Mariage princier : le triple baiser de l’amour !

Le prince Guillaume a épousé sa charmante princesse. Les jeunes mariés ont multiplié les gestes tendres tant à la cathédrale que sur le balcon

Le premier des baisers princiers au balcon. © PHOTO NEWS

Le grand-duc héritier du Luxembourg, Guillaume, a épousé religieusement samedi une jeune comtesse belge, Stéphanie de Lannoy, en présence de 1.400 invités dont une cinquantaine de têtes couronnées et de représentants du gotha mondial, lors d’une cérémonie mêlant tradition et modernité, à l’image de ce petit pays rarement sous le feu des projecteurs.  Guillaume, bientôt 31 ans, qui est appelé à devenir le 7e grand-duc de la monarchie luxembourgeoise, et Stéphanie, 28 ans, qui descend de l’une des plus vieilles familles de la noblesse belge, se sont unis devant Dieu en la cathédrale Notre-Dame de Luxembourg, au coeur d’une capitale grand-ducale baignée d’un soleil printanier.  “Stéphanie, je te donne ma bague. Je t’aime et je te resterai fidèle”, a déclaré Guillaume, en luxembourgeois, lors de l’échange des voeux des jeunes époux dans la cathédrale Notre Dame de Luxembourg. Stéphanie a fait la même promesse, elle aussi dans la langue de son nouveau pays, dont elle acquis la nationalité vendredi.

“Un baiser, un baiser”

Moment très attendu par des milliers de Luxembourgeois qui avaient envahi le centre de la vieille ville, le premier baiser public du couple s’est déroulé sur le balcon du palais grand-ducal peu après la fin de la cérémonie.  Agitant des drapeaux nationaux, des badauds ont crié : “Un baiser ! Un baiser !”.
Faisant durer le suspense quelques secondes, Stéphanie et Guillaume ont mimé l’étonnement de se rencontrer à cet endroit, puis ils se sont embrassés durant une ou deux secondes seulement, sous les applaudissements redoublés de la foule. Ils s’y sont même repris une deuxième fois, pour un baiser un peu plus long, avant d’être rejoints au balcon par l’ensemble de la famille grand-ducale. Un troisième bisou en fin de visite de balcon allait constituer un bonus de choix, le tout ponctu de nombreux gestes tendres et complices.

Forte pression

La comtesse Stéphanie avait retrouvé son naturel détendu et son sourire, alors qu’elle était apparue un peu tendue dans la cathédrale Notre-Dame.  C’est que la jeune femme passait une sorte d’examen d’entrée dans le grand monde, en présence d’une bonne partie du gotha international, présent pour le mariage du dernier prince héritier célibataire d’Europe. Ajoutant à la pression, les autorités luxembourgeoises comptaient beaucoup sur cet événement pour briser l’image de paradis fiscal ennuyeux souvent associé à ce pays de 500.000 habitants.  “L’étranger nous regarde. Nous n’allons pas nous rengorger, mais il ne faut pas non plus nous faire plus petit que nous ne sommes”, avait déclaré le Premier ministre, Jean-Claude Juncker, avant le mariage.

À la cathédrale, Stéphanie portait une robe de mariée d’Elie Saab blanc ivoire en dentelle, rebrodée de feuillage en fils d’argent, ainsi qu’un voile en tulle de soie blanc ivoire de plus de 4 mètres. Le grand-duc héritier était en grand uniforme.  Les têtes couronnées étaient aussi en grande tenue et, pour les dames, en chapeaux haute couture. Le roi des Belges Albert II et la reine Paola, qui ont des liens de parenté avec la monarchie luxembourgeoise, ainsi que les monarques des Pays-Bas et des pays scandinaves étaient aux premiers rangs.

Or équitable et minibus verts

La cérémonie religieuse a mêlé chants, prières et lecture d’extraits des Evangiles.  Mais ce mariage, qui aura coûté quelque 500.000 euros aux contribuables luxembourgeois, a aussi revêtu des touches plus modernes. Quelque 270 citoyens luxembourgeois avaient été invités à la cathédrale, les alliances d’or échangées étaient issues du commerce équitable et le bourgmestre de Luxembourg était accompagné par son compagnon officiel. Une partie des princes et princesses étaient même arrivés à bord de minibus verts.  Après avoir assisté à une réception au palais avec leurs invités de marque et à un feu d’artifice dans la soirée, les jeunes mariés partiront en voyage de noce dès dimanche, pour une destination dont Stéphanie ignore tout.

La veille, lors du dîner de gala, le Grand-Duc avait déclaré que les Luxembourgeois avaient “tout de suite adopté” la jeune femme “comme leur future princesse” grâce à son “rayonnement”, ses “convictions”, “mais aussi sa douceur”. (Avec AFP)

Le baiser. © Photonews