Les avocats de Laurent ont réagi rapidement et démontent les affirmations du “Morgen”

© Isopix

Le prince Laurent “agit dans le respect de l’engagement qu’il a pris à l’époque à l’égard du gouvernement”, ont indiqué jeudi dans un communiqué les avocats du prince. Ils
tiennent ainsi à apporter des corrections et des précisions sur des projets environnementaux du fils du roi en Angola rapportés jeudi par la presse. Pour rappel, et comme nous l’évoquions dans un poste précédent, le prince Laurent a eu des contacts à Bruxelles avec des diplomates angolais sur des projets d’énergie renouvelable développés par la fondation du Prince, selon le journal “De Morgen”. Le gouvernement et le palais n’étaient pas au courant des démarches du Prince, affirme le journal, évoquant en outre une offre globale en matière d’énergie renouvelable pour la capitale Luanda.

Selon les avocats du Prince, “aucune offre globale en matière d’énergie renouvelable pour la capitale de l’Angola (Luanda) n’a été proposée, transmise ou formulée. Aucun projet concret n’a été proposé ni discuté.” Après sa visite au Congo et en Angola en 2011, et ses rencontres avec des représentants des rebelles libyens, l’ancien Premier ministre Yves Leterme (CD&V) avait fait signer un document au fils cadet d’Albert II, dans lequel le Prince promettait d’informer le gouvernement de ses activités, sous peine de perdre sa dotation de quelque 300.000 euros.  Selon ses avocats, “le Prince agit dans le respect de l’engagement qu’il a pris à l’époque à l’égard du gouvernement. Le gouvernement belge a ainsi été informé du déplacement du Prince à Rio (où Laurent avait formulé un discours sur le développement durable) et ne s’y est pas opposé.”