Dans “Californication”, Hank Moodie revient sur la Deux, plus impertinent que jamais…

© DR

À Los Angeles, au milieu des “people” accros au sexe, aux soirées bien arrosées et aux substances illicites, Hank Moodie ne détonne pas du tout. Le personnage, antihéros par excellence, fascine des milliers de spectateurs de par le monde depuis plus de quatre ans. Ce succès n’était pourtant pas gagné d’avance. En 2007, lorsque David Duchovny faisait son grand retour à la télévision dans “Californication”, une série impertinente, sans tabou… et réservée à un public averti, beaucoup ricanaient sous cape. Le pari était en effet plus qu’audacieux pour un acteur qui avait conquis le public dans son rôle de Fox Mulder, l’atypique agent du FBI de “X Files”. Cet homme, que peu imaginaient autrement qu’en costume cravate, devait incarner un écrivain loser alcoolique et mal dans sa peau. Le programme, diffusé sur la chaîne câblée Showtime, est très vite devenu l’une des comédies incontournables de la fin des années 2000. Chaque saison, la série est acclamée par la profession comme par le public. David Duchovny a cassé son image de comédien sage et est devenu un “bad boy” comme Hollywood les adore. L’acteur a même imité son personnage (ou est-ce le contraire ?) en confessant son addiction au sexe, une dépendance pour laquelle il a suivi une cure de désintoxication en 2008 ! Cette cure, destinée à sauver son mariage, aura été efficace… un temps. Cet été, l’acteur et sa femme Tea Leoni annonçaient leur divorce. Aucun des deux comédiens n’a précisé les raisons de cette séparation. Officieusement, David Duchovny a été rattrapé par la face “moodieske” de sa personnalité. Une partie de sa personnalité qui déplaît à sa future ex-femme mais qui renforce l’intérêt de “Californication”.

Une saison deux encore plus trash !
Cette deuxième saison de la fiction, diffusée sur la Deux en deuxième partie de soirée (il vaut mieux éviter certaines images aux très jeunes spectateurs) est plus proche que jamais de la vie de son acteur principal. Le public retrouve Hank Moodie là où il l’avait laissé : dans les bras de Karen, son ex-femme qu’il avait mis une saison (la première) à reconquérir. L’écrivain a décidé de se ranger. Il quitte Los Angeles avec sa famille. Direction ? New York ! Sauf que la vie d’homme sage, ce n’est pas facile pour un noceur comme Hank ! Il ne lui est pas aisé d’abandonner son ancien rythme de vie. Encore moins de renoncer à toutes les jolies femmes qu’il rencontre. Sans compter que l’artiste souhaite avancer dans son nouveau livre, histoire de rappeler qu’il n’est pas un glandeur fini ! Bref, les douze épisodes de cette saison, inédite en Belgique francophone non câblée (aux USA, la série entamera sa cinquième saison début 2012), seront aussi osés que ceux de la première. À conseiller à tous ceux qui aiment les intrigues crues et cyniques…

“Californication”, tous les mardis, 23h05, la Deux.