Dans “Le pestiféré de Laeken”, Mario Danneels révèle entre autres le vrai CV du prince Laurent : son exil aux États-Unis, son passage dans une université du Renouveau charismatique, ses stages catastrophiques.

© RE

Nous le rencontrons sur ses terres irlandaises, sa nouvelle patrie, son “chez lui” depuis huit ans. Le journaliste belge, correspondant permanent en Eire pour une quinzaine de quotidiens hollandais et un magazine flamand, vit dans une petite commune de la banlieue nord de Dublin, un quartier résidentiel tranquille situé à deux pas de la mer et de falaises à la vue imprenable. Mais ce lundi matin, Mario Danneels est épuisé. Il n’aura guère envie de s’y balader comme il aime à le faire. Après avoir passé une année sur son projet, y avoir consacré des mois de recherches, de vérifications et puis d’écriture, il a passé une toute dernière nuit blanche sur son ouvrage avant d’y mettre un point final. Cette biographie consacrée au prince Laurent, une somme de près de 400 pages, devrait faire du bruit lors de sa sortie le 12 septembre prochain. Son titre ? Pour la version flamande, ce sera “Le pécheur”. Pour les francophones, aux éditions Jourdan, ce sera… “Le lépreux de Laeken”, à moins que ce ne soit “Le pestiféré de Laeken”, l’éditeur hésite encore, mais enfin ce sera un titre de cet impact-là ! « Je veux montrer comment la religion très en cour à Laeken a eu une si grande influence, un si grand impact sur la vie du prince Laurent, qualifié souvent de “rebelle” de la Famille royale. Je veux montrer pourquoi il est devenu comme cela », nous explique l’auteur d’emblée. Treize ans après son premier best-seller, Mario Danneels va refaire parler la poudre.
“Je n’aimais pas Laurent”
Mario Danneels s’apprête d’ores et déjà à recevoir une nouvelle volée de critiques. Son livre à paraître est consacré au personnage le plus médiatique de la famille : le prince Laurent. « C’est une demande de mes éditeurs, dans la foulée de son voyage non autorisé et très polémique au Congo. Dans un premier temps, j’ai refusé. Car, de prime abord, le prince Laurent ne m’intéressait pas en tant que personne. Je ne l’aimais pas du tout ! Et je n’aime pas écrire sur des gens que je n’apprécie pas, car la démarche n’est pas honnête à mon sens. Quand j’ai fait le livre sur Paola, j’avais un certain amour pour elle. Je la trouvais fascinante, intéressante. J’étais captivé. Je ne le suis pas par Laurent. Mais les éditeurs ont quand même fini par me convaincre. Et je dois reconnaître que si ce fut plus difficile d’écrire ce livre, au fil du temps, j’ai commencé à mieux le comprendre en fait. J’ai pu interviewer des proches, des intimes de Laurent et de Claire, qui même s’ils l’aiment beaucoup, sont aussi critiques. Et depuis que je le connais mieux sous toutes ses facettes, ses bons comme ses moins bons côtés, j’ai acquis une certaine sympathie pour lui. Laurent n’a pas eu une enfance facile. Il a été confronté très jeune à l’absence de ses parents, à leurs problèmes de couple. Les enfants n’ont pas eu une réelle vie de famille. Laurent, surtout, s’est senti mal aimé. C’est un être blessé qui, avant Claire, n’a jamais connu l’amour. Toutes ses gaffes, toutes ses errances ne sont qu’un immense cri adressé à son père. Il veut se faire remarquer. Comme le petit garçon à la piscine qui est sur le plongeoir et veut montrer à son père qu’il sait sauter à l’eau ! Mais son père regarde ailleurs… Ce qui ne veut pas dire que Laurent doit rester un rebelle toute sa vie et accumuler les frasques ou les gaffes. Il a presque 50 ans maintenant, il doit pouvoir passer au-dessus de tout ça, non ? Ce ne fut pas facile pour Philippe et Astrid non plus. Mais, eux, ils l’ont mieux surmonté. Enfin, surtout Astrid ! »
Claire, ce trésor !
Mario Danneels voit pourtant du progrès : « Laurent a fini par trouver une stabilité au sein de sa propre petite famille. Il a trouvé, comme le dit son ami le père Gilbert, un “véritable trésor” en la personne de Claire. Le respect que j’ai pour l’épouse du Prince, depuis que j’ai écrit ce livre, est immense. Franchement, il faudrait lui élever une statue devant le palais royal ! Laurent est un bon père, mais pas un mari facile, on le verra dans mon livre. Et Claire Coombs n’a pas choisi la voie la plus aisée en l’épousant. Elle aurait pu avoir une vie tellement moins compliquée ! D’ailleurs, ce n’est pas pour le titre de princesse qu’elle l’a fait – il est douzième dans l’ordre de succession au trône ! –, non, Claire est amoureuse. Lui aussi, d’ailleurs, aime sa femme. Il voit en elle un soutien et le dernier rempart contre les attaques extérieures. Mais les choses ne sont pas aussi simples… »
La religion à la Cour
Dans son livre, Mario Danneels reviendra sur les polémiques récentes qui ont concerné le fils cadet du Roi, comme ses voyages au Congo ou en Libye – « J’ai les témoignages de gens qui étaient avec lui là-bas ! » –, les problèmes d’argent récurrents de Laurent – « C’est courant dans la famille. Je fais le détail de ses aïeux qui en ont eu. Et jusqu’à ses propres parents quand ils étaient princes de Liège. Albert disait alors qu’il n’avait pas de quoi payer un nouveau toit pour sa maison de Châteauneuf ! » –, l’affaire des meubles de la Marine – Danneels est compréhensif : « Laurent a dit qu’on n’avait jamais rien fait pour lui. Il a raison ! Il recevait à peine 75.000 FB par mois. Ce n’est rien quand il s’agit de mener une représentation de Prince. Et on l’a installé à Tervuren dans une villa sans meubles, alors que sa sœur s’est vu construire un splendide château avec piscine, meubles et fournitures payés par la Donation royale ! » Mais surtout, dans son ouvrage, Mario Danneels va remonter à la racine du problème. L’enfance difficile du Prince. Le ras-le-bol de sa famille et surtout du roi Baudouin, qui le bannira de la Cour et l’enverra en exil aux États-Unis. « J’ai comblé les trous mystérieux dans le CV du prince Laurent, sa biographie assez vague établie par le Palais. » Sur ce point, nous pouvons lever un coin du voile en primeur, tout comme sur l’œuvre de grande réconciliation de la Famille royale entreprise par… la reine Fabiola !

Découvrez les extraits du livre à paraître dans Le Soir Magazine de cette semaine.