Diffusée ce mardi, elle aborde le thème de l’occupation 

Josh Holloway échappé de Lost ! @Reporters.

Josh Holloway échappé de Lost ! @Reporters.

La ville de Los Angeles est tombée aux mains d’une puissance malveillante. Coupée en deux par un mur – qui ne va pas sans rappeler celui de Berlin – la Cité des Anges est rythmée par l’autorité d’une armée sans pitié. Les habitants, dont certaines familles ont été séparées lors de la construction de cet édifice, n’ont que deux solutions: se soumettre et collaborer ou résister. La nouvelle série de science-fiction de TF1, Colony, reprend le thème de l’occupation sous un jour moderne et totalement inattendu. Et soulève des questions bien plus existentielles. Pour le bien de ses proches, de ses enfants, pour son confort matériel, qui ne serait pas tenté de collaborer avec l’ennemi? Josh Holloway, connu pour son rôle dans Lost, et Sarah Wayne Callies, l’une des héroïnes de Prison Break, portent cette série atypique. Le jour de l’occupation, ils ont été séparés de l’un de leurs fils, Charlie. Prêt à tout pour le retrouver, Will (joué par Josh) ne va pas hésiter à se mettre en danger. Après avoir tenté de passer de l’autre côté du mur, il est arrêté par les forces de collaboration. Pour le bien de sa famille, il va être contraint de devenir un collabo. Ancien agent du FBI, son profil intéresse les autorités qui règnent sur la ville. Une situation extrêmement difficile à gérer pour son épouse Katie qui fait partie des forces vives de la résistance. La cohabitation sous le même toit entre un membre de la collaboration et une résistante va évidemment soulever de nombreux problèmes et des questions morales. Malgré l’amour qui les unit, les convictions de l’un entreront en conflit avec les idéaux de l’autre. «Katie est une idéaliste», confie son interprète Sarah Wayne Callies. «Dans la première saison, chacun de ses actes est réfléchi et elle est toujours convaincue de bien faire. Mais comme beaucoup d’utopistes, elle est également très naïve et donc susceptible de se faire manipuler. Elle cherche avant tout à protéger sa famille. Pour autant, c’est une femme très engagée, convaincue qu’elle doit aussi se battre pour l’avenir de la société, sous le joug d’une armée aussi puissante qu’invisible. Au fur et à mesure des épisodes, elle commence à comprendre qu’elle peut jouer un rôle majeur dans la résistance et elle ne peut plus revenir en arrière.» Et même s’il s’agit d’une série de science-fiction, l’actrice a pris ce personnage très au sérieux. «Je me suis beaucoup investie dans la préparation de ce rôle en effectuant des recherches sur la participation des femmes durant la Résistance, à Paris. J’ai étudié le gouvernement de Vichy et tenté de comprendre comment des hommes ont pu être convaincus, à un moment de l’histoire, d’oppresser les leurs. Pour chaque rôle, je m’imprègne également de musiques différentes pour entrer dans l’atmosphère de la série qui m’attend.» Malgré un décor souvent surréaliste, des drones omniprésents, une armée habillée comme des superhéros, Colony fait souffler un vent de nouveautés dans le paysage des séries télévisées. Loin des séries d’époque ou historiques, le sujet de l’occupation y est traité avec modernité.