Dans la foulée d’une visite tardive au chevet du prince Laurent après plus de deux semaines d’hospitalisation, la reine Paola déclare dans un communiqué toute son affection et toute son attention pour “le plus vulnérable” de ses enfants, le prince Laurent. Un communiqué qui fâche le Roi. Il n’avait pas été informé de cette initiative de sa mère ! “Le Soir magazine” vous donne les raisons de la colère entre Laurent et ses parents.

(BELGAIMAGE)

(BELGAIMAGE)

Le communiqué transmis mercredi par la reine Paola à l’agence Belga au sujet du prince Laurent, actuellement hospitalisé aux Cliniques Saint-Luc, a fâché le Palais royal. En effet, ce communiqué n’émanait pas du service de presse de l’institution, censé pourtant, depuis l’intronisation de Philippe, centraliser la communication émanant de toutes les Maisons royales et princières. Un passage en particulier irrite le Roi, celui qui laisse entendre un manque de considération pour le prince Laurent. Or Philippe, depuis qu’il est monté sur le trône, a veillé à donner une place plus que jamais prépondérante à son frère et sa soeur.

Voici le communiqué complet de la Reine :

« Après notre visite d’hier aux Cliniques St-Luc, mon mari et moi avons été très émus de pouvoir voir quelques instants notre fils Laurent et de constater que, grâce à une remarquable équipe médicale, son état s’améliore et qu’il est sorti de l’état de sédation dans lequel il a été mis.

En tant que mère, j’ai envie de vous faire part franchement de mes sentiments. Laurent est, de mes enfants, en ce moment le plus vulnérable et je lui accorde toute mon affection et toute mon attention. Depuis son hospitalisation aux Cliniques St-Luc, mon mari et moi-même sommes en contact constant tant avec Claire pour qui nous avons une profonde estime et une grande affection qu’avec la formidable équipe médicale qui s’occupe de Laurent.

Jour après jour, nous suivons l’évolution de son état avec un souci de père et de mère. Nous sommes particulièrement soucieux de l’avenir de Laurent qui, dès sa sortie de clinique, doit pouvoir trouver et développer un avenir épanouissant et valorisant pour lui-même, pour Claire, pour Louise, Nicolas et Aymeric, avec notre soutien et notre aide. »

Crise de larmes

Visite tardive ou non, l’affaire dégage de toute façon un certain malaise. Dans un premier temps, le Palais royal n’a pas souhaité commenter cette absence des parents royaux, se retranchant derrière la vie privée des intéressés. Ensuite, l’institution a confirmé que si, en effet, ils n’avaient pas été présents, l’ancien Roi des Belges et son épouse s’étaient tenus informés au jour le jour de l’état de santé de leur fils. Et le Palais de préciser aussi qu’outre la princesse Claire qui est évidemment tous les jours au chevet de son époux, le prince Laurent avait reçu la visite de Philippe et de Mathilde. En effet, le Roi s’est rendu à plusieurs reprises auprès de son frère et a signalé à l’hôpital qu’il était joignable personnellement 24 heures sur 24 en cas de problème. La princesse Astrid est elle-même fort présente au chevet de son frère. La si gentille Astrid qui a tenu à prévenir le père Guy Gilbert, le curé des loubards et grand ami du prince Laurent. Ce dernier n’a pas hésité et a sauté dans le premier Thalys pour Bruxelles pour se rendre au chevet du malade princier. « C’était très émouvant, nous confie le père Gilbert. Quand je suis arrivé, avec Astrid, dans la chambre de Laurent, au service des soins intensifs, Laurent était couché avec des tuyaux qui entraient dans sa bouche. Il était inconscient. Claire était là, en larmes. Les enfants aussi étaient en larmes et ils caressaient leur papa. Philippe, le Roi, était aussi présent. Nous avons tous prié, c’était magnifique ! Et puis, Laurent a ouvert les yeux. C’était la première fois qu’il le faisait depuis qu’il avait été plongé dans le coma. Il a ouvert les yeux et s’est mis à pleurer. Tout le monde pleurait. C’était très touchant. Puis, pour nous répondre, il a fait oui ou non de la tête sans parler. Il a aussi voulu s’asseoir mais n’a pas réussi. Il est encore très faible », nous expliquait-il ce week-end. Nous demandons au père Gilbert pourquoi il est venu… « C’est normal. Je n’ai pas hésité une seconde. J’ai pris le premier train. » Nous lui demandons ensuite ce qu’il pense du fait que les propres parents de Laurent n’avaient pas alors encore fait cette démarche… « Je ne peux pas te répondre à ce sujet, mon pote. J’ai mon avis, mais je ne le donne pas », nous confie-t-il avec ce style qui n’appartient qu’à lui. Eh oui, les relations entre le prince Laurent et ses parents sont orageuses, le prêtre le sait bien, même s’il ne brisera jamais le secret de la confession.

Découvrez les raisons de la brouille familiale dans “Le Soir magazine” de cette semaine