Le jubilé de diamant dominera l’année… sauf si Kate est enceinte ! La reine d’Angleterre célèbre 60 ans de règne et 65 ans de mariage avec le duc d’Edimbourg.

© PN

Aucun doute, 2012 devrait être une année faste pour la monarchie britannique, dans la foulée d’un excellent cru 2011, une annus mirabilis, comme aurait pu dire la Reine, magnifiée par le mariage de son petit-fils, le prince William, avec Kate Middleton, et qui a consacré la famille royale britannique comme la plus populaire du monde! Une année à peine gâchée en cette fin décembre par l’hospitalisation en urgence du duc d’Edimbourg pour une artère coronaire bouchée. Heureusement, le vieux prince Philip, 90 ans, est un dur à cuire. Après quatre jours et la pose d’un stent, il quittait déjà la clinique pour retrouver sa chère liberté! Il a juste loupé la messe de Noël à Sandringham. Damned!
Après le mariage du siècle de 2011 suivi par deux milliards de téléspectateurs sur toute la planète, le triomphe de la monarchie britannique en 2012! À l’automne, la Reine fêtera quelque 65 ans de mariage avec le duc d’Edimbourg (lire par ailleurs), mais le Royaume-Uni célébrera en grande pompe le jubilé de diamant de la reine, 60 ans de règne, pendant quatre jours en juin, juste un mois avant la tenue des Jeux Olympiques de Londres! Ainsi, premier rendez-vous dévoilé du programme des festivités: une armada de mille bateaux descendra la Tamise pour commémorer l’événement le 3 juin 2012! La souveraine britannique prendra place dans une embarcation spécialement construite pour l’occasion, avec des ornements inspirés des vaisseaux des XVIIe et XVIIIe siècles, a expliqué le comité d’organisation, la Thames Diamond Jubilee Foundation. La barge royale descendra le fleuve, suivie d’une flotte de 1.000 bateaux en provenance du Royaume-Uni, du Commonwealth et du reste du monde. Des membres de la famille royale devraient également se trouver à bord de l’une ou l’autre embarcation. Le défilé fluvial s’étirera sur une douzaine de kilomètres. C’est un spectacle inédit depuis le règne de Charles II, il y a plus de trois siècles. «Cette reconstitution historique fera vivre la Tamise, en la remplissant de bateaux, de tintements de cloches, de bruits de cornes et de sifflets, rappelant à la fois son passé royal et l’âge d’or d’un fleuve où régnait une intense activité», a détaillé, Adrian Evans, le grand ordonnateur de l’événement.
La grand-mère du peuple


Montée sur le trône le 6 février 1952, à la mort de son père le roi George VI, Elizabeth II n’a en effet été réellement couronnée que le 2 juin 1953. Après 60 ans de règne, elle apparaît au mieux de sa popularité dans le cœur des Britanniques (en juin 2011, un sondage la créditait de 86% d’opinions positives parmi les Britanniques). Elle semble bel et bien oubliée, l’annus horribilis de 1992, qui avait vu le château de Windsor brûler et trois des enfants d’Elizabeth se séparer de leurs conjoints. Ce qui n’était encore rien face au pire cataclysme auquel a été confrontée la famille: la mort de Lady Diana en 1997 dans un accident de voiture à Paris. Comme le relate l’excellent film The Queen, la famille royale était alors apparue complètement déphasée par rapport à la population et comme insensible à la douleur de ses sujets. Quinze ans plus tard, tous ces problèmes ont été oubliés, enfouis dans la sépulture oubliée de l’icône de l’île Althorp et la reine s’est réconciliée avec ses fidèles sujets. Le 2 novembre dernier, le Times n’écrivait-il pas: «La Reine est devenue notre trésor national»? Avec un bilan fabuleux pour 2011: Elizabeth a reçu le couple Obama, marié son petit-fils, a été fêtée en Australie et a effectué un voyage historique de réconciliation en Irlande. La grand-mère du peuple, comme la qualifie le Times, est déjà, à 85 ans, la souveraine la plus âgée de l’histoire britannique ainsi que celle qui a le plus voyagé, aidée il est vrai par les technologies actuelles. Mais elle est aussi en passe de coiffer son aïeule au chapeau du plus long règne de la reine Victoria, 63 ans, qu’elle battra en 2015.
«La royauté profite à plein de l’ambiance créée par le mariage», analysait Katie Nicholl, chroniqueuse royale au Mail on Sunday. «Kate a apporté du glamour à la famille royale, a renouvelé l’intérêt du public et chacun attend de voir la suite, commentait pour sa part Richard Palmer, chroniqueur royal du Daily Express. Ils se sont délibérément mis en retrait depuis quelques mois, pour ne pas faire d’ombre à la reine», constate-t-il. «Le jubilé dominera l’année… sauf si Kate est enceinte!»