Autres

Cameron Black est l’illusionniste

Une nouvelle série sur la magie est diffusée sur TF1 et La Deux

Le David Copperfield du petit écran ! @Reporters.

Le David Copperfield du petit écran ! @Reporters.

La carrière de la superstar de la magie, Cameron Black, est brutalement ruinée suite à un scandale. Mais très vite, le magicien retombe sur ses pattes. Il va mettre son talent à la disposition du FBI. En tant que consultant, l’illusionniste va utiliser tous les tours qu’il connaît, et même en inventer de nouveaux, pour aider le gouvernement américain à attraper des truands et à résoudre des crimes mystérieux. Au sein du Bureau Fédéral d’Investigation, Cameron Black fera équipe avec Kay. Évidemment, elle voit l’arrivée de cet homme de spectacle au sein de son équipe avec scepticisme. Très vite pourtant, ils vont former un duo de choc des plus complémentaires. C’est Jack Cuttmore-Scott qui a été choisi pour incarner le magicien déchu. Faire de la magie tout en jouant la comédie n’a pas a été un exercice des plus simples.

«Heureusement, j’ai été aidé! Le plus gros challenge était que je fasse semblant d’être très à l’aise avec une matière que j’étais pourtant juste en train d’apprendre! Cela vous demande un effort supplémentaire. J’ai été très chanceux que Francis Menotti, un consultant en magie, ait été à mes côtés tous les jours pour me coacher. Francis est concentré en permanence sur les moniteurs et il regarde les scènes qui sont tournées. Il vérifie que tout fonctionne bien. Souvent, je ne réalise pas moi-même quand un truc ne fonctionne pas car je suis concentrée sur d’autres aspects du scénario. J’ai dû apprendre à faire confiance à quelqu’un qui est tout le temps derrière moi. Heureusement, après quelques jours d’entraînement, j’ai été capable de jouer en tant qu’acteur tout en réalisant des tours de magie.»

Depuis, l’acteur a acquis une certaine dextérité! Invité dans diverses émissions américaines pour parler de la série Cameron Black: l’illusionniste dont le titre original est Deception, Jack n’a pas hésité à faire en direct quelques tours de magie plutôt réussis. S’il est encore loin du niveau de David Copperfield, le comédien de 31 ans montre qu’il a pris ce rôle très à cœur! L’apprentissage de la magie lui a cependant demandé énormément d’implication. «Une fois que vous avez appris un tour, vous vous demandez pourquoi il était si compliqué à faire avant. Vous oubliez en quelque sorte que cela vous a pris des mois de pratique. Chaque semaine, j’essaie d’apprendre de nouveaux tours. Parfois, je pense pendant des jours et des jours que je ne serai jamais capable de le faire. Et puis, hop, j’y arrive et c’est génial! Mais c’est parfois compliqué!»

Outre la magie, il y a un autre élément que Jack Cuttmore-Scott a dû apprendre pour ce rôle: l’accent américain. Britannique, il devait absolument s’exprimer en anglais sans une seule pointe d’accent british pour que son personnage de magicien américain soit crédible. «Heureusement, une de mes anciennes colocataires m’avait déjà appris à parler avec l’accent américain. Mais cela m’a pris plus de dix ans avant de pouvoir parler sans trahir mes origines anglaises!»

 

Mariska Hargitay, 20 ans dans la même série !

L’actrice revient sur le rôle qu’elle incarne dans la série “New York, unité spéciale”

Mariska joue Olivia Benson depuis deux décennies. @Reporters.

Mariska joue Olivia Benson depuis deux décennies. @Reporters.

Depuis le 20 septembre 1999, Mariska Hargitay incarne Olivia Benson dans la série policière Law & Order, mieux connue en France et en Belgique sous le nom de New York, unité spéciale, diffusée sur RTL-TVI et TF1. Elle y joue l’une des enquêtrices de ce service spécialisé dans les crimes sexuels. Si son personnage est très carré et peu souriant, dans la vie, Mariska en est l’opposée. Présente au dernier Festival de Monte-Carlo pour fêter les 20 ans de la série en compagnie de Dick Wolf, le créateur du programme, l’actrice de 54 ans a montré qu’elle était bien plus joviale et chaleureuse qu’Olivia.

Après 20 ans de tournage, avez-vous toujours le trac avant de monter sur le plateau?

C’est intéressant, parce qu’on me demande souvent si je suis toujours un peu nerveuse avant de tourner certaines scènes. Je dois répondre que oui et que je suis même reconnaissante d’avoir toujours le trac. Certaines scènes de kidnapping et de prise d’otages sont difficiles, mais je veux faire mon job du mieux possible. Lorsque je suis à fond dans la scène et quand le directeur artistique est content, c’est un tel soulagement de l’avoir réussie et ne pas à avoir à la recommencer! C’est fait, et j’ai le sentiment alors d’avoir atteint le sommet d’une montagne. Réussir ces scènes difficiles est une vraie libération. Il y a eu une fois où j’étais capturée et gardée prisonnière dans une prison, et j’ai vomi après ce tournage. Il fallait que j’évacue tout ce que je portais en moi. C’était difficile, un personnage me malmenait et c’était effrayant physiquement et mentalement.

Quand vous avez fini de tourner une scène difficile, est-ce compliqué laisser ces sensations derrière vous?

Oui, j’arrive à laisser tout cela derrière moi, mais certaines problématiques abordées dans la série ont fait que je me suis investie dans différentes associations. Je suis très engagée pour la défense des victimes d’agressions sexuelles. Ce rôle m’a permis d’être sur le devant de la scène et je profite de ma notoriété pour sensibiliser le public aux violences faites aux femmes.

Qu’avez-vous aimé dans votre personnage que vous avez découvert dans le script il y a 20 ans?

Oh, tellement de choses, mais surtout que Dick Wolf l’avait écrit (rires.) Au-delà de cela, j’ai aimé la complexité de ce personnage, son intensité, son pouvoir et ce qu’il implique pour elle, ses blessures, ses cassures, ses fêlures, sa force et sa vulnérabilité tout à la fois, toutes ces caractéristiques qui en font un personnage dans lequel je me retrouve aussi énormément. Ses pulsions pour la justice et l’amour pour sa mère, tout est là dans le premier script! Je l’ai lu avec Dick et il prenait des notes quand je le lisais. Je dois dire que c’est un directeur artistique tellement talentueux que je pouvais jouer mon personnage sans être nerveuse. Nous avons ressenti une réelle synergie dès le départ.

Votre personnage est une icône féministe moderne dans sa carrière mais aussi dans sa vie privée, ayant notamment eu le courage d’adopter en tant que mère célibataire. Elle a traversé beaucoup de difficultés. Pensez-vous que le bonheur peut survenir après une tragédie?

Oui, je le pense, je le sais! Je l’ai vécu. Olivia Benson était féministe déjà il y a 20 ans. Je suis moi-même une personne forte et j’ai été éduquée à être forte comme mon père. J’ai cette phrase qui me guide: «Ressens ta peur et fonce». Olivia est une lionne, elle pense aux survivants, aux victimes. Olivia a des peines, sur ce qu’elle est, sur ses origines, sur la tragédie de sa naissance. Elle se pose ces questions: pourquoi est-elle dans la police, pourquoi est-elle parfois violente elle-même? Elle continue malgré tout à avoir de l’espoir. Sa vulnérabilité est son plus grand pouvoir. J’essaie de vivre comme ça aussi.

Qu’est-ce qui vous surprend encore?

Tellement de choses. Je pense que ce qui est encore une surprise, ce sont les statistiques d’agressions sexuelles faites aux femmes. Ce show m’a changé en tant que personne et m’a transformée accidentellement en activiste féministe. Quand Dick m’a engagée pour jouer ce rôle, je lui ai été reconnaissante d’être capable par ce biais d’apporter du changement dans le monde.

Cela fait 20 ans que vous incarnez ce rôle, seriez-vous prête à le jouer 20 ans de plus?

Je vis d’une année à l’autre. J’essaie d’être en accord avec moi-même et je me suis dit que je continuerai tant que la série m’inspire et que ça m’épanouit sur un plan personnel. Il y a des moments où je me suis dit que j’approchais de la fin, qu’il était peut-être temps que j’en finisse avec tout cela, mais finalement nous avons commencé à tourner la seizième saison et j’ai adoré le scénario. Puis, quand nous avons entamé la 17e saison, le niveau était encore plus élevé. J’ai pris tellement de plaisir et j’avais encore des défis à relever en tant qu’actrice que j’ai eu envie de continuer. Et puis, je suis montée en grade, passant de sergent à lieutenant. Même si la 18e saison était un peu bancale pour moi, la 19e s’est révélée être pour moi la meilleure année! C’est toujours très surprenant quand vous avez tourné une excellente saison car vous vous dites que les scénaristes ne pourront pas faire mieux. Finalement, ils arrivent toujours à vous surprendre, à faire évoluer les personnages. En me faisant devenir mère, ils m’ont permis de jouer sur de nouveaux thèmes comme celui de trouver l’équilibre entre la maternité et le leadership. Cela a été incroyablement enthousiasmant à jouer. Je ne pourrais pas vivre une situation professionnelle plus épanouissante que celle-ci.

Après 20 ans, avez-vous une astuce pour passer de Mariska à Olivia en un clin d’œil?

Comme vous pouvez le voir, je suis très différente d’elle, je souris beaucoup plus! Vous n’imaginez pas le pouvoir que peut avoir une garde-robe sur votre ressenti. J’aime rire et plaisanter, Olivia n’est pas comme ça. Quand j’enfile les vêtements de tournage, il y a quelque chose qui se passe en moi, je me mets en mode commandement. Je prends ce visage plus fermé. C’est presque un réflexe pavlovien. Mais cela fait plus de 10.000 heures que je joue Olivia donc c’est devenu très simple de me fondre en elle.

 

Omar Sy sera Arsène Lupin

L’acteur français va jouer pour Netflix

Omar Sy en cambrioleur ! @Reporters.

Omar Sy en cambrioleur ! @Reporters.

Netflix va produire une nouvelle série française dédiée à Arsène Lupin. Et c’est Omar Sy qui a décroché le rôle principal.

C’est sur Twitter que la plateforme de production de contenus audiovisuels a fait par de la nouvelle de façon originale. “Salut, ça te dirait de jouer Arsène Lupin dans une série Netflix?”, a envoyé le compte officiel de Netflix à Omar Sy. Ce dernier répondant par un smiley à la requête !

Aucune information sur ce projet tournant autour du gentleman cambrioleur n’a encore été annoncée.

“Downton Abbey”, place au film !

Le tournage débute cet été

Un retour très attendu. @Instagram

Un retour très attendu. @Instagram

Longtemps annoncé, le retour de la série “Dowton Abbey” va enfin avoir lieu! Mais c’est sous la forme d’un long métrage que le créateur de la série, Julian Fellowes, a choisi d’écrire un scénario. La famille Crawley et ses gens de maison ont droit à un retour en grandes pompes : sur grand écran.

Le tournage du film adapté de la célèbre série britannique débutera dans quelques jours. Et c’est le compte Instagram de la série qui l’a annoncé. Sous la photographie d’un plateau tenu par un maître d’hôtel, on peut lire : “Bienvenue à Downton Abbey ! Nous somme ravis de nous annoncer que #DowtonAbbey arrive sur grand écran. Le tournage du film débute cet été.” Sur le carton, il est inscrit : “Nous vous invitions cordialement au retour de Downton Abbey – Seulement dans les cinémas“.

Michelle Dockery, l’une des actrices principales de la série, s’est empressée de commenter la nouvelle : ”Le secret est dévoilé… Ravie d’annoncer que #DowntonAbbey va débarquer sur grand écran. Le tournage commence cet été“.

 

Olivia Colman a repris la couronne

La première image de “The Crown 3″ a été dévoilée

Un premier cliché enfin dévoilé ! @Netflix/Twitter

Un premier cliché enfin dévoilé ! @Netflix/Twitter

Le tournage de la troisième saison de “The Crown” avient de débuter en Angleterre. L’actrice Claire Foy a laissé sa couronne à Olivia Colman dans la peau d’Elisabeth II. Une première photographie vient d’être dévoilée par Netflix sur le compte Twitter de la série.

L’intrigue de ces nouveaux épisodes se déroulera dans les années 1970 alors que la reine Elisabeth II est âgée d’une quarantaine d’années. Une avancée dans le temps qui impose forcément un changement d’acteurs. Cette troisième saison a donc vu son casting entièrement renouvelé. Olivia Colman a remplacé Claire Foy dans le rôle principal de la série. L’actrice donnera la réplique à Helena Bonham Carter qui a été choisie pour reprendre le rôle de la princesse Margaret et succède donc à Vanessa Kirby. L’acteur britannique Jason Watkins prêtera quant à lui ses traits au Premier ministre Harold Wilson. Matt Smith laissera son rôle du Prince Philip à Tobias Menzies. Pour le moment, aucune date de diffusion n’a été dévoilée mais les fans pourront découvrir la nouvelle saison en 2019.

 

“Casa de Papel 3″ : le mystère

Les scénaristes de la série restent très mystérieux

Un troisième chapitre encore très flou... @Reporters.

Un troisième chapitre encore très flou… @Reporters.

Les scénaristes des deux premières saisons de La Casa de Papel, Alex Pina et Esther Martinez Lobato, étaient présents lors du dernier Festival de Télévision de Monte-Carlo. Ils ont levé une partie du voile sur la troisième saison de la série, commandée par Netflix et qui sera entièrement produite par la plateforme de distribution et non plus par la chaîne espagnole Antena 3. Avant d’accepter d’écrire un troisième chapitre à cette histoire fantastique, Alex et Esther ont hésité: «Nous nous sommes demandés si nous avions vraiment une bonne idée pour cette saison 3. Au bout de deux mois de réflexion, on a rappelé Netflix et on leur a dit: Voilà l’histoire que nous aimerions raconter. Ils nous ont dit: C’est merveilleux!» Évidemment, les deux auteurs sont conscients que ce troisième volet est attendu avec impatience par les fans de la série, un euphémisme. «C’est assez compliqué car les attentes du public sont très élevées. Nous avons toujours peur de décevoir les spectateurs. On ressent la pression des millions de personnes qui ont suivi la série à travers le monde. C’est un défi difficile à relever, il ne faut pas changer l’ADN du programme mais il faut réussir en même temps à le renouveler.» Évidemment, pas un mot sur le scénario. À peine les scénaristes affirment du bout des lèvres que l’entièreté du casting devrait revenir à l’écran. Il faudra en tout cas attendre 2019 et la diffusion des épisodes sur Netflix pour découvrir l’avenir des braqueurs les plus attachants d’Espagne. Et du monde.

Grégory Fitoussi “so British”

L’acteur français tourne une série pour la télé anglaise

L'acteur français était au Festival de télévision de Monte-Carlo. @Reporters.

L’acteur français était au Festival de télévision de Monte-Carlo. @Reporters.

Depuis ses débuts dans Sous le soleil sur TF1, Grégory Fitoussi n’a eu de cesse d’apparaître dans des séries et téléfilms français tels que Speakerine, Engrenages ou encore Les hommes de l’ombre. Mais l’acteur peut également se vanter de tourner dans plusieurs séries britanniques.

Vous êtes actuellement en plein tournage d’une série à Nice…

Oui, c’est une série anglaise qui s’appelle Riviera qui sera diffusée en Angleterre sur la chaîne Sky Atlantic. Je ne sais pas si elle sera montrée en France. Cela raconte l’histoire d’une femme mariée à un grand marchand d’art qui est assassiné. Elle va essayer de comprendre ce qui a mené à ce meurtre. La série évolue dans le milieu de l’art et elle est tournée sur la Côte d’Azur. Je joue le rôle d’un pilote d’hélicoptère qui est à la recherche d’un Modigliani.

Avez-vous suivi des cours de pilotage?

Ce n’est pas la première fois que je tiens ce rôle. C’est marrant parce que c’est ce à quoi je me destinais avant de devenir acteur. J’avais très envie de devenir pilote d’hélico. Et je ne l’exclus toujours pas. J’ai d’ailleurs décidé de passer mon brevet de pilotage un jour ou l’autre.

Vous avez également tourné dans la série anglaise Mr. Selfridges. Ressentez-vous une différence à tourner en France ou dans d’autres pays?

Oui, il y a des façons de travailler et des budgets différents! Pour moi, c’est surtout de jouer en anglais qui change tout. C’est un vrai challenge pour moi de tourner dans une autre langue, même si maintenant je l’ai déjà fait plusieurs fois. C’est une tout autre démarche. Je travaille toujours avec une coach, Peggy Hall. Cela me plaît beaucoup de travailler en anglais.

Cela influe-t-il sur votre jeu d’acteur? Vous pourriez être plus concentré sur votre accent que sur les émotions à faire passer…

J’essaie justement de travailler mon accent suffisamment en amont pour ne plus avoir à m en préoccuper. Mais effectivement, ce n’est pas toujours évident. Cela reste cependant le même métier.

Quel rôle cherchez-vous à la télévision ou au cinéma?

Je désire trouver des choses différentes de ce que j’ai fait avant. Le fait de travailler à l’étranger me permet d’avoir plus de choix. Les Anglais m’envisagent bizarrement dans des rôles totalement différents que ceux dans lesquels me projettent les réalisateurs français. J’essaie également de tourner avec des gens que j’admire. J’ai eu la chance de tenir un rôle dans la quatrième saison du Bureau des légendes. Je suis fan et je rêvais de tourner dans cette série. Je ne peux rien dire sur mon personnage car c’est un secret. Je joue un nouvel agent sur le terrain.

Berlin de “Casa de Papel” se confie

Pedro Alonso incarne le chef de bande dans la série de Netflix

Pedro Alonso, l'un des personnages forts de la série. @Reporters.

Pedro Alonso, l’un des personnages forts de la série. @Reporters.

Pedro Alonso, alias Berlin, est l’un des braqueurs de cette bande de voleurs atypiques qui ont monté le casse du siècle en investissant la fabrique nationale de la monnaie afin d’y imprimer en très grande quantité des billets. Leurs propres billets! Des cambrioleurs gentlemen qui ont séduit les téléspectateurs à travers le monde, avec toute la saveur de la langue espagnole. Présent au dernier Festival de télévision de Monte-Carlo, Pedro Alonso revient sur ce personnage qui l’a propulsé au firmament de la scène internationale.

Quand vous avez lu le scénario, avez-vous réalisé que ce serait un tel succès?

Il est toujours facile de parler de façon rétroactive! Je peux vous dire en tout cas que lorsque nous avons tourné la première saison, je pensais que la série allait marcher en Espagne. Je ne pouvais par contre pas me douter que le succès international serait dans cette ampleur.

Si vous étiez aussi riche que Berlin, que feriez-vous avec cette fortune?

Cette question fait s’envoler mon imagination! S’imaginer avec une montagne d’argent et ce que l’on ferait peut entraîner beaucoup de réponses banales. Mais si on prend la réponse très au sérieux, ce n’est pas si facile d’y répondre. Je pense que si j’avais cette fortune, je mettrais au point un programme pour remettre à zéro les cerveaux des grands dirigeants de ce monde. Je ferais un reset de la planète!

Votre personnage est un peu fou mais il n’en est pas moins attachant…

Il y a un véritable sens tragique dans ce personnage qui marche en permanence sur le fil du rasoir. Il sait que la mort est proche. C’est très intéressant. S’il n’y avait pas cet élément de la maladie incurable, on perdrait l’intensité de la tragédie liée au chef de la bande, un élément très important dans la profondeur du personnage. Pour ce qui est de la dramaturgie, sans vouloir paraître prétentieux, je trouve que Berlin est l’un des personnages les plus intéressants de ces dernières années. Il est de la même trempe que Bryan Cranston dans Breaking Bad ou encore que le Joker de Batman. Berlin est un personnage avec plein de nuances. Plus il a l’air fou, plus il est attachant. C’est un clown extravagant mais avec beaucoup de contraste. Il a quand même un côté adorable, vous ne trouvez pas? (Rires.) On pense que c’est un personnage froid mais en fait, il a beaucoup d’empathie. C’est un gars qui a un grand sens de l’humour et qui est surtout très à l’écoute. Il fait attention à ce que dit son interlocuteur. Il est juste hors des conventions, il déteste ça. Ou plutôt, il s’en moque! En fait, il fait ce qui lui chante. D’autant plus qu’il sait qu’il est très malade et que sa mort est imminente.

Auriez-vous pu jouer un autre personnage que celui de Berlin?

J’ai uniquement passé le casting pour jouer Berlin. Lorsqu’on m’a envoyé une partie du scénario de La Casa de Papel, j’étais à Mexico. C’est un endroit passionnant avec une énergie formidable, la culture y est impressionnante. Cette ville est remplie d’influences. La veille de lire le scénario, j’étais chez un ami et j’ai rencontré une personne étonnante, très habile et très dangereuse. Je me suis dit qu’il y avait comme un signe pour que je joue Berlin. J’ai décidé d’aller à Madrid pour passer le casting. Je sentais que j’étais porté par des vents favorables. J’ai pris ce rôle à bras-le-corps en me disant qu’il ne fallait pas que je fasse trop marcher mon intellect, que je rationalise trop. C’est un personnage très spécial mais je me suis facilement connecté à lui. Évidemment, j’ai beaucoup travaillé, je me suis documenté. Mais c’est la deuxième fois ou la troisième fois seulement dans ma carrière que je me connecte si facilement avec un personnage. Jouer Berlin a été un vrai cadeau.

Netflix a commandé une troisième saison. En ferez-vous partie?

Les deux premières saisons ont été extraordinaires, je suis encore en train de digérer cette expérience. Je ne peux pas encore me projeter dans une troisième saison. Je ne peux même pas vous dire si mes collègues de La Casa de Papel seront présents pour cette troisième saison. J’espère simplement qu’ils ne vont pas s’enfermer dans le succès de la série et qu’ils vont évoluer en jouant d’autres rôles.

 

“Grand soleil”, la nouveauté de la rentrée

France 2 va lance une série pour contrer “Demain nous appartient”

Mélanie Maudran en sera l'héroïne. @Reporters.

Mélanie Maudran en sera l’héroïne. @Reporters.

À la rentrée, les téléspectateurs de France 2 pourront découvrir un nouveau rendez-vous similaire, Grand Soleil. Afin de contrer le succès de Demain nous appartient sur TF1, France 2 a choisi de produire sa propre série quotidienne. Composé de 235 épisodes de 26 minutes, Grand Soleil est décrit par la chaîne publique française comme «un miroir moderne de la société d’aujourd’hui et racontera à travers une trentaine de personnages une France actuelle, multiple, diverse et innovante». C’est Mélanie Maudran, dont le visage a été aperçu dans de nombreuses séries françaises telles que Sous le soleil ou encore Cap des pins, qui sera l’héroïne principale de ce programme. Et pour réussir le pari de lancer une nouvelle série en fin d’après-midi, France 2 n’a pas lésiné sur les moyens. Un studio de 16.000 m2 a été entièrement construit pour abriter les décors de Grand Soleil. Dans cette fiction, Mélanie incarne Claire, une mère de famille qui décide de faire découvrir sa ville natale, Montpellier, à son fils Théo. Un retour après 17 ans d’absence qui s’annonce plus que mouvementé. À peine arrivée, Claire est arrêtée pour le meurtre de son ami d’enfance. En cherchant à démontrer son innocence, Claire va être confrontée à de lourds secrets du passé et notamment au décès de sa sœur Angèle. Une nouveauté qui fera évidemment parler d’elle à la rentrée!

La série matinale de France 2

“Au rythme de la vie” est une production allemande

Ulrike Frank est l'une des stars de la série. @Reporters.

Ulrike Frank est l’une des stars de la série. @Reporters.

Après les séries du soir, place à un rendez-vous matinal sur France 2 avec la série allemande Au rythme de la vie. Sophie Davant et son C’est au programme prenant des vacances, c’est un soap-opera sentimental qui prend le relais à raison de deux épisodes diffusés par jour. C’est dans un quartier de Berlin que se déroule l’intrigue. Le quotidien mouvementé de ses habitants emmène les téléspectateurs dans des histoires d’amitié, de romance, mais aussi de trahison et de jalousie. De l’étudiant du quartier à l’homme d’affaires en passant par un médecin ou une créatrice de mode, tous ces voisins se croisent et leur destin se rencontre parfois. Une fresque de la vie quotidienne qui revient sur leurs peines de cœur, leurs soucis financiers ou professionnels, leurs ambitions et leur évolution personnelle. La série mettant en scène des personnages de générations et d’horizons différents, chacun pourra se reconnaître en l’un d’eux. Au rythme de la vie est une institution télévisée en Allemagne. Gute Zeiten, schlechte Zeiten, son titre original, a été créée en 1992 et est une adaptation d’une série australienne, The Restless Years. Sa première saison comprend près de 137 épisodes. Plus de vingt-cinq ans plus tard, la série est toujours en production et compte plus de 6.000 épisodes de 24 minutes. Les téléspectateurs français n’auront cependant pas droit aux vieux épisodes du programme, France 2 débutant la diffusion de la série à l’épisode 6063. Cela dit, même si le public français et belge est conquis par ce nouveau rendez-vous, il n’est pas certain qu’il puisse continuer à suivre les péripéties de ces Berlinois, France 2 n’ayant pas confirmé que la série serait toujours diffusée à la rentrée… À l’instar du casting des Feux de l’amour, d’Amour, gloire et beauté ou encore de Plus belle la vie, les acteurs de la série sont devenus de véritables stars en Allemagne. Même si leurs noms sont inconnus en Belgique, Wolfgang Bahro, Ulrike Frank, Daniel Fehlow, Felix von Jascheroff ou encore Anne Menden sont des personnalités du petit écran à la popularité importante dans le pays de création du programme.