Une cinquième saison qui a débuté sur RTL-TVi

Michael Scofield reprend sur service avec son frère. @Reporters.

Michael Scofield reprend sur service avec son frère. @Reporters.

Huit ans après le clap de fin de Prison Break, la série renaît de ses cendres. Durant quatre saisons, les aventures de Michael Scofield et de son frère Lincoln Burrows ont passionné les téléspectateurs. Novatrice, Prison Break se lançait dans la narration du plan d’évasion le plus génial du petit écran. Suite à la mobilisation de nombreux fans, mais aussi au désir des deux acteurs principaux de réendosser leur rôle de fugitifs, la Fox a fait le pari de déterrer ce programme et de lui offrir une cinquième saison. Dur dur cependant d’orchestrer la résurrection de Michael Scofield qui avait été laissé pour mort au terme de la série. C’est dans une prison au fin fond du Yémen que l’homme est terré depuis plusieurs années. Apprenant que son frère est toujours en vie, Lincoln va à son tour tout mettre en œuvre pour faire évader son frangin.

Le créateur de la série, Paul Scheuring, a voulu que l’histoire de cette nouvelle saison fasse référence à l’Odyssée d’Homère. Dans cette épopée, Ulysse se retrouve prisonnier de la nymphe de la mer Calypso sur l’île d’Ogygie (Ogygia en anglais), située au bout du monde, avant d’être libéré par les dieux et de pouvoir ainsi reprendre son périple pour retrouver son épouse Pénélope à Ithaque (Ithaca en anglais). De ce fait, Michael est découvert, sept ans après sa mort supposée, enfermé dans la prison d’Ogygia, au Yémen, loin du continent américain, et obtient de l’aide pour s’évader et retrouver ainsi Sara, qui vit désormais à Ithaca, dans l’État de New York. Il est certain que les fans de la première heure retrouveront les éléments qui ont fait le succès du programme. «Il y a de l’action et des retournements de situation, l’ADN même de la série», avance Wentworth Miller. «Et comme toujours, au cœur des histoires, les thèmes majeurs que sont la famille, l’amour, le sacrifice et le lien affectif entre frères – qu’ils soient frères de sang ou pas. Ce come-back, pour nous, c’est du velours, car on n’a pas besoin de passer les premiers épisodes à présenter les personnages: les fans connaissent bien Michael et Lincoln. Peut-être même mieux que nous!»

Après avoir joué Michael Scofield dans plus de 80 épisodes, il a été évidemment très facile pour son interprète de reprendre ses traits. «Je ne dirais pas qu’il m’a manqué, mais quand on s’est mis à tourner ces neuf épisodes, je l’ai en tout cas retrouvé assez facilement. C’est comme faire de la bicyclette, ça ne s’oublie pas… J’ai beaucoup de respect pour ce personnage. Mentalement et physiquement, c’est un rôle qui demande énormément d’énergie. Franchement, je ne sais pas comment j’ai pu jouer ce personnage à raison de 22 épisodes par an pendant quatre ans (rires)! Prison Break est une série épuisante. C’est la raison pour laquelle j’aimerais, s’il y a une saison 6, qu’on reste sur le format de mini-saison. De plus, on peut aller droit au but sans risquer de longueurs et sans prendre le risque d’épisodes moins forts.» Une sixième saison n’est pour l’instant pas envisagée par la Fox, même si la chaîne n’est pas opposée à produire une suite dans les mois à venir, mais à la condition de redémarrer dans un registre différent, le filon prison ayant été exploité sous toutes ses coutures. Ce que confirment les deux protagonistes: «Il faudrait une totale redéfinition de la série, en se concentrant plus sur les frères et leur voyage.»