Exclusif ! Dans le cadre de sa visite mardi au Conseil de l’Europe à Strasbourg, Philippe de Belgique mettait, la veille, la dernière main à son discours avec ses conseillers directs. Nous avons pu assister aux tout derniers préparatifs avant sa visite à Strasbourg. Découvrez aussi l’intégralité de son allocution

© THOMAS BLAIRON

© THOMAS BLAIRON

© THOMAS BLAIRON

© THOMAS BLAIRON

© THOMAS BLAIRON

© THOMAS BLAIRON

© THOMAS BLAIRON

© THOMAS BLAIRON

© THOMAS BLAIRON

© THOMAS BLAIRON

En cette matinée de rentrée des vacances de Pâques, l’on travaille déjà ferme au Palais royal. Particulièrement dans le bureau du Roi. Nous retrouvons le Souverain assis dans le petit salon où il a coutume de mener ses entretiens et autres colloques singuliers, sous une immense tapisserie flamande. Dans une poignée de minutes, le Roi  y recevra le Premier ministre pour leur colloque traditionnel du lundi matin. Pour l’heure, le chef de l’État est en réunion avec ses conseillers directs, Frans van Daele, le chef de cabinet du Roi, Pierre Cartuyvels, le chef de cabinet adjoint, ainsi que Rafike Yilmaz, la directrice-adjointe du service Communications du Palais. Philippe préfère recevoir dans ce petit salon, tendu de beige et de vieux rose, plus confortable et moins formel que derrière la grande table trônant sous le portrait de Léopold Ier. Car il s’agit ici d’une réunion de travail. Chacun a en main un exemplaire du discours que le Roi va prononcer le lendemain. Un texte qui a été travaillé, peaufiné sans cesse et qui est encore à casser ce matin. On n’hésite pas à raturer des introductions jugées trop longues pour aller « right to the point ». Le Roi tient aussi à rajouter des éléments directement liés à l’actualité, on y reviendra…

Un discours peaufiné pendant des semaines 

Le lendemain, mardi 21 avril, le Roi et la Reine doivent en effet se rendre à Strasbourg en France. Dans leur cadre de leur tournée des institutions européennes, ils s’étaient déjà rendus au Parlement et à la Commission à Bruxelles en février dernier. À Strasbourg, autre capitale institutionnelle, le couple royal se rend au Conseil de l’Europe, mais aussi à la Cour européenne des Droits de l’Homme, ainsi qu’à l’Eurocorps, l’état-major militaire multinational actuellement commandé par le lieutenant général belge Guy Buchsenschmidt. La visite royale aux institutions européennes est un signal fort que notre pays veut donner, alors que La suite >