Le texte intégral de sa déclaration publiée dans la foulée de l’annonce de la dissolution de sa fondation privée.

Crédit Isopix

 

“Mes chers compatriotes, Je regrette que la création de ma fondation Pereos ait suscité des incompréhensions et des réactions si négatives. J’en suis profondément atteinte.
Comme je l’ai fait savoir il y a deux semaines, je n’ai jamais eu l’intention de financer cette fondation avec des fonds provenant de ma dotation, mais avec des biens que j’ai reçus en héritage de ma famille et de mon parrain.  Je souhaite réaffirmer que ma dotation est totalement utilisée d’année en année pour faire fonctionner ma maison et pour payer mes frais, tout particulièrement de représentation.
L’objectif primordial de la fondation Pereos est de faire connaître aux générations à venir la beauté et la profondeur de la personnalité du roi Baudouin et son ouverture vers le monde, ainsi que l’idéal de notre vie vécue ensemble avec le peuple belge.
A côté de ce but principal, dans le plein respect de la loi, je souhaitais, n’ayant pas eu d’enfant, que ma fondation puisse venir en aide à des
proches en difficulté.
Enfin, je souhaitais soutenir une série de projets qui me tiennent à coeur. A cet égard, je n’ai pas pris suffisamment en considération les effets
politiques de mon projet d’action qui, dans son essence, avait un caractère privé.  En conséquence, soucieuse de garder l’unité, j’assume pleinement de renoncer à ma fondation, même si ce geste me pèse beaucoup. J’en demanderai donc la dissolution.
Depuis cinquante-deux ans et un mois, avec le roi Baudouin d’abord, et unie en pensées avec lui ensuite, j’ai toujours cherché, et aujourd’hui encore, à servir ce pays que j’aime de tout mon coeur.
Fabiola