Le problème de santé de l’ancienne souveraine aurait été rendu public pour éviter des problèmes avec la dotation d’Albert II

ISOPIX

ISOPIX

La reine Paola va mieux. Elle a certes eu un malaise et doit se ménager les prochaines semaines. Ce qui n’empêche pas des excursions et autres sorties. Ainsi, dimanche dernier, à l’occasion des Journées du Patrimoine, une hôtesse d’accueil et un guide touristique de Montmédy, bourgade française frontalière avec la Belgique située non loin de Virton et bien connue pour sa citadelle… à la Vauban, ont eu l’insigne honneur de croiser puis de guider l’ancien couple royal venu à l’heure de la fermeture et sans s’annoncer pour admirer les vieilles pierres ainsi que l’église locale en toute discrétion, n’étant accompagné que d’un couple d’amis et de gardes du corps. La Reine avait l’air en bonne santé.

En fait, si la population s’est inquiétée fort logiquement pour la santé de l’ancienne souveraine, il nous est revenu à bonne source que le problème n’avait jamais été grave si ce n’est une énorme fatigue psychologique – on nous a dit “un coup de vieux” -, mais qu’il s’agissait surtout pour les anciens souverains de justifier – par certificat du médecin en quelque sorte – leur absence prolongée de quelques mois sans qu’il n’y ait risque de préjudice pour leur dotation. On le sait, le roi Albert II est actuellement en pétard avec le monde politique parce qu’il estime avoir été floué avec le montant de la dotation qui lui a été alloué annuellement. Où il s’est rendu compte qu’il recevait une somme équivalent à celle que recevait son fils alors prince héritier, mais qu’en plus lui devrait désormais payer des impôts dessus (IPP sur la partie traitement, taxes et accises sur le reste). Une somme d’un peu plus de 900.000 euros qui semble ne pas suffire à l’ancien couple royal qui a dû sérieusement revoir son train de vie à la baisse.

Mais en plus, avec le gouvernement fédéral actuel dominé par la séparatiste et républicaine  N-VA, Albert II craint qu’une trop longue absence des activités de représentation publique ait des conséquences sur sa dotation. D’aucuns pourraient avoir la tentation d’encore raboter la pension royale. D’où l’annonce publique du malaise de la reine Paola – un certificat médical en bonne et due forme en quelque sorte.