Somptueux dîner de gala: ces dames ont rivalisé de faste et de luxe avec leurs tiares, diadèmes, rivières de diamants et autres cascades de pierreries féeriques. Quant au menu du dîner de gala, il proposait du bar, des langoustines, du caviar et du pigeonneau farci au foie gras ! Leurs Altesses Royales et leurs prestigieux invités s’en sont pourléché leurs royales “babines” !!! 

 

Crédit: Didier Lebrun/Photonews

Vers 19 H 30 ce vendredi, les jeunes mariés et leurs parents, le Grand-Duc et la Grande-Duchesse accueillaient les prestigieux invités à la cérémonie religieuse de samedi lors d’un très sélect dîner de gala donné au palais grand-ducal. Parmi les convives, on comptait une cinquantaine de représentants des familles étrangères, dont la famille royale belge et la famille royale norvégienne au grand complet, même la reine Fabiola, qui se déplaçait en chaise roulante. Mais aussi l’épouse du roi du Maroc Lalla Salma, la reine Béatrix, la reine Margrethe et son époux le prince consort Henrik, la reine Silvia de Suède, la plupart des couples princiers héritiers d’Europe, de Jordanie, de Roumanie,  et même le prince héritier Naruhito du Japon, Les princes régnants de Liechtenstein, la princesse de Hanovre (Caroline de Monaco), les comtes de Wessex (Edward et Sophie qui représentent la famille royale britannique), les couples royaux de Grèce et de Bulgarie. Mais on s’en voudrait d’oublier les corps constitués de l’Etat, les autorités grand-ducales ainsi que les témoins du jeune couple (le prince Félix de Luxembourg, frère de Guillaume et Don Lawrence Doimi de Frankopan, ami personnel de Guillaume, ainsi que Freifrau Philipp von und zu Bodman (née princesse Blanche de Mérode), amie personnelle de la comtesse Stéphanie et SAS la princesse Louise zu Stolberg-Stolberg, autre amie personnelle de la comtesse Stéphanie), au premier rang des festivités !

Tenues somptueuses, parures magnifiques 

Dîner de gala oblige, les hommes avaient revêtu qui leur habit ou leur uniforme, ces dames étaient en robes de soirée somptueuses (la maison Natan a fait le plein de clients, nous développerons ce point prochainement sur le blog) et avaient sorti les parures les plus étincelantes de leurs écrins respectifs. Mention très bien pour la princesse Mathilde et la princesse Maxima: somptueuses ! A suivre sur ce blog (avec l’aide précieuse de ma collègue Isabelle), les plus belles photos de cet événement prestigieux.

L’accueil s’est fait au palais grand-ducal, où une partie des invités ont dîné dans la salle des fêtes, lieu des réceptions officielles, où eu lieu, le 9 avril 1953, le mariage civil du Grand-Duc héritier Jean avec la princesse Joséphine-Charlotte de Belgique. C’est dans cette même salle que se déroula, le 12 novembre 1964, la cérémonie de passation des pouvoirs au cours de laquelle S.A.R. la Grande-Duchesse Charlotte, après 45 ans de règne, signa la déclaration d’abdication
par laquelle elle renonça à la couronne en faveur de son fils, S.A.R. le Grand-Duc Jean.

Mais les familles grand-ducale et Lannoy et leurs invités les plus proches, dont la famille royale belge (Albert II est l’oncle et le parrain du Grand-Duc), dînaient dans la Chambre des Députés qui n’est séparée du Palais que par une simple porte qui communique au niveau du premier étage. Après tous ces préambules et sans plus attendre voici le menu qui attendait les heureux convives :

Menu du dîner de gala

Cannelloni de bar sauvage et tartare de langoustines
Vinaigrette aux huîtres et caviar osciètre
***
Poitrine de pigeonneau farcie d’une escalope de foie gras en papillote de chou vert
Cuisse confite aux jus
Mousseline de céleri rave et marrons glacés
***
Sphère de chocolat noir grand cru façon poire Belle-Hélène
arrosée de sauce chocolat chaud

Ces mets savoureux ont été servis dans un service de choix agrémenté de nombreuses pièces d’argenterie uniques issues des collections de la Cour grand-ducale.

Ensuite, tous les invités se sont retrouvés dans la salle des fêtes pour un bal magnifique, au son d’un orchestre live. Au moment de boucler ce post, on ne savait pas qui allait s’incruster jusqu’à la fin sur la piste de danse.