Philippe suit des cours réguliers avec un professeur particulier. Le piano, instrument de prédilection de la Famille royale, mais aussi la flûte et le violon!
Le Roi apprend à jouer du piano comme son épouse. Mais le secret est tellement bien gardé qu'on ne dispose d'aucune photo publique... (REPORTERS)

Le Roi apprend à jouer du piano comme son épouse. Mais le secret est tellement bien gardé qu’on ne dispose d’aucune photo publique… (REPORTERS)

Si ce n’est pas un secret d’État, du moins le Palais royal se montre extrêmement discret à ce sujet: le Roi prend, en sourdine, des cours intensifs de piano. Avec un professeur particulier. Et ce depuis plusieurs années! D’aucuns nous affirment qu’il s’agirait de cours quotidiens. Le Palais royal confirme l’information sinon la fréquence, en raison de l’emploi du temps tout de même chargé du Souverain entre réunions, audiences et visites sur le terrain. En sachant aussi que le Roi veut également consacrer une partie de sa journée à sa famille, ses enfants en particulier. S’il ne force pas la cadence, il en joue en tout cas plusieurs heures par semaine. Ce qui est même conseillé s’il veut progresser – crescendo – dans cette entreprise ô combien plus ardue d’apprendre le piano à l’âge adulte.

Tous musiciens

Si Mathilde fait ses gammes depuis plusieurs années – en fait, la Reine a appris à jouer dans son enfance, et elle a continué ces dernières années à Laeken, avec l’aide d’un professeur–, Philippe ne pratiquait jusqu’alors pas d’instrument. L’envie lui serait venue de s’y mettre en même temps que ses enfants. Car, comme dans toute bonne famille qui se respecte, chacun des petits princes a été invité très tôt à découvrir le monde de la musique et à se former à un instrument. À l’instar de la Reine, la princesse Élisabeth et le prince Gabriel ont opté pour le piano. Il y a plusieurs années maintenant, Élisabeth s’est aussi inscrite dans la chorale de son école et, en 2014, est même partie en tournée en France avec son école – le Sint-Jan Berchmans College – pour donner des concerts dans les villes qui furent sur la ligne de front pendant la Grande Guerre, et notamment à Verdun. Une présence tenue secrète jusqu’au bout. Ces soirs-là, aucun spectateur ne s’est douté que la future Reine des Belges chantait devant eux! Pour ce qui est des cadets, le petit prince Emmanuel a opté voici quelques années pour la flûte et Éléonore pour le violon, à l’instar de son grand-père, Albert II tout petit, ou comme son aïeule, la reine Élisabeth, qui, en privé, jouait avec Einstein et a même accompagné l’immense David Oistrakh. Et, dit-on, Éléonore aurait l’archet plutôt agile…

Fans des compositeurs romantiques

La musique tient une part importante chez les de Belgique. Bien sûr, ils assistent parfois à des concerts très belges et populaires (Grand Jojo, Axelle Red ou autres performers lors d’événements à connotation royale et belge, mais aussi les Girls in Hawaii ou les Intergalactic Lovers que le couple royal était allé applaudir à l’Ancienne Belgique), mais c’est surtout la musique classique qui fait vibrer leur corde sensible. «Ils l’apprécient réellement», nous confirme un témoin privilégié de moments mélodieux. «Notamment les compositeurs romantiques.» Bien évidemment, la Reine, et sans doute son époux, apprécient les œuvres pour piano. Mozart, Beethoven sont de grands classiques. Chopin aurait une place privilégiée dans le cœur de la Reine tout comme le chant classique. Mathilde qui a d’emblée pris très au sérieux son rôle de présidente d’honneur du Concours musical international Reine Élisabeth. Un haut patronage que lui a transmis la reine Fabiola peu avant sa mort et dans lequel la nouvelle Reine s’est investie avec le perfectionnisme qu’on lui connaît. On a pris l’habitude de la voir assister à toutes les étapes du concours, tant les épreuves éliminatoires que la demi-finale et la finale. Et les spectateurs du palais des Beaux-Arts ne s’étonnent plus de voir assez souvent le Souverain à ses côtés dans la loge royale, ainsi que l’un ou l’autre des petits princes écoutant très attentivement les interprétations des candidats. Philippe a donc confié à son entourage qu’il suivait des cours de piano depuis plusieurs années, mais extrêmement rares sont ceux qui ont pu l’entendre. «Et c’est bien normal, nous dit ce témoin, ce n’est pas facile d’apprendre un instrument à l’âge adulte et on n’a pas toujours envie de s’exposer en public. À plus forte raison en tant que roi.» C’est sans doute la raison pour laquelle il n’existe aucune photo publique montrant le Roi assis devant un clavier! Qu’on aimerait pouvoir feuilleter les albums photo privés du couple royal! En attendant, le septième Roi des Belges réserve ses prestations pour les seules oreilles de son épouse et de ses enfants lors des petits concerts qu’ils pratiquent en famille et en accord parfait derrière les portes capitonnées et les hautes fenêtres tendues de soie de la Résidence au château de Laeken… En tout cas, on veut être du premier showcase royal!