Selon les quotidiens du groupe Sudpresse, la veuve du roi Baudouin a créé le “Fons Pereos” pour permettre à ses futurs héritiers de payer moins d’impôts dans la plus totale légalité.

La reine Fabiola. (Crédit Photonews)

 

Comme le révèle notre excellent confrère Pierre Nizet, du groupe Sudpresse, Le “Fons Pereos”, cette fondation privée de la reine Fabiola, dont les statuts ont été publiés au Moniteur belge le 1er octobre 2012, doit permettre à la veuve du roi Baudouin de régler ses problèmes de succession, notamment en faveur de ses neveux et nièces directs et biologiques.

Depuis le décès du roi Baudouin, en 1993, la reine s’est vue octroyer par l’État belge une dotation qui s’élève aujourd’hui à un total d eprès de 27 millions d’euros. Elle avait également hérité à l’époque d’une partie importante du patrimoine de son époux. En principe, n’ayant pas d’héritier direct, les droits de succession sur la fortune de la reine auraient été imposés à hauteur de 70% pour la tranche supérieure à 175.000 euros, c’est à dire la plus grande partie du patrimoine de la Reine. La création d’une fondation privée permet d’échapper à ce taux d’imposition.

La Fondation “Fons Pereos” poursuit quatre objectifs, selon ses statuts:

Le premier est philanthropique et a pour but d’aider les membres de la famille de la Reine. Le second est historique et culturel, et doit promouvoir les oeuvres et la mémoire du couple royal. Un troisième objectif de la fondation est de venir en aide à la Fondation Astrida, fondée par le roi Baudouin (pour ces mêmes fins). Le quatrième et dernier but de la Fondation est d’ordre religieux et vise à encourager des institutions catholiques. Le conseil d’administration de la Fondation, outre Fabiola, est composé de 8 membres. Elle pourra rémunérer des délégués à la gestion journalière. En cas de dissolution de la Fondation, les fonds seraient répartis entre la Fondation Astrida et et une autre Fondation privée fondée par la reine en Espagne en 1999.