Le père de la particule Dieu n’a pas reçu le Prix Nobel de physique, mais il sera reçu au Palais royal, Albert II y tient personnellement !

crédit DUCHESNES

Le mercredi 17 octobre 2012, le Roi recevra en audience en audience au château de Laeken, le professeur émérite de l’ULB François Englert qui, avec son collègue le professeur Robert Brout (aujourd’hui décédé), postulait dès juin 1964, l’existence d’une particule élémentaire, conférant une masse à certains constituants de la matière.

Cette particule, appelée le « Boson  de Brout-Englert-Higgs » (BEH Boson), qui constitue une clé de voûte du modèle standard de la physique des particules mais qui n’avait jamais été observée auparavant, a été décelée le 4 juillet 2012 par le CERN à Genève, à l’issue d’une campagne d’expériences dans son accélérateur de particules géant  (le LHC), étayant ainsi les théories de ces savants belges.

Une découverte qui plaçait nos savants scientifiques en bonne position pour recevoir le Prix Nobel de physique 2012. Las, ils l’ont loupé, puisque ledit prix a été attribué à un Français, Serge Haroche, et un Américain, David Wineland, spécialistes d’optique quantique et dont les travaux ouvrent la voie à des ordinateurs surpuissants et des horloges d’une précision extrême.

Qu’à cela ne tienne, Albert II tient toujours à mettre en avant le travail de nos chercheurs. Dont acte.