Stephen Lang, bien connu pour avoir incarné l’ignoble colonel Miles Quaritch dans “Avatar”, se consacre désormais au petit écran. Nous l’avons rencontré sur les lieux du tournage au cœur d’une forêt subtropicale d’Australie.

© RE

Avant “Avatar”, rares étaient ceux qui pouvaient mettre un nom sur le visage de Stephen Lang. Aujourd’hui devenu une star internationale, l’acteur a choisi de participer à “Terra Nova”, le nouveau bébé télévisuel de Steven Spielberg diffusé en ce moment sur Be TV seulement quelques jours après les USA. La série raconte les aventures d’une colonie humaine qui, dans un futur proche, est envoyée à l’époque des dinosaures. Stephen Lang y incarne le protecteur de Terra Nova (le nom de la colonie), le commandant Nathaniel Taylor. Ce militaire est le premier homme à avoir mis les pieds à Terra Nova. Il est prêt à tout pour faire de ce nouveau refuge un endroit parfait. Quitte à prendre les armes. Sur les lieux du tournage, non loin de Brisbane, dans le sud-est de l’Australie, nous avons rencontré Stephen Lang, qu’il faut, paraît-il, appeler “Slang”. Un homme avenant qui a répondu à nos questions en tenue de combat, entre deux scènes.
Dure journée ?

Ne m’en parlez pas ! Je viens de me sortir d’une situation très compliquée. Il faut dire que notre plan était risqué. Nous avons décidé de retourner dans le futur. Enfin nous… C’était mon idée, mais j’ai laissé à Jim (Jason O’Mara, l’un des personnages principaux de la série, ndlr) croire que c’était la sienne. Bref, on a eu affaire à un saboteur et cela a failli très mal tourner… Plus sérieusement, parlez-nous de votre personnage ! Le commandant Taylor est le premier homme à avoir été envoyé à Terra Nova. À l’époque, il n’y avait que la forêt et les animaux sauvages. Il est resté seul pendant plus de 80 jours, au milieu des dinosaures. C’est une période de temps qui peut sembler courte. Mais Taylor ignorait combien de temps il allait rester isolé. L’expérience l’a beaucoup marqué. Une fois que d’autres humains sont venus le rejoindre, il a tout fait pour construire un endroit où il fait bon vivre et relativement sûr. Terra Nova, c’est le boulot de sa vie. Il veut que tout se passe bien, à tout prix. Au risque de tomber dans une tyrannie. Car, si mon personnage n’a pas encore franchi de limite, on l’imagine totalement capable de le faire. Reste à savoir comment il va gérer l’opposition.

Votre personnage évoque un peu celui que vous avez incarné dans “Avatar”…

C’est vrai que, dans les deux cas, je joue un militaire expérimenté qui se retrouve confronté à un monde inconnu. Mais là où Miles Quaritch n’est que pur cynisme et méchanceté, Taylor est tout en nuances. Le personnage n’est d’ailleurs pas présenté comme néfaste, a priori. Il n’est pas violent par haine ou intolérance. Il veut le bien de ses concitoyens. Son rêve est que Terra Nova soit un refuge pour tous. Dans “Avatar”, nous avions moins de trois heures pour raconter une histoire. Pas le temps de s’appesantir sur les motivations du méchant ! Le format “série”, lui, permet d’affiner la psychologie des personnages. Les spectateurs se rendront vite compte que le commandant Taylor est avant tout un être humain. Et, je touche du bois, j’aurai beaucoup de temps pour affiner sa personnalité.

Travailler sur “Avatar” vous a-t-il permis de mieux appréhender le travail avec les effets spéciaux et notamment de jouer devant des dinosaures invisibles (puisque rajoutés ensuite par ordinateur) ?

C’est drôle, parce que j’ai joué dans “Avatar”, les gens s’imaginent que je suis devenu une sorte d’expert dans l’art de jouer avec des choses qui n’existent pas (rires). Je ne pense pas que cela m’ait préparé à quoi que ce soit. La difficulté est toujours la même. Ce n’est pas aisé de feindre la peur devant une créature qui n’est pas devant vous. Il faut se concentrer et faire preuve d’imagination.

Il paraît que vous vous occupez des cascades de votre personnage !

Pas de toutes, non. Il y a quelques années, je voulais tout faire moi-même. Chaque fois qu’il y avait une cascade à faire, je disais (il prend un air prétentieux) : « Laissez-moi faire, je m’en occupe. » Mon expérience m’a appris à déléguer. Si mon personnage doit effectuer un saut dangereux, pourquoi ne pas laisser faire un professionnel ? Cela ne fera que renforcer la crédibilité du rôle que j’incarne. Il fera une chute impeccable. J’exécute une partie des cascades moi-même, mais je partage, aussi. J’ai d’ailleurs pour habitude de dire que nous sommes deux à “être” le commandant Taylor. Le cascadeur et moi.

“Terra Nova” est un lieu de seconde chance pour tous les personnages de la série. Personnellement, qu’aimeriez-vous changer à votre vie, si vous le pouviez ?

Je ne sais pas… Rien, en fait. Je crois fermement à l’effet papillon. Si je devais changer quelque chose à ma vie, j’aurais trop peur de modifier la situation dans laquelle je suis aujourd’hui. Évidemment, j’aimerais corriger quelques-unes de mes décisions ou agir de manière plus intelligente dans certains cas. Mais à bien y réfléchir, je préférerais faire les mêmes erreurs et en arriver au point où j’en suis.

Sur ces sages paroles, Stephen Lang se lève, prêt à combattre encore quelques dinosaures avant le coucher du soleil. Avant de disparaître. Cependant, il se tourne vers nous, un sourire aux lèvres. « Au fait, j’ai passé d’excellents moments en Belgique. C’est un très beau pays. » Courageux et attentionné. Un vrai héros !