L’ancienne star d’Esprits Criminels nous parle de sa nouvelle série

Shemar Moore et son coéquipier. @Reporters.

Shemar Moore et son coéquipier. @Reporters.

Personnage emblématique de la série « Esprits Criminels », Shemar Moore a quitté en 2016 son rôle de Derek Morgan après 11 années d’interprétation. L’acteur de 48 ans signe aujourd’hui son grand retour sur le petit écran dans la série « S.W.A.T ». Il y joue le sergent Daniel « Hondo » Harrelson qui officie dans une unité spéciale de la police de Los Angeles. Originaire des milieux modestes de la Cité des Anges, il va être confronté à de nombreux dilemmes, dont celui d’arrêter les délinquants qui autrefois faisaient partie de son quartier. Présent au dernier Festival de Télévision  de Monte-Carlo, Shemar Moore a fait forte impression sur le tapis rouge. Séducteur dans l’âme, il a pris de nombreux selfie avec ses fans, gratifiant le plus souvent ses groupies d’un baiser ou d’une accolade. Très fier d’avoir décroché le premier rôle dans « S.W.A.T », il ne tarit pas d’éloge sur cette nouvelle série policière.

En 2016, vous avez pris une année sabbatique. Cela vous a-t-il permis de prendre un petit peu de distance par rapport à votre carrière ?

Oui, j’ai eu beaucoup de chance d’avoir une carrière à succès depuis 24 ans. J’ai tourné pendant 11 ans pour « Esprits Criminels » et avant cela, j’ai joué dans « Les Feux de l’amour ». J’ai le sentiment que ma carrière est comparable à un chemin scolaire. « Les Feux de l’amour », c’était un peu l’école. Il fallait ensuite passer à un niveau supérieur. « Esprits Criminels », c’était du niveau universitaire ! Maintenant, j’ai la chance d’avoir un rôle-titre dans « S.W.A.T » et de montrer au public, au secteur de la télévision mais aussi aux professionnels du cinéma, ce dont je suis capable. Je ne savais pas quelle serait la prochaine étape de ma carrière. Ma maman m’a offert une carte quand j’ai quitté « Esprits Criminels » sur laquelle elle avait écrit « n’ai pas peur de sauter ». Cela reflète la façon dont elle m’a éduquée, de ne pas craindre l’avenir. Le but est de saisir les opportunités mais aussi de surmonter ses peurs. Je suis très fier de tous les personnages que j’ai pu incarner et des différents épisodes que j’ai tourné. Tout cela m’a permis de grandir en tant que personne mais aussi tant qu’acteur. Mais il fallait que je m’en détache pendant quelques temps afin de me lancer dans une nouvelle expérience. Il est certain que lorsqu’on prend de la distance, un personnage nous manque. J’ai vraiment adoré tout ce que j’ai joué mais j’avais besoin d’un nouvel équilibre. Même si j’ai toujours eu du succès dans ma carrière, je m’efforce de regarder devant moi et de ne pas ménager mes efforts. Avec « S.W.A.T », je réalise un de mes rêves. J’ai même fait un tatouage sur mon bras en rapport avec la série. Ce personnage incarne vraiment ma passion. J’ai franchi un cap supplémentaire avec ce rôle. Le prochain chapitre de ma vie, ce sera d’essayer de trouver un équilibre dans ma vie privée. J’espère avoir une femme et des enfants. Je lance un appel à ces dames ! Je cherche la bonne pour moi.

Avez-vous hésité avant de quitter « Esprits Criminels » ?

Je ne savais pas si mon avenir ce serait « S.W.A.T » ou une autre série. J’ai été motivé par Leonardo DiCaprio, Matt Damon et George Clooney. Clooney, il était dans « Urgences » et il a eu le cran de quitter tout cet argent, cette série, tout simplement car il croyait en son avenir. Il a décidé de quitter la série pour devenir une grande star du cinéma d’Hollywood. Il a saisi sa chance. Denzel Washington a également quitté la série dans laquelle il était connu. J’ai osé partir d’Esprits Criminels car je voulais grandir dans ma carrière et voir jusqu’où je peux m’élever. J’ai besoin de relever de nouveaux défis et c’est ce que je fais avec « S.W.A.T ». L’opportunité pour moi est venue d’un simple email qui me disait que j’avais rendez-vous le lendemain à 14 heures pour une audition. Il était stipulé que c’était pour jouer un officier qui avait beaucoup d’expérience et qui exerce une certaine autorité mais il a des problèmes politiques. Un personnage partagé entre différents dilemmes. C’est un rôle de malade ! J’ai auditionné pour ce rôle et c’était fantastique.

Comment vous êtes-vous senti lors du tournage du premier épisode ?

C’était trop cool. C’est comme lorsque vous êtes enfant que vous jouez aux soldats, aux indiens ou aux brigands qui sont poursuivis par des policiers. Là, nous avons des pistolets et on vit un vrai rêve ! Nous jouons de très belles scènes d’action. La qualité est celle d’un film. Nous essayons parfois de comparer « S.W.A.T » à d’autres séries mais le public nous compare plus facilement à des films. Nous sautons d’hélicoptères, il y a des poursuites en voiture, nous avons des scènes de combat fantastiques. Nous abordons des sujets réels comme le trafic d’êtres humains, d’immigration, nous parlons de la politique de Donald Trump ou Obama peu importe que vous les aimiez ou pas, ce n’est pas le but. La série est ancrée dans la réalité d’aujourd’hui. Nous montrons au public quel est le vrai « S.W.A.T », comment ils affrontent au quotidien chaque situation. Ils affrontent le côté obscur de la vie. Le but de la série est de raconter cette histoire de l’humanité, ces moments vécus par des êtres humains. On vous montre le bien et le mal. Nous avons tous en nous ces deux composantes. Mais nous pouvons tous nous améliorer. Il y a un message à véhiculer dans la série, celui de tous vivre ensemble.

Qu’aimez-vous le plus tourner ?

Normalement, mon personnage n’a peur de rien. Mais moi, j’ai le vertige ! J’ai dû tourner une scène avec un hélicoptère, je n’étais pas rassuré. Mais même malgré ça, ce boulot est le plus fantastique que je n’ai jamais eu, à bien des niveaux. Je joue un superhéros alors que dans la vie, je suis un homme normal qui fait des choses ordinaires. Dans « S.W.A. T », je fais des choses extraordinaires, je conduis des bolides de dingue, je joue des scènes importantes. Je suis un afro-américain et j’ai décroché le rôle principal dans une série. Jouer dans cette série est une opportunité fantastique. Mais la responsabilité qui m’incombe est aussi grande. J’ai beaucoup de pression sur mes épaules. Mais cela me transcende, cela transcende mon personnage.