Be TV a entamé la première saison de Homeland. Tour d’horizon de ce nouveau gros succès palpitant à tous les instants.


La genèse
Homeland, dont la deuxième saison est en cours aux États-Unis et dont la troisième saison a déjà été commandée par Showtime (chaîne câblée qui diffuse le programme), a été créé en 2011 par Howard Gordon. Le producteur et réalisateur est surtout connu pour son travail sur X-Files et, plus récemment, sur 24 heures: Chrono.

L’intrigue
Le sergent Nicholas Brody a disparu en Afghanistan en 2003, considéré comme mort au combat. Sa famille apprend à vivre sans lui quand un coup de fil vient tout bouleverser. Le sergent Brody a été retrouvé, vivant! Il était prisonnier d’Al Qaïda depuis huit ans. Le héros national revient auprès des siens, mais tout a changé. Par exemple: sa femme a un amant… meilleur ami du revenant! «Nous sommes partis de cette idée, du retour d’un homme rendu exceptionnel uniquement par les circonstances, et nous avons extrapolé», nous a expliqué Howard Gordon. «Et si Brody avait changé? Et s’il avait été retourné et était maintenant à la solde des terroristes? Nous avons donc pensé à un agent de la CIA, Carrie Mathison. Une femme belle et brillante qui estime que Brody est dangereux. Le problème, c’est que personne ne la croit» poursuit lepère de Homeland.

L’inspiration
Homeland est inspiré de la série israélienne Hatufim, qui raconte le retour au pays de trois soldats israéliens détenus durant 17 ans au Liban. «Nous avons gardé le concept de base en l’adaptant. Mais nous avons modifié l’intrigue», nuance Howard Gordon. «La série israélienne était centrée sur la réaction des personnages, la manière dont ils vivent leur retour. Et sur la réaction de leurs proches. Cela rappelle un peu un soap opera. Pour Homeland, nous avons intégré tous ces éléments, évidemment. Mais notre scénario est bourré de rebondissements, tout se passe très vite. On s’intéresse aux traumatismes des gens, mais il n’est pas uniquement question de cela. Je considère que cette version est plus ciblée par rapport aux attentes de notre public.»

Les acteurs
La série est portée par un casting impeccable. Damian Lewis (Band of Brothers, Life) incarne avec brio un Nicholas Brody être complexe et peut-être dangereux. Claire Danes se glisse à merveille dans la peau de Carrie Mathison, l’agent de la CIA souffrant de troubles bipolaires. «Nous avons écrit ce rôle en ayant Claire en tête», affirme Howard Gordon. À noter également les brillantes prestations de Mandy Patinkin (Esprits Criminels) en mentor parfois dépassé et de Morena Baccarin (V ) en épouse dévastée.

Les récompenses
Cet été,  Homeland a détrôné Mad Men lors de la cérémonie des Emmy Awards, plus ou moins équivalent des Oscars pour la télévision. Cette nouvelle fiction a notamment été sacrée Meilleure série dramatique (elle a également décroché le Golden Globe dans cette même catégorie). Claire Danes et Damian Lewis ont respectivement reçu le trophée de meilleure actrice dans une série dramatique et de meilleur acteur dans une série dramatique. Homeland a encore eu droit au prix du meilleur scénario. Et quelque chose nous dit que toute l’équipe va devoir faire de la place sur ses étagères pour la suite…