Plus de peur que de mal pour la princesse qui a dérapé sur des dalles humides en sortant d’un théâtre lundi soir après le dîner officiel à Hanoï. Quelques blessures légères aux jambes (dont une grande griffe) pour lesquelles elle n’a pas dû aller chez le médecin. Par contre, dans la journée, la duchesse de Brabant a visité un projet liégeois visant à désengorger les hôpitaux surchargés : la formation de médecins de famille. Elle a aussi rencontré des malades dialysés.

La princesse Mathilde et un patient placé sous dialyse. © Photo News


Au Vietnam, la population qui a besoin de soins ou de consulter un médecin se rend à l’hôpital. « Tous les matins dans cet hôpital de Hanoï, 400 personnes attendent leur tour, explique le Dr Didier Giet. Au grand hôpital de Hô Chi Minh Ville (ex-Saigon), c’est encore pire. Ce ne sont pas moins de 1.200 personnes qui veulent obtenir un diagnostic tous les jours. Résultat : ils font l’objet d’un triage sommaire à l’entrée par des infirmières qui les dispatchent vers le médecin requis. Un docteur qui ne les a jamais vu et ne les reverra sans doute jamais. Car il n’y a pas de suivi médical, encore moins de dossier et à chaque problème de santé, ils reçoivent l’aide d’un praticien différent. » Arrivé sur place un peu par hasard, le docteur Didier Giet découvre la situation un peu effaré. Frère de l’homme politique socialiste bien connu, il exerce en qualité de médecin de famille à Sprimont. « Et c’est justement ça qui fait cruellement défaut au Vietnam. Ils n’ont pas de médecin généraliste de première ligne qui peuvent bien souvent résoudre 80% des problèmes de santé de la population. Au lieu de ça, ils viennent encombrer les hôpitaux qui gaspillent une énergie folle pour soigner des affections bénignes au lieu de se consacrer aux problèmes plus sérieux. »

Une gerbe pour l’oncle Hô

Dans le cadre d’un projet du département de médecine générale de l’Université de Liège que le Dr Giet préside, une dizaine de médecins belges se relaient au Vietnam pour former des futurs généralistes locaux. Ils ont aussi créé une quinzaine de postes avancés, six à Hanoï, 9 à Hô Chi Minh, au cœur des quartiers populaires où les médecins généralistes peuvent pratiquer leur art. La Princesse a été visiblement impressionnée par le travail de ces Belges passionnés qui accomplissent ici un formidable travail. Elle les a chaleureusement félicités. Ce projet était le premier d’une longue série que la Princesse va découvrir toute cette semaine au Vietnam. Pays où elle accompagne son époux, le prince Philippe qui préside une mission économique de quelque 300 participants.  Ce lundi matin, elle l’a suivi dans ses obligations officielles, comme des dépôts de gerbes au Mausolée des Héros et Martyrs de la Nation. Ce mémorial édifié pour célébrer les 40 ans de la bataille de Dien Bien Phu, marque la victoire capitale du Việt Minh contre les Français lors de la guerre d’Indochine, le 7 mai 1954. Le granit blanc qui recouvre le mémorial évoque une immense bougie à la flamme commémoratrice éternelle.

L’autre passage obligé des autorités belges est, dans la foulée, un dépôt de gerbe devant le mausolée de Hô Chi Minh, le grand homme du parti communiste révolutionnaire surnommé l’ « Oncle Hô », fondateur de la République Démocratique du Vietnam  décédé en 1969. Embaumé, le corps du père de la nation est exposé dans un cercueil de verre au cœur de ce mausolée de 22 m de haut en forme de fleur de lotus. Philippe, Mathilde et les ministres ont échappé, si l’on peut dire, à la visite un peu macabre du corps… le mausolée est fermé le lundi. Ce lundi, le Prince est également reçu en audience par le président de la République, Truong Tan Sang, membre influant du Comité du Parti central et du Poliburo, qui a accédé à la fonction suprême en août 2011, ainsi que par le Premier ministre. La vice-présidente du Vietnam, Madame Nguyen Thi Doan, a quant à elle organisé le dîner officiel aux autorités belges. Auparavant, le Prince a assisté à une session académique à l’Université nationale, en compagnie de l’astronaute belge Frank De Winne, fidèle parmi les fidèles du Prince héritier, pour une conférence placée sous le thème de l’espace, de la recherche et des connaissances.  Un échange fort sympathique s’est déroulé avec les étudiants.