À Mons, les ducs de Cambridge ont retrouvé le frère cadet de William pour assister à la cérémonie militaire organisée au cimetière de Saint-Symphorien

BELGIUM ROYALS 100TH ANNIVERSARY WORD WAR I MONS

© BELGAIMAGE

BELGIUM ROYALS 100TH ANNIVERSARY WORD WAR I MONS

© BELGAIMAGE

belgium world war i commemoration

© ISOPIX

first world war centenary, saint symphorien military cemetery, mons, belgium - 04 aug 2014, ,

© ISOPIX

World War I centenary - Belgium

© PN

L'accueil montois et l'émotion à Saint-Symphorien

© PN

100th Anniversary of the beginning of WWI - World War I Centenary

© PN

symphorien cemetery

© ISOPIX

© PN

© PN

World War I centenary - Belgium

© PN

World War I centenary - Belgium

© PN

The Duke and Duchess of Cambridge and Prince Harry in Belguim

© PN

The Duke and Duchess of Cambridge and Prince Harry in Belguim

© PN

The Duke and Duchess of Cambridge and Prince Harry in Belguim

© PN

World War I Centenary - Mons

© PN

The Duke and Duchess of Cambridge and Prince Harry attend a Commemoration event at Saint Symphorien Military Cemetery

© PN

Kate William Harry Commemoration Symphorien Cemetery

© REPORTERS

Après les commémorations de Liège où ils étaient invités, le prince William et la princesse Catherine ont pris la direction de Mons. Ils étaient, en soirée, les hôtes d’une autre commémoration d’importance, l’hommage rendu par le gouvernement et la Souveraine britanniques à leurs soldats morts sur le sol belge. Mais auparavant, en compagnie du frère de William, le prince Harry, ils ont été reçus à l’hôtel de ville de Mons par le Premier ministre sortant, Elio Di Rupo, premier homme de la ville également. Ils se sont pliés de bonne grâce au salut du balcon devant plusieurs milliers de personnes dont de nombreuses jeunes femmes déclarant leur flamme au prince Harry, à la plus grande joie des ducs de Cambridge. Un peu d’humour avant beaucoup plus de solennité en soirée. Représentant Elizabeth II, le duc et la duchesse de Cambridge, ainsi que le prince Harry conviaient le roi Philippe et la reine Mathilde, de même que les présidents allemand et irlandais, à assister à 20h30, à la cérémonie britannique. La Belgique compte sur son sol plusieurs cimetières britanniques. S’il n’est pas le plus grand, il est sans doute l’un des plus beaux, mais, surtout, le cimetière de Saint-Symphorien à Mons occupe une place privilégiée dans le cœur des Britanniques car il accueille the first and the last, le premier et le dernier des soldats britanniques morts au combat. John Parr avait à peine 18 ans. Il venait de poser le pied sur le continent avec son régiment, le 4e du Middlesex. Il fut tué lors d’une reconnaissance. C’était le 21 août 1914 en soirée, du côté d’Obourg, avant le début réel des combats. George Ellison avait 40 ans. il était soldat au 5e Royal Irish Lancers. En poste pendant toute la guerre dans notre pays, il a survécu aux tranchées, au gaz moutarde, aux obus, aux tirs de mitrailleuses. Il a traversé toutes les batailles importantes qui se sont souvent transformées en boucherie, Tout ça pour être tué lors d’une simple patrouille. C’était le 11 novembre 1918, une heure et demie avant l’Armistice. Autre originalité, le cimetière, géré aujourd’hui par la Commonwealth War Graves Commission, accueille tant des morts britanniques qu’allemands. C’est sans doute cette symbolique de réconciliation dans la mort qui fut déterminante pour le choix du lieu de la commémoration. Des lectures de lettres de soldats à leur famille, des images d’archives, beaucoup de chants aussi ont rythmé cette cérémonie bien plus dynamique que celle de Cointe et sublimement filmée par la BBC. En apothéose, les officiels ont déposé une gerbe de fleurs ou une lanterne au pied de l’obélisque élevé à la mémoire des défunts, sur fond d’un magnifique soleil couchant. Très émouvant!