Le mariage du Prince Félix de Luxembourg, le deuxième fils du grand duc Henri, et de Mademoiselle Claire Lademacher sera célébré le samedi 21 septembre 2013 en la basilique de Sainte Marie-Madeleine de Saint-Maximin-la-Sainte-Baume en France. Le mariage civil aura lieu le mardi 17 septembre 2013 à Königstein im Taunus en Allemagne.

Le prince Félix et sa future princesse. ©Grand-Ducal Court/Christian Aschman

 

Âgé de 28 ans, le deuxième fils du grand-duc Henri et de la grande-duchesse Maria Teresa de Luxembourg suit de près son frère le grand-duc héritier Guillaume. Il va épouser sa charmante fiancée en septembre prochain. Claire Lademacher, 27 ans, est une jeune étudiante allemande originaire du Haut-Taunus, avec qui il a partagé les bancs d’école en Suisse et qu’il a retrouvée ensuite à Rome. L’annonce des fiançailles relayée officiellement par le maréchalat de la Cour, était tombée fin 2012, deux mois à peine après le mariage du grand-duc héritier, Guillaume de Luxembourg, avec la comtesse belge Stéphanie de Lannoy.

Le couple qu’il forme avec Claire paraît radieux, décontracté et extrêmement amoureux. Les fiancés se sont connus au “Collège Alpin International Beau Soleil”, à Villars-sur-Ollon, en Suisse, où ils ont terminé leurs études secondaires la même année, en 2003, avec mention pour lui et Prix de l’Excellence pour elle…

Les fiancés se sont depuis trouvé de nombreux points communs, dont le principal est la passion qu’ils vouent au domaine de l’éthique. Le Prince a toujours été très sensible aux principes bioéthiques qui régissent les domaines scientifiques et philosophiques. Il a d’ailleurs entrepris, à Rome, depuis octobre 2009, des études en vue de l’obtention d’un master en bioéthique, en langue italienne. Or – le hasard fait bien les choses – c’est aussi à Rome, fin 2011, qu’une certaine Claire Lademacher, étudiante allemande, décide de poursuivre des études en bioéthique à l’Université Regina Apostolorum… Parallèlement à ses études, elle travaillait déjà, depuis 2009, pour la chaire de bioéthique et des droits humains de l’Unesco, notamment dans le domaine de la recherche et de l’organisation événementielle. Actuellement, la jeune fille, toujours à Rome, y prépare un doctorat sur les aspects éthiques du consentement au don d’organes !

Une formation bien dans son époque

Mais qui est donc le prince Félix, qui porte le prénom de son arrière-grand-père, Félix de Bourbon-Parme, mais aussi le grade de Chevalier de l’Ordre du Lion d’Or de Nassau ? À 28 ans, le Prince est actuellement deuxième dans l’ordre de succession à la Cour grand-ducale.

Multilingue comme bon nombre de membres de sa famille, il pratique couramment le luxembourgeois, le français, l’anglais, l’allemand et l’italien et a commencé l’étude de l’espagnol. En 2003, le jeune homme s’inscrit à la Royal Military Academy of Sandhurst, en Grande-Bretagne, mais n’y restera pas longtemps, pour des raisons de santé. Il choisira alors d’acquérir de l’expérience sur le plan professionnel en suivant des stages au sein de diverses entreprises privées. En 2005, le Prince intègre le département marketing et relations publiques d’une société suisse spécialisée dans l’organisation d’événements sportifs et culturels.

Un sportif accompli

Le jeune Prince a toujours adoré le sport. Lorsqu’il était au collège, il a même obtenu, durant cinq années consécutives, le prix du “meilleur athlète” de l’école. Rien d’étonnant donc, si, aujourd’hui encore, le jeune sportif pratique régulièrement le volleyball, le football et le tennis et s’intéresse aussi à l’athlétisme, au golf, au parachutisme et au basketball. Qui plus est, on ne compte plus ses performances dans le domaine des sports de neige : ski et snowboard n’ont plus de secrets pour celui qui, depuis sa plus tendre enfance, sillonne les pistes, en Suisse où sa famille se rend chaque année.

Une fiancée qui lui va comme un gant

Voilà qui fera l’affaire de sa fiancée qui, elle aussi, se montre très sportive. Claire Lademacher pratique la danse depuis son enfance, mais aussi le tennis, le volleyball, le ski et le badminton. La jeune fille est éclectique. Tout l’intéresse. Et les études lui réussissent à merveille. Elle a passé une partie de son adolescence à Atlanta (USA) et obtiendra son bac en Suisse, avec le niveau A, brillant en histoire, en anglais, en allemand, en psychologie et en Art. Licenciée en 2007 de l’Université américaine de Paris, elle y a suivi un cursus en communication internationale. Elle a travaillé ensuite dans le département publicité de la maison d’édition Condé Nast, à New York et à Munich, avant de devenir gestionnaire de projets chez IMG World à Berlin. Comme son fiancé, elle parle l’allemand, l’italien, le français et l’anglais.