Pour la première fois, un Roi des Belges s’est exprimé à la tribune de l’Assemblée générale des Nations Unies

93AE1F64-B904-49A6-B708-1AFED351777B

Au cours de son règne, le roi Baudouin s’était exprimé à Genève dans le contexte des Nations Unies. En 2007, le roi Albert avait visité l’institution et en particulier le Conseil de Sécurité dans le but d’y décrocher un siège provisoire pout la Belgique. Avec succès d’ailleurs. Dans le même esprit, du 23 au 25 avril, le Roi et la Reine se sont rendus à New York pour une visite au quartier général des Nations Unies, le building caractéristique qui s’élève le long de l’Hudson River, mais surtout un discours du roi Philippe devant l’Assemblée générale. Jamais depuis la création de l’institution en 1945, un roi des Belges n’avait pris la parole devant les délégations de 192 pays réunis sous la bannière bleu et blanc.

Derrière le célèbre pupitre en marbre vert frappé du symbole de l’ONU, Philippe a livré en français (l’une des six langues officielles des Nations Unies) une allocution centrée sur la réalisation d’une paix durable et l’expérience de la Belgique en la matière, elle qui fut un perpétuel champ de bataille à travers les siècles. Ce fut un plaidoyer pour l’action de notre pays et incidemment le rôle bénéfique qu’il pourrait jouer au Conseil de sécurité. Un discours que le Roi a rédigé lui-même et qu’il a préparé pendant des semaines, soupesant chaque mot. « Si la paix se forge par l’action, elle se réalise dans le temps. Les relations entre les hommes ne se décrètent pas. Elles se construisent et se reconstruisent patiemment dans la confiance. »

BC137E4E-F2DD-4682-9DE0-D2260E3397B1

 

53FA3F6D-6F48-4FE4-8554-D90629462484

 

 

 

Texte officiel in extenso