L’Unité Spéciale pour les victimes se penche sur un cas fort similaire à l’affaire du Sofitel. Mais toute ressemblance avec un personnage existant etc.

© RE

Le 14 mai 2011, Dominique Strauss-Kahn était arrêté à New York. Il était accusé d’agression sexuelle sur la personne de Nafissatou Diallo, une femme de chambre du Sofitel, hôtel dans lequel il avait résidé. Quelques semaines plus tard, en marge de joutes médiatiques que s’échangeaient les avocats des deux parties, les producteurs de “New York Unité Spéciale” annonçaient que la série allait rebondir sur cette affaire. Sans connaître le dénouement judiciaire de “l’affaire DSK”, les scénaristes du programme préparaient un épisode “inspiré de l’affaire DSK”. Ce dernier introduit la treizième saison de la fiction policière. Il sera diffusé ce soir sur RTL-TVI. L’intrigue débute dans une chambre d’hôtel du Milano. Un homme s’habille élégamment avant de quitter les lieux. À quelques mètres de lui, dans les couloirs, une femme de chambre s’effondre auprès de ses collègues. Elle affirme avoir été victime d’une agression sexuelle. L’Unité spéciale pour les victimes est dépêchée sur place avec des ordres stricts : prendre des pincettes. Car le principal suspect n’est autre que Roberto Distasio (joué par Franco Nero), un diplomate italien que les sondages désignent comme futur premier ministre de son pays. L’homme crie au complot. De son côté, Miriam (la femme de chambre incarnée par Anika Noni Rose) multiplie les comportements étranges. Invente-t-elle pour autant l’agression ? Roberto Distasio est-il victime d’un piège tendu par ses adversaires politiques ? L’enquête s’annonce ardue… Surtout que la presse se jette avec avidité sur le moindre détail…

Un tournant dans la série
“New York : Unité Spéciale” donne donc “sa” version de l’affaire DSK. Enfin… pas tout à fait. Afin d’éviter les procès, certains éléments ont été modifiés. D’abord, il est précisé en début d’émission que toute ressemblance avec une personne réelle ou une affaire existante est fortuite. Y croit qui voudra. Ensuite, les personnages font références à une “deuxième affaire DSK”. Il ne s’agit donc pas de la première… Quoi qu’il en soit, la treizième saison de “New York : Unité Spéciale” commence fort. Une quasi obligation pour une série qui tente de faire oublier le départ de l’un de ses protagonistes principaux. Cette saison marque en effet le départ de Christopher Meloni, alias Eliott Stabler. L’acteur est remplacé par le sympathique Danny Pino (“Cold Case”). Mariska Hargitay (l’agent Benson), qui souhaitait se consacrer à sa vie privée, sera quant à elle moins présente. Kelli Giddish (“Chase”) est donc venue renforcer le casting de la série. Malgré cet intéressant changement de casting et des scénarios inspirés par l’actualité (un épisode spécial  “Arnold Schwarzenegger” est également au menu), les audiences américaines de la série ont chuté. Les spectateurs de RTl-TVI abandonneront-ils également le programme policier ? Rien n’est moins sûr. Le public belge est en général plus stable que son homologue d’outre-Atlantique.

“New York Unité Spéciale”, deux épisodes à partir du 20 avril, 20h30, RTL-TVI suivi du documentaire “New York : Unité des crimes Sexuels” (le 20 avril), 22h05, RTL-TVI.