Un show haut en couleurs et en invités prestigieux pour fêter les 60 ans de règne d’Elizabeth II. Découvrez toutes les photos du concert, mais aussi les plus belles photos des festivités du Jubilé.

Crédit Reporters

Alors que le prince Philip est hospitalisé, comme nous vous l’expliquions dans le post précédent, la reine Elizabeth II a tout de même assisté au concert organisé devant le Palais de Buckingham dans le cadre de son Jubilé de Diamant. C’était un concert géant comme on sait les organiser outre-Manche.
de Paul McCartney à Elton John, tout ce que la scène britannique compte de prestigieux s’est produit pendant trois heures devant 250.000 spectateurs. La scène avait été dressée au pied du monument Victoria sur la place devant le palais de Buckingham face au Mall, la célébrissime avenue noire de monde, comme les tribunes encadrant le box royal. Toute la famille Windsor s’y trouvait, les plus jeunes au deuxième rang, le prince Charles, la duchesse de Cornouailles et Anne, la Princesse Royale, dont ce genre de musique n’était visiblement pas la tasse de thé. La Reine est venue s’installer dans la tribune à la moitié du concert, juste après la prestation de Tom Jones. Sir Tom particulièrement en voix qui a magistralement interprété “Mama told me not to come” et “Delilah”.

C’est Robbie Williams, encadré par la musique des Scots Guards, qui a ouvert la fête, avec son tube “Let me untertain you”. Un show divers et varié comrpenant aussi bien des airs d’opéra (le ténor Alfie Boe “O Sole Mio” et la soprano Renee Fleming “Un Bel Di Vedremo”), de comédies musicales (“Somewhere” de “West Side Story”) que les tubes de Madness chantant sur le toit du Palais décoré d’impressionnantes animations visuelles. Annie Lennox a battu des ailes en interprétant “There must be an angel” alors que Grace Jones n’a rien perdu de son iétrangeté en interprétant “Slave to the rythm” tout en faisant du hoola hop ! elle a conservé un sacré coup de rein ! Stevie Wonder fut l’entertainer des grands jours avec “Isn’t She Lovely”, “Happy Birthday” et “Superstition”.
Gary Barlow, ex-Take That comme Robbie, était le grand ordonnateur du spectacle. Il a aussi chanté en duo avec Cheryl Cole “Need you now” et créé l’hymne du Jubilé “Sing” interprété par des artistes venus de tout le Commonwealth, mais les vedettes incontestées du show étaient les anoblis du Royaume. La grande lady Shirley bassey qui a entonné le “Diamonds are forever” incontournable pour un Jubilé de Diamant. Sir Cliff Richard qui a fait un Medley de ses plus grands succès dont le “Congratulations” de circonstance. Elton John qui a enflammé la foule avec “I’m still standing”, “Your song” et “Crocodile rock” et pour finir Sir Paul McCartney qui a fait entrevoir son “Magical Mystery Tour” avant d’entonner “Let it be”, un “Live and let die” accompagné de flammes et de feux d’artifice. Avant la très entraînante chanson finale “Ob-la-di Ob-la-da”, Sir Paul fait une recommendantion à la foule: “Sa Majesté m’a demandé de vous demander de quitter les lieux en bon ordre, sinon elle se verra obligée de lacher ses corgies” (les petits chiens de la Reine). Un trait d’humour qui traduit bien cette soirée ponctuée de jolis traits de ce délicieux humour anglais. Le prince Charles lui-même en usera en rendant hommage à sa mère: “Votre Majesté, Mummie”. Il aura aussi un petit mot pour son père cloué à l’hôpital et demandera à la foule de crier très fort pour qu’il l’entende. L’hymne national conclura la soirée avant un majestueux feu d’artifice.