Le duc de Brabant paraît particulièrement détendu dans cette mission en Thaïlande, faisant rire la nouvelle ministre du Commerce extérieur bruxellois aux éclats, s’amusant avec des marionnettes traditionnelles et plaisantant sur l’hiver pourri de la Belgique dans son discours officiel. Plutôt efficace.

© Danny Gys / Reporters

Quelque chose a changé chez le prince Philippe ! Cela fait plusieurs missions économiques qu’il apparaît plus détendu, relax et en même temps particulièrement impliqué auprès des hommes d’affaires, et l’actuelle mission en Thaïlande n’échappe pas à cette règle heureuse. On ne pourra nous taxer de parti pris, car quand les affaires allaient mal pour le duc de Brabant, nous l’écrivions aussi. On se souvient de missions en Russie ou en Afrique du Sud il y a quelques années où le Prince était apparu comme absent, sinistre et peu impliqué, critiqué même par des hommes d’affaires un peu déçus de ne pas être reconnus. Quant à son entourage, il était comme tétanisé de peur et particulièrement méfiant envers la presse. Ce qui nous énervait encore davantage. Certes, l’on nous disait alors que le Prince était tout différent dans les cercles privés, était bien plus disert et savait faire preuve d’humour, un humour à froid, pince-sans-rire, très anglais. Ce que nous n’avions jamais l’occasion d’éprouver, vu les rapports tendus de sa Maison avec la presse. Eh bien, tout cela a changé ! Déjà dans les dernières interviews de presse écrite (pour la télé, c’est un autre problème), le Prince s’affirmait davantage, se décoinçait et se laissait même aller à la plaisanterie ! Il faut dire que le Prince semble avoir trouvé un  assistant idéal en la personne de Pierre Cartuyvels, diplomate, ancien conseiller diplomatique du ministre de la Défense Pieter De Crem, dont on nous dit qu’il a trouvé la bonne méthode: un bon travail de préparation en amont et ne pas trop cornaquer le Prince sur place, mais au contraire le laisser se lâcher. Plutôt efficace !

En Thaïlande, Philippe se montre particulièrement pro-actif envers les hommes d’affaires. Il s’invite à la conférence de presse de Brussels Airlines et de Thaï Airways qui ont signé un nouveau partenariat, pour montrer, par sa présence impromptue, toute l’importance de cet accord aérien pour la Belgique tout entière. Tel un superministre du Commerce extérieur, il veut que les participants à la mission soient pleinement satisfaits et n’hésite pas à jouer personnellement les entremetteurs, les “Go Between”, avec les hommes d’affaires thaï ou les autorités locales pour leur faciliter la tâche, évoquant aux plus anciens le prince de Liège au plus fort de sa carrière de grand commis voyageur. Philippe, enfin, n’hésite plus à faire preuve d’humour, même dans ses discours officiels naguère un peu soporifiques ! Lundi, lors de la réception donnée par le Premier ministre thaïlandais, Mme Yingluck Shinawatra, au palais d’Egmont local, Philippe a ainsi plaisanté sur l’hiver particulièrement interminable, froid et pourri que vit la Belgique en ce moment. Certes, ça ne mange pas de pain, mais ça détend l’atmosphère et c’est visiblement bien perçu par les hôtes. De même, il a plaisanté avec la toute nouvelle ministre bruxelloise du Commerce extérieur, Céline Frémault (CDH), la faisant rire jusqu’aux éclats. Et il n’est pas resté de marbre, ou plutôt de bois, lors sa rencontre plutôt insolite avec une jolie poupée thaïlandaise… euh, on veut dire bien sûr une marionnette issue du théâtre traditionnel local.

C’est là qu’on se dit que Philippe tient bien de son père ! Le roi Albert II qui n’avait jusqu’à présent pas son pareil pour détendre une atmosphère et des interlocuteurs forcément toujours troublés par leur rencontre avec un “royal”, des rencontres qui ne sont jamais naturelles et toujours empruntées, même pour les plus grands détracteurs de la famille royale, nous l’avons constaté à maintes reprises. Allez, c’est plutôt bon signe pour la suite de sa prestigieuse carrière promise, si l’on en croit les signes avant-coureurs, à une progression rapide…   

© Didier Lebrun / Photo News