Après cinq saisons acclamées par la critique, la série a enfin obtenu une récompense aux Emmy Awards.

© DR

C’était la dernière occasion que le milieu avait pour récompenser “Friday Night Lights”. La série, dont les derniers épisodes ont été diffusé en février dernier, était nominée dans plusieurs catégories des Emmy Awards 2011. Kyle Chandler a remporté celui du meilleur acteur dans une série dramatique. Cette récompense, amplement méritée, consacre une fiction qui aurait dû collectionner les récompenses ces dernières années. Étonnamment, la fiction a été boudée des cérémonies officielles. Elle est également méconnue du public belge. Petit tour d’horizon.

De quoi ça parle?

Dillon est une petite ville du Texas. Il ne s’y passe rien, ou presque. Les habitants passent leur vie au bar, au club de striptease ou à l’église. Les plus jeunes rêvent de s’échapper. Les plus vieux regrettent leur vie passée au milieu de nul part. Mais le vendredi soir, cette même population se retrouve, soudée, pour célébrer la véritable religion locale: le football (américain, il s’entend). Les Dillon Panthers, l’équipe scolaire locale, est le pilier de la ville. Les joueurs sont des stars, quasiment assurées d’aller à l’université sans réussir un seul examen. Ils sont soutenus par des locaux fanatiques, prêts à tout pour la victoire de leur équipe. Rares sont ceux qui  ne perdent pas toute lucidité devant le sport vedette. Parmi eux, Eric Taylor, le coach de l’équipe. Il semble prendre le recul par rapport à la compétition. Mais qu’on ne s’y trompe pas: le football, c’est sa vie! Un beau jour, l’existence des habitants de Dillon est totalement bouleversée. Jason Street, quarterback vedette, est grièvement blessé lors d’un match. Il est paralysé à vie. L’équipe doit se reconstruire sans lui. “Friday Night Lights” se penche sur l’existence des joueurs, des pom pom girls, et des habitants de Dillon dans “l’après Jason Street”.

Pourquoi c’est un incontournable?

C’est vrai que ce pitch, résumable par “le quotidien d’une équipe de barbares dans un bled paumé”, n’est pas des plus attractifs. Pourtant, la série est une véritable perle de la télévision. Les personnages sont attachants, le script extrêmement bien écrit et l’analyse de cette société obnubilée par le football aussi cynique que tendre. Et, même les nombreuses personnes qui ne comprennent rien au football américain (sauf le mot quarterback, et encore) se trouveront passionnés par des images de match dont ils ne saisissent pas le quart du tiers. Car, aussi incroyable que cela puisse paraître, regarder des jeunes garçons courir après un ballon sur un terrain boueux peut se révéler passionnant.

Et si vraiment cela ne vous tente pas du tout, le charmant casting vous convaincra à lui seul de tenter l’expérience “Friday Night Lights”, surnommé “FNL” par ses fans.

En Belgique?

Oui, la série a été diffusée en Belgique francophone. Sous le nom peu sexy des “Lumières du vendredi soir”, le week-end et en milieu d’après midi sur RTL-TVI. Autant dire que le vivier de spectateurs est très réduit. Dommage. La série aurait largement mérité un prime time.

Un film?

La série est inspirée du film du même nom. Les acteurs de ce long-métrage ne se retrouvent pas tous dans la série. Et, après cinq saisons, les producteurs ont décidé de lancer un deuxième film. Cette fois, les héros en seront les deux personnages principaux de la fiction télévisée. Le coach Taylor et son épouse seront incarnés par Kyle Chandler (acteur de la série) et Connie Britton (Tami Taylor dans le premier film et dans la série)  Autant dire que les fans attendent ça avec impatience…

Voici les premières minutes du pilote

[youtube cW9tkofihBc&feature=related]