La série, diffusée ce soir, est basée sur des faits réels et elle met en lumière le travail des négociateurs
Une équipe de négociateurs de choc. @RTL

Une équipe de négociateurs de choc. @RTL

Ils ont souvent inspiré les scénaristes de télévision et de cinéma. Les négociateurs» sont à nouveau mis à l’honneur dans Ransom la nouvelle série de RTL-TVI (bientôt aussi sur TF1). Le programme met en avant le travail délicat de ces hommes (et femmes) chargés de conclure un marché avec différents ennemis. Cette nouvelle production de treize épisodes a eu la chance d’être enrichie des expériences personnelles de deux négociateurs professionnels, le Français Laurent Combalbert et le Libanais Marwan Mery. Les deux hommes sont à la tête de plus d’une centaine de négociations par an de la plus haute importance. Ils ont tous les deux accepté d’être nommés conseillés techniques du programme. «Nous avons volontairement alimenté la série de cas réels tels que le kidnapping d’un enfant dans un pays sensible, la prise d’otage d’un système d’information, une personne atteinte d’une pathologie mentale dangereuse, des séquestrations, etc.», confie Marwan Mery. «La production a gardé 50% de la matière brute, embellie pour en faire une fiction. Le but était de croiser différents cas afin que certaines situations vécues ne prêtent pas à confusion et que personne ne se reconnaisse à travers elles. Nous avons corrigé les dialogues et travaillé sur l’aspect psychologique pour apporter de la matière réelle à la série.»

Évidemment, Laurent et Marwan sont ravis que leur profession habituellement tapie dans l’ombre soit mise en lumière. «Nous sommes extrêmement fiers de voir le métier de négociateur professionnel privé sur le devant de la scène car nous avons œuvré à la création de cette profession», avance Laurent. «La force de ce métier est de pouvoir intervenir sur tout type de situation», renchérit Marwan. «La négociation de crise, reflétée dans la série, représente 20% de notre temps. On gère 20 à 30 cas critiques par an, du kidnapping à l’extorsion en passant par la malveillance ou le piratage informatique… Le reste de notre temps est consacré à la gestion de conflits sociaux, de négociations business ou relations politiques. Nous avons une vision très large de la négociation et nous pouvons à chaque fois puiser dans notre expérience respective pour proposer des solutions adaptées à tout type de situation. Nous sommes en quelque sorte des hommes orchestre.»

Côté casting, les téléspectateurs retrouveront Luke Roberts (le visage de Black Sails mais aussi de Game of Thrones), Sarah Greene (héroïne de la série Penny Dreadful), Brandon Jay McLaren (The Killing et Graceland), Nazneen Contractor (Heroes Reborn) et la Française Emma de Caunes. Luke Roberts a eu la chance de décrocher le rôle d’Éric Beaumont, le négociateur principal de la série. «Éric est inspiré de Laurent Combalbert. C’est un personnage très intéressant à jouer, qui dégage un certain mystère. Il est perspicace et attentif aux micros détails. Il agit avec méthode, entouré d’une équipe de spécialistes chevronnés. Sa vie privée est compliquée car son métier l’accapare complètement. Il a négligé sa vie de famille et en paie le prix fort puisqu’il vit séparé de sa femme, Nathalie, et qu’il ne passe pas autant de temps qu’il le voudrait avec sa fille, qu’il adore. Je n’aurais pas pu embrasser cette carrière.»