La Cour d’Espagne en pleine tempête: un juge espagnol vient d’inculper l’infante Cristina pour fraude fiscale et blanchiment de capitaux présumés. Alors qu’un sondage révèle que 62% des Espagnols souhaitent voir le roi Juan Carlos abdiquer !

L'infante Cristina. © PN

L’infante Cristina. © PN

Si Inaki Urdangarin, l’époux de l’infante était déjà inculpé car soupçonné de détournement d’argent public, c’est la toute première fois qu’un membre direct de la Famille royale est touché par cette enquête pour corruption. Une inculpation qui arrive au plus mal pour le roi Juan Carlos, qui, en guise de cadeau d’anniversaire – il a fêté dimanche ses 76 ans – a découvert un nouveau sondage dramatique pour sa popularité. Selon une enquête publiée dimanche par le quotidien de centre droit El Mundo, 62% des Espagnols souhaitent désormais qu’il abdique et à peine un sur deux (49,9%) soutient aujourd’hui la monarchie, soit une chute de 5% au cours des 12 derniers mois. Le seul qui s’en tire dans ce sondage, c’est le prince Felipe: 66% des personnes interrogées ont une opinion «bonne ou très bonne» de l’héritier de la Couronne, âgé de 45 ans, et 57% pensent qu’il serait à même de redorer l’image de la monarchie.

Pour en revenir à l’affaire judiciaire, le juge José Castro, du tribunal de Palma de Majorque, aux Baléares, qui enquête depuis 2010 sur cette affaire, a passé outre l’opposition du parquet pour inculper la princesse âgée de 48 ans, pour «délits fiscaux présumés et blanchiment de capitaux». Il l’a convoquée le 8 mars prochain au tribunal de Palma. Au printemps 2012, le juge avait mis en examen une première fois l’infante, à l’époque pour trafic d’influence, mais cette décision avait été annulée suite à un premier recours du Parquet qui avait jugé les indices insuffisants.