Porsche, Panhard, Maxwell, Bentley… c’est une vente d’exception que propose ce jeudi la maison ArtCurial à Monaco, où 38 modèles de la collection personnelle de voitures anciennes du prince Albert II sont mis aux enchères.

© RE

 

“Cette collection me tient particulièrement à coeur et je souhaite l’enrichir avec l’acquisition de nouveaux modèles”, a expliqué le souverain monégasque pour justifier cette vente. Eh oui, Albert II de Monaco doit faire de la place dans son musée pour y placer ses nouveaux joyaux.   Le Rocher a acquis, dernièrement, une Alpine Sunbeam bleue métallisée de 1954, identique à celle conduite par la princesse Grace dans “La main au collet” d’Alfred Hitchcock.

Ce nettoyage de collection est également incontournable car d’ici trois ou quatre ans, le musée changera d’emplacement et verra sa surface quasiment divisée par deux. Trente-huit des 142 modèles de la collection sont donc exposés à partir de mardi pour être vendus aux enchères jeudi soir. Une vente exceptionnelle, explique-t-on chez ArtCurial, maison de vente en Principauté. La collection suscite en effet un engouement chez les amateurs, tant pour la qualité des voitures que pour leur provenance prestigieuse.

La plus ancienne voiture princière mise en vente est une Berliet C2 Double Phaéton, construite à Lyon en 1907 et qui devrait être adjugée entre 20.000 et 30.000 euros. Un engin, décrypte le catalogue, qui “pourra en toute quiétude se lancer dans des balades dominicales ou des rallyes d’ancêtres”.
Mais les trois vedettes de la vente sont incontestablement une “Bentley S1 Berline”, aux deux tons de gris, de 1956, une Mercedes Benz 500 de 1983 qui fut la voiture personnelle du prince Rainier, et une Panhard X19 de 1913.
Avec sa silhouette plus sportive que la Rolls, la Bentley S1 Berline était à l’époque l’une des automobiles les plus chères au monde. Planche de bord en bois, tablettes escamotables, elle fut la voiture des rois et des dignitaires. Son prix: entre 25.000 et 30.000 euros.
Même estimation pour la Panhard 1913. Elle est “intégralement d’origine”, se régale Philippe Renzini. Même le cuir de la banquette est à peine craquelé par l’usure. Et “elle est encore alerte sur la route pour une grand-mère !”.
Aux amateurs dont les poches sont moins remplies, Artcurial propose une “Fiat 500″ blanche à deux portes de 1971 (estimée entre 6.000 et 10.000 euros), modèle urbain qui connut quinze ans de succès.
Seront en outre cédés quatre véhicules militaires américains (Dodge et GMC) de la Seconde guerre mondiale, que le souverain monégasque appréciait tout particulièrement.
Mais les véhicules les plus symboliques, ceux qui sont le plus attachés à l’histoire de la famille de Monaco ne quitteront pas la Principauté. Ainsi de la superbe Floride vert bornéo de la Princesse Grace, offerte par Renault en 1959. (avec AFP)