Après la série de scandales qui ont secoué la maison royale espagnole, le Roi et la Reine ont pris la décision de ne pas célébrer publiquement leurs 50 ans de mariage.

Le couple royal n'est pas à la fête. © RE

Le communiqué envoyé par le Palais de la Zarzuela est la décision la plus sage possible. Après la série impressionnante de scandales sans précédent qui se sont abattus sur la famille royale espagnole, il est logique que le roi Juan Carlos et la reine Sofia d’Espagne aient pris la décision de ne pas célébrer publiquement et officiellement leurs noces d’or.  C’est en effet le 14 mai 2012 que le couple royal est censé célébrer les 50 ans de cette union célébrée le 14 mai 1962 en l’église Saint Denis d’Athènes. Le pays est en proie à la morosité puisqu’il subit de plein fouet la crise économique, ce qui n’incite pas le palais royal à se montrer dépensier, d’autant plus que le Roi a été amené à présenter ses comptes jusqu’alors restés secrets. Il est vrai que son gendre, Inaki Urdangarin, époux de l’infante Cristina, est accusé  de tremper dans le scandale Noos (détournements de fonds). Dans sa biographie non autorisée La soledad de la reina: Sofía una vida (La solitude de la reine : Sofia, une vie), la journaliste Pilar Eyre dresse du roi Juan Carlos un portrait sulfureux, et révèle même l’existence d’une hypothétique relation avec la princesse Diana ! Mais c’est surtout l’affaire de la chasse à l’éléphant au Botswana qui a fait déborder la coupe. Certes le Roi s’y est brisé la hanche, mais les Espagnols n’ont plus eu beaucoup de compassion lorsqu’ils ont appris que ce voyage privé du Roi était organisé par sa maîtresse en titre et que la chasse coûtait 30.000 euros. Ce qui fait un peu tache pour le président honoraire de WWF Espagne ! Il n’y aura donc pas de célébrations officielles des 50 ans de mariage de Juan Carlos et Sofia d’Espagne, comme cela avait pu être le cas pour leurs noces d’argent (25 ans de mariage).  Mais plus personne n’ignore en péninsule que de toute façon cette union n’est plus que de façade !