Exclusif: Le fils de la princesse Astrid et du prince Lorenz part s’installer à Bâle avec sa petite famille. Il va aussi travailler dans la banque privée de son père.

Le prince Amedeo est parti en Suisse avec son épouse Elisabetta et leur fille Anna-astrid, toutes deux archiduchesses d'Autriche-Este. (Crédit BELGA IMAGE)

Le prince Amedeo est parti en Suisse avec son épouse Elisabetta et leur fille Anna-astrid, toutes deux archiduchesses d’Autriche-Este. (Crédit BELGA IMAGE)

 

Le prince Amedeo marche bon train sur les traces de son père. Une indiscrétion nous a appris que le fils aîné de la princesse Astrid et du prince Lorenz, qui est aussi le filleul du roi Philippe et sixième dans l’ordre de succession au Trône de Belgique, a pris la décision de s’installer à Bâle, en Suisse. Il est parti fin 2016 encore avec son épouse Lili et leur fille Anna-Astrid, née le 17 mai de l’année dernière. Amedeo intégrerait en effet le personnel de la banque privée Gutzwiller & Cie. La banque d’affaires dont son père est l’un des quatre partners! Nous avions rencontré ce dernier, le prince Lorenz, début juillet 2014 à Rome, à la veille du mariage d’Amedeo avec Elisabetta Rosboch von Wolkenstein. C’était à la terrasse d’un restaurant, sur une charmante placette voisinant la basilique du Trastevère. L’archiduc d’Autriche-Este nous avait alors confié qu’il songeait à la relève familiale un jour prochain. Le 16 décembre dernier, l’époux de la princesse Astrid a fêté ses 61 ans. Si l’heure de la retraite n’a pas encore sonné, il est temps, en tout cas, de former son successeur.

Formé à la gestion des grandes fortunes

Et ça tombe bien, Amedeo dispose de toutes les armes pour réussir dans ce métier très sensible de la haute finance et de la gestion de (grandes) fortunes. Trentenaire depuis cette année, il a étudié les sciences économiques à Londres, s’est formé chez Deloitte, l’un des quatre grands cabinets d’audit et de conseil financiers (Big Four) de la planète, ainsi qu’au sein de l’Accumulus Capital Management (spécialisée dans les hedge funds ou fonds d’investissement) a décroché un master en business & administration (MBA) à l’université de Columbia et, de retour en Belgique, a travaillé chez McKinsey (cabinet de conseil auprès des directions générales), nous l’écrivions l’année dernière à même époque, afin de se préparer à sa future carrière bancaire. Comme son père. Sous le titre et le nom d’archiduc Lorenz von Habsburg Lothringen, le prince Lorenz a rejoint en 1983 les établissements E. Gutzwiller & Cie. Cette banque privée suisse, qui compte une soixantaine d’employés, est principalement spécialisée dans la gestion d’actifs et le conseil en placements pour clients privés. Droit d’entrée minimum: 250.000 francs suisses (230.000 euros). Accédant au poste de fondé de pouvoir, puis de directeur, il devient associé gérant (partner) de la banque depuis 1990. Le 22 septembre 1984, Lorenz épouse la princesse Astrid de Belgique, la sœur du 7e Roi des Belges. Le couple vit à Bâle en Suisse, où se trouve le siège de la banque. Il ne reviendra s’installer en Belgique qu’en 1993, à la demande expresse du roi Baudouin, qui veut voir sa nièce jouer un rôle de représentation au sein de la Famille royale, surtout depuis l’abolition de la loi salique (en 1991) qui lui donne alors la 3e place dans l’ordre de succession, derrière son père Albert, alors prince de Liège, et son frère Philippe. S’il vit en Belgique, Lorenz multiplie les déplacements vers le siège de la banque suisse, où il est très apprécié, car responsable stratégique des fonds. Il serait très bien rémunéré en conséquence – l’équivalent de 2,5 à 4 millions d’euros par an les années fastes, ce qui ne fut pourtant pas le cas récemment. Depuis la dernière crise économique, la banque privée a connu quelques revers. Ainsi par exemple, le fonds de placement Gutzwiller One a perdu 6,6% de sa valeur en 2015, soit une perte de 6,6 millions d’euros pour la banque et ses clients, mais il avait été extrêmement rémunérateur les années précédentes (+32% en 2013!). Cette fois, c’est au tour d’Amedeo de s’installer à Bâle, vraisemblablement dans la demeure que le prince Lorenz possède dans cette ville de Suisse alémanique située au nord-ouest du pays. Son épouse, Lili, ne devrait pas être trop déstabilisée par les paysages de montagnes. Elle est certes née à Rome mais les racines de sa famille proviennent du Val Gardena (1.563 m d’altitude) dans le Tyrol du Sud, non loin de la frontière austro-italienne. La petite Anna-Astrid apprendra sans doute à skier très jeune…