Les regards sont curieux, enthousiastes ou fermés, mais intenses. Les visages se touchent, innombrables. Les vêtements évoluent entre les pagnes aux flamboyantes couleurs de fête à la gloire du régime et les haillons rapiécés, les t-shirts troués, usés jusqu’à la maille, qui poursuivent ici une existence à la longévité improbable.

© Photonews

Devant cette foule, une banderole a été déployée. Réalisée à la hâte, elle dit : “La population de Masina n’oubliera pas la générosité du roi Albert II, de la reine Paola et de la coopération belgo-congolaise”. Tous ces gens attendent depuis des heures sous un soleil de plomb digne d’une canicule belge. Ils affluent encore, de partout, sur cette piste poussiéreuse qui vient pour l’occasion d’être recouverte de gravier… jusqu’à l’entrée de l’hôpital, pas même trois mètres au-delà. La suite >