La BBC revisite le mythique personnage de Sir Arthur Conan Doyle dans une série de six épisodes. Un bijou!

© DR

© DR

Depuis sa première apparition en 1887 dans Une étude rougede Sir Arthur Conan Doyle à ses récentes frasques cinématographiques dans la peau de Robert Downey Jr., le personnage de Sherlock Holmes est le détective le plus populaire de ces derniers siècles. Il a, bien sûr, enquêté avec succès dans les romans de son créateur mais également au théâtre, au cinéma et à la télévision. L’une des adaptations les plus réussies débarque (enfin) sur la RTBF. Sherlock, série de la BBC One, en deux saisons de trois épisodes chacune (la troisième saison est en production), est même l’une des productions télévisuelles les plus abouties de ces dernières années. Chaque épisode (d’une heure trente) est une réussite tant dans l’intrigue que dans l’interprétation et l’image. Dans le Londres d’aujourd’hui, Sherlock Holmes (le brillant Benedict Cumberbatch, vu dans le dernier Star Sterk), détective de génie mais monstre de solitude, prête main-forte à Scotland Yard. Ce véritable inadapté social doit trouver un colocataire pour son appartement du 221B Baker Street. Il accueille dans sa vie un ancien médecin de l’armée, blessé en Afghanistan, le Dr Watson (Martin Freeman, Bilbo le Hobbit de la trilogie cinématographique). Le duo va très vite s’associer dans le travail avant de devenir inséparable…

Une belle adaptation
Créé en 2010, Sherlocka convaincu les critiques comme le public (la série rassemble plus de dix millions de téléspectateurs sur la BBC et est l’une des plus regardées sur la plateforme en ligne de la chaîne). Tout, de la musique à l’hommage à la ville de Londres en passant par le superbe générique, vaut le détour. Si Sherlock habite toujours au 221B Baker Street, l’extérieur visible dans la série est celui du 187 North Gower Street, la précédente adresse étant maintenant celle d’un musée consacré au héros créé par Sir Arthur Conan Doyle. La blessure à l’épaule de Watson, qui lui cause une douleur dans la jambe, est une référence maligne aux récits antérieurs puisque Conan Doyle s’est souvent avéré être incohérent quant au mal dont souffrait le partenaire de Sherlock. On notera également que, dans la série comme dans les romans, Watson a été médecin de guerre en Afghanistan.
Née il y a trois ans, la fiction britannique ne compte que deux saisons. Le casting vient à peine d’entamer le tournage de la troisième saison et la quatrième est programmée. Mais les emplois du temps respectifs des acteurs de Sherlock pourraient enterrer le programme avant l’heure. Or, les créateurs ont déjà fait savoir que Sherlock dépendait avant tout de la participation de Benedict Cumberbatch et de Martin Freeman. Amusant quand on sait qu’avant que Martin Freeman ne décroche le rôle, c’est Matt Smith qui avait auditionné pour jouer Watson. Cela dit, on n’en est pas encore là. On vous conseille chaudement de découvrir les six premiers épisodes de Sherlock, une réussite rare.

Sherlock, les lundi et mardi, 20h05, La Deux.
La saison deux, 20H45, France 2.