L’actrice est l’héroïne de la nouvelle série “Un si grand soleil”

Mélanie Maudran incarne Claire. @Reporters.

Mélanie Maudran incarne Claire. @Reporters.

Depuis près de deux ans, France Télévisions travaille sur un nouveau projet d’envergure, une série quotidienne. Fin août, les téléspectateurs pourront enfin découvrir « Un si grand soleil ». Une saga moderne dans laquelle Claire, jouée par Mélanie Maudran, est confrontée à de nombreuses épreuves et vit un quotidien plein de rebondissements. Pour réussir ce nouveau pari télévisé, France 2 n’a pas lésiné sur les moyens. Une cinquantaine d’acteurs sont au casting et évolue dans des décors de 16.000m2 spécialement créés pour le programme. Un rendez-vous dans la même lignée que « Plus belle la vie » ou « Demain nous appartient » qui débute ce 27 août.

Comment résumeriez-vous « Un si grand soleil » ?

Je joue Claire qui revient dans sa ville natale, Montpellier, après 17 ans d’absence suite à un drame. Elle revient avec son fils, qui a 16 ans. Elle a une part de responsabilité dans ce drame donc elle a toujours vécu avec énormément de culpabilité. Son retour va bouleverser beaucoup de monde, à savoir ses parents mais aussi son amour de jeunesse. La plupart d’entre eux la croyait morte car elle était partie sans donner de nouvelle. En plus de cela, lors de son retour, elle souhaite revoir un ami d’enfance. Lorsqu’elle arrive sur le lieu du rendez-vous, cet ami est mort. Dès lors, Claire va être accusée de son meurtre. Son retour à Montpellier n’est pas de tout repos pour elle !

Quel genre de femme est Claire ?

Elle a tous les aspects d’une héroïne. C’est une femme forte, courageuse, déterminée. Ce que j’ai aimé chez elle, c’est qu’elle n’est pas que ça. Quand on gratte un peu, on réalise que c’est une femme qui a été ébranlée par des événements du passé. Elle a beaucoup de fragilité et elle éprouve des difficultés à se laisser aimer. Elle a beaucoup de choses à régler au niveau affectif. Claire est un personnage très empathique, c’est d’ailleurs pour cela qu’elle est devenue infirmière en Afrique.

Jouer la maman d’un adolescent, cela a dû vous changer !

Oui ! C’est la première fois que je joue une maman et pour ma première fois, je me retrouve directement à être la mère d’un ado ! C’est tout nouveau pour moi. C’est un des aspects du personnage qui m’a le plus attiré. Etant moi-même maman, d’enfants qui n’ont pas du tout le même âge et qui sont beaucoup plus petits, je trouvais cela intéressant. Ce ne sont pas les mêmes problèmes à régler, ni le même quotidien. J’ai tout de suite eu de l’affection pour cette femme car elle a élevé cette enfant toute seule. Elever un enfant, ce n’est pas simple et se projeter dans la vie de cette femme qui s’en est occupée seule, en Afrique, cela a attiré mon attention.

Lorsqu’on vous propose un rôle tel que celui-ci, le personnage principal de la nouvelle série de France 2, c’est une proposition qu’en tant qu’actrice on ne peut pas refuser ?

Oui, c’est un peu ce que j’ai ressenti en lisant le scénario. Dans l’ensemble, le projet m’a plu dans sa globalité. Ensuite, on ne vous propose pas tous les quarts d’heure un tel rôle avec un personnage aussi complexe, et un défi comme celui-ci à relever. Dès que je l’ai lu, j’ai su que c’était un rôle que je ne pouvais pas refuser.

Ressentez-vous une certaine pression de porter en partie sur vos épaules ce projet ?

Oui, ne pas être stressée, ce serait même de l’inconscience ! Il faut avoir conscience de sa responsabilité au sein d’un projet comme celui-ci. Claire est omniprésente lors des premiers épisodes. Ensuite, c’est une série chorale où de nombreux personnages s’invitent, mais elle reste au centre. Je suis arrivée sur le tournage avec cette pression sur les épaules. Cela m’a chargée d’adrénaline mais aussi de cette envie de bien faire. Heureusement, c’est ce sentiment-là qui a pris le dessus sinon vous êtes paralysée par le stress.

Les téléspectateurs vont bientôt découvrir la série. Appréhendez-vous la réaction du public ?

Ce n’est pas vraiment du stress que je ressens, j’ai plutôt hâte d’avoir les retours sur quelque chose que nous concoctons depuis des mois. Je suis excitée que les gens découvrent ce programme car c’est pour eux que nous le faisons.

Les décors sont impressionnants, ils font 16.000m2 !

Oui mais à cela vous de rajouter les énormes terrains de jeux que nous avons autour de nous dans la région. C’est exceptionnel car nous avons des paysages très différents. Nous tournons à la Grande-Motte pour tout ce qui est la plage, nous tournons dans les Cévennes, nous avons aussi les montagnes ou encore la ville de Montpellier. Quant aux studios, ils sont majestueux. Ils ont été uniquement construits pour la série.

Est-ce agréable de tourner loin de la folie parisienne ?

Oui, nous sommes dans notre bulle. Le fait de dormir sur place, nous fait vivre en vase clos. Et puis nous sommes à Montpellier, qui est une ville très agréable, donc c’est agréable de passer du temps loin de Paris.

Vous avez été très discrète ces dernières années à la télévision et au cinéma. Était-ce par choix ?

Complètement, c’est un choix de vie. Je ne sais pas trop comment exprimer les choses sans rentrer trop dans l’intime mais au moment où j’ai voulu devenir maman et que je le suis devenue, il était évident pour moi que je voulais vivre pleinement ce moment-là. J’en suis très heureuse. Finalement, les choses arrivent au bon moment car si cette série m’avait été proposée un an plus tôt, j’aurais refusé. Je n’aurais pas pu m’engager dans ce projet car cela demande un engagement total.

Etes-vous amatrice de série télé ?

Je suis complètement dingue de ce genre télévisé. Et lorsque je regarde une série, je regarde tous les épisodes en un coup, ce qui provoque des nuits blanches ! Je viens de dévorer « The handsmaid’s tale », j’ai été accro à la sortie de « This is Us ». Il y en a tellement.

« Un si grand soleil » est-elle lancée pour concurrencer « Plus belle la vie » ou « Demain nous appartient » ?

Je pense qu’il n’y a même pas débat là-dessus car les séries ne seront pas diffusées au même moment. Donc le public sera libre de les regarder. Effectivement, le format de ces séries est le même mais nous ne sommes pas aux mêmes horaires donc il y a de la place pour tout le monde. Nous arrivons avec un autre contenu et une proposition.