La série de Mark Cherry prendra fin ce 13 mai sur ABC. Voici, en huit points (comme les huit saisons, il fallait bien trouver un chiffre) une compile de ce qu’on a adoré et de ce qu’on a détesté (ou moins apprécié).

© DR

On a aimé

  1. Retrouver des actrices qui, selon les critères de Hollywood, étaient bien trop vieilles pour trouver des rôles marquants (on exclut Eva Longoria de cette catégorie, il s’entend). Et découvrir que ces comédiennes pouvaient sincèrement nous faire rire. Même celle qu’on associait à la folle dingue de « Melrose Place » (Marcia Cross qu’on avait connue à moitié chauve et pas à son avantage)
  2. Les personnages secondaires comme Edie ou Katherine. Même si les actrices ont quitté la série avant la fin, leurs personnages ont vraiment alimenté les intrigues… pour le meilleur.
  3. Découvrir que les femmes aux foyers de plus de quarante ans sont sexy. Et voir le plombier et le jardinier torses nus revenir à la mode.
  4. Se ronger les ongles en attendant la suite de l’intrigue. Elle était souvent biscornue. Mais addictive aussi…

On a moins aimé

  1. Les histoires « hors caméra ». Apprendre que Teri Hatcher était mise à l’écart parce qu’apparemment, c’est une garce. Savoir que Mark Cherry et Nicollette Sheridan (Edie) sont entrées en conflit au point (peut-être) d’en venir aux mains et à un procès. Savoir qu’en coulisses, les prétendues meilleures amies se tirent dans les pattes, ça brise un mythe (on est sensible)
  2. Les intrigues vraiment pas crédibles. On veut bien croire que l’un des voisins cache un terrible secret. Mais que chaque jardin (ou presque) renferme un cadavre, c’est un peu gros. Surtout que les mêmes personnes sont impliquées dans tous les drames. Et on est enlevés. Et on se retrouve menacé par un fou dangereux. C’est amusant. Mais on ne peut pas parler d’une description fidèle de la vie de femmes aux foyers. On appellera cela une malheureuse dérive « Plus belle la vie ».
  3. Les morts. Personne n’aime que les personnages d’une série disparaissent. Mais au fil des années, « Desperate Housewives » a fait un carnage parmi son casting. Des personnages- pour la plupart secondaires- et sympathiques au demeurant, ont perdu la vie dans des circonstances abracadabrantes (un avion s’écrase sur Wisteria Lane). Comme si une mort allait relancer l’intérêt du public. C’est le cas. Mais on trouve que les scénaristes auraient pu trouver plus original pour maintenir les audiences. Et on aurait économisé de mouchoirs
  4. Que ce soit fini. Même si les« Desperate Housewives » ont le bon goût de se retirer avant de devenir ridicules, cela fait un pincement au cœur de leur dire au revoir. Une fin de série n’est jamais agréable pour les fans. C’est un gros pincement au cœur quand on réalise qu’on ne verra plus jamais d’épisode inédit. Petit moment de recueillement, donc !