’a jamais connu une vie de famille, ni même ressenti l’amour de ses parents. Pendant des semaines, lui comme son frère Philippe et sa sœur Astrid ne voyaient pas leurs parents. » Mario Danneels rappelle que le prince Albert habitait alors à Uccle, avec Sibylle de Sélys Longchamp et leur fille Delphine. Une relation qui durera 18 ans. « C’était la vraie famille d’Albert. Paola, quant à elle, vivait de son côté entre Rome et Paris. Elle se rendait souvent en Italie, près de sa mère et de sa famille. Mais elle avait aussi un pied-à-terre à Paris et des amants. Albert De Mun, ce reporter de “Paris-Match” et Aldo Vastapane, l’homme d’affaires bien connu. Elle a fait un effort, mais n’était pas en état elle-même d’éduquer ses enfants, et donc ils se retrouvaient presque chaque semaine dans une famille d’accueil différente, les Solvay, les Didisheim, chez Baudouin ou dans les familles de leurs camarades de classe. »
“Le caractère de sa mère”
« Très jeune, Laurent a compris que Philippe était le préféré, reprend Mario Danneels. Il ne se sentait pas aimé. Il a donc décidé de se faire remarquer pour capter l’attention. Encore aujourd’hui, le prince Laurent est, à 48 ans, un petit garçon en recherche d’amour. Il a toujours été plus colérique que ses frère et sœur. Il tient le caractère de sa mère, développé par l’anxiété de la séparation, la peur de l’abandon. Dès l’adolescence il a donc chassé les filles, bien aidé par les familles de ces dernières, intéressées par le prestige de côtoyer un prince. » Son opinion sur les femmes a changé. « Il a voulu les posséder, être aimé d’elles. C’est, à mon sens, le résultat de ses blessures psychologiques. »
Tout cela, c’était avant le mariage en 2003 avec Claire Coombs. « Cela n’a pas toujours été facile pour Claire, qui ne peut pas faire ce qu’elle veut. On sait qu’il y a six ans, elle a voulu se séparer de Laurent, mais ensuite, elle est tombée enceinte des jumeaux et maintenant cela va beaucoup mieux entre eux. Elle fait tout pour faire marcher son mariage. Lui, il apprécie sa femme, il voit en elle le dernier rempart contre les attaques extérieures et trouve chez elle la stabilité qu’il n’a jamais eue dans sa vie. Il adore aussi ses enfants, épanouis et heureux et se consacre pleinement à eux. »

“Des problèmes d’argent bien dans la famille”
Mario Danneels met la dernière main à son ouvrage. « J’ai voulu dresser un portrait honnête, expliquer pourquoi il est devenu comme il est, un personnage qui n’a pas les pieds sur terre. Je n’ai pas l’intention de lui nuire. Je voulais comprendre ses mécanismes psychologiques, qui expliquent pourquoi il entretient des relations si difficiles avec sa famille, ses proches et les femmes. Cette trahison aussi qu’il a ressentie lorsque son oncle, le roi Baudouin, a fait abolir la loi salique, le reléguant aujourd’hui à la 12e place dans l’ordre de succession au trône, lui qui se trouvait autrefois juste derrière le prince Philippe. » Ce rapport à l’argent aussi, ce désir aussi de devenir milliardaire raconté par nombre de témoins. « C’est très classique chez les gens qui n’ont pas une bonne image d’eux-mêmes de vouloir compenser avec les besoins matériels. Je rappelle aussi que les problèmes d’argent sont récurrents dans la famille royale belge. Le prince régent Albert, la princesse Marie-Christine, mais aussi Albert et Paola, alors princes de Liège, ont souvent eu des problèmes financiers. » Effectivement, ce livre promet. Sans nul doute !