La princesse a déclaré en “off” à un journaliste flamand qu’elle se rangerait à l’avis du Parlement sur sa dotation. Son frère précise, entre les lignes, qu’il ne peut se passer de dotation.

© Photo News

 

L’affaire de la fondation privée de la reine Fabiola n’en finit pas de faire des vagues, même après l’annonce de sa dissolution. Avec comme conséquence, une prochaine révision complète du système des dotations publiques octroyées aux membres de la famille royale. Plus de contrôle, plus de transparence, mais aussi le risque pour la princesse Astrid et le prince Laurent de perdre leur dotation. Le prince Laurent a réagi dimanche soir, aux quotidiens de Sudpresse, à la déclaration de sa soeur, la princesse Astrid, qui a déclaré en “off” à un journaliste de VTM qu’elle acceptera « toute décision du gouvernement et du Parlement concernant sa dotation ». « Si ma soeur peut se le permettre, je suis ravi pour elle », a-t-il répondu. « Vous savez, moi, je ne suis pas de ces personnes qui jalousent ceux qui ont les moyens », a-t-il ajouté, avant de confier que tout ce que l’on raconte sur lui est « faux ».

Il faut le rappeler, la princesse Claire a choisi de renoncer à son travail de géomètre-expert pour élever leurs trois enfants et accomplir des apparitions publiques en qualité de princesse de Belgique, le couple ne dispose “que” de la dotation de Laurent, 307.000 euros pour vivre tout en assurant ses frais de représentation pour ses apparitions publiques. Le mari d’Astrid, quant à lui, travaille et dispose même d’importantes ressources financières. Le prince Lorenz est en effet co-propriétaire  d’une banque d’affaires à Berne en Suisse et détient plusieurs mandats d’administrateurs dans d’importantes sociétés belges et étrangères.

Mais il faut tout de même rappeler que si, à l’origine, une dotation a été octroyée aux Princes, c’était non seulement pour financer les frais de leur représentation publique, mais aussi pour compenser le fait qu’il leur était impossible d’exercer une autre profession en sus. On considérait alors qu’il n’était pas raisonnable que des membres de la Famille royale représentent le pays tout en poursuivant des affaires privées de leur côté.

Les temps ont changé visiblement…