Esprits Criminels

“Esprits criminels”, j’en fais des cauchemars !

Kristen Vangsness est l’un des piliers d’“Esprits Criminels”. Depuis sept ans elle incarne l’agent Penelope Garcia, une geek complètement déjantée mais très compétente. Interview d’une actrice atypique…

© RE

Kristen Vangsness est devenue l’une des actrices de séries les plus populaires du petit écran. Son personnage de Penelope Garcia, la “geek de service” dans “Esprits Criminels” est l’un des plus attachants du monde des séries policières. Et la comédienne qui l’incarne n’est pas loin d’être aussi sympathique. Rencontre à Monte Carlo…

“Esprits Criminels” est une série qui propose parfois des scènes très violentes. Cela ne doit pas être facile de participer à un tel programme… Vous savez comment je gère cela ?

En ne regardant jamais la série. Sérieusement ! J’évite de voir quoique ce soit de ce qui a été tourné. Je sais qu’il y a des gens qui aiment les films d’horreurs ou les thrillers. Pour ma part, le “ trash” commence avec une personne qui se coupe avec une feuille de papier. Vous imaginez alors si je ne supporte pas “Esprits Criminels” ! J’en fais d’ailleurs beaucoup de cauchemars. Parce qu’on est obligés d’assister à la lecture du script. C’est horrible ! Tout ce qui est montré à l’écran est décrit mot à mot. Mais cela fait partie du travail. Ce serait arrogant de ma part de dire : « Je suis désespérée. Je dois faire tout cela alors qu’on me paye si bien. » Je prends donc sur moi. Cela dit, continuez à regarder le feuilleton ! J’adore y jouer !

Avez-vous de l’influence sur l’évolution de votre personnage ?

Oui, absolument. J’ai beaucoup à dire, en réalité. Les scénaristes sont très gentils de me laisser faire. Au départ, Penelope Garcia ne devait apparaître que dans une scène d’un épisode. Ensuite, j’ai été rappelée au fur et à mesure pour la suite. À ce moment-là, j’ai commencé à travailler le personnage. J’arrivais toujours avec des idées neuves. La plupart du temps, les scénaristes me répondaient : « Non, elle ne peut pas faire ça, elle est au FBI ». Et parfois, ils me disaient : « C’est une bonne idée. Essayons. » Maintenant, ils me font confiance. Je relis les scripts et j’ajoute des mots ou des phrases. J’ai l’impression de bien connaître Penelope et de savoir ce qu’elle ferait ou dirait dans telle ou telle situation. Cela dit, il arrive souvent qu’on me réponde : « Cela n’a aucun sens, Kristen ! » Par contre, je ne me mêle jamais de ce qu’elle porte comme vêtements. Dans la vie de tous les jours, je m’habille comme un enfant de 7 ans habillé en cow-boy de l’espace (rires). Mes vêtements sont complètement fous, mais dans un autre style que ceux de Garcia. Je laisse donc cette partie du métier aux professionnels…

“J’ai une relation unique avec Shemar !”

La relation qu’entretien Garcia avec Derek Morgan est très particulière. Les deux personnages se draguent constamment, surtout par jeu. Quelle est votre relation avec Shemar Moore, qui incarne l’agent Morgan ?

Ma réponse risque d’être très longue. Je suis vraiment bavarde. Donc… Lorsque j’ai été appelée pour jouer ma scène, je me suis rendue à la répétition. J’attendais sagement les autres acteurs quand cet homme sublime et sexy s’est dirigé vers moi. Je suis gay mais je ne suis pas insensible aux hommes pour autant (rires) ! J’étais donc pétrifiée. Il m’a dit : « C’est avec toi que je dois parler au téléphone ? » Je n’arrivais pas à aligner les mots tellement j’étais impressionnée. On a travaillé notre scène, puis quelqu’un a annoncé qu’il y allait avoir une mini-conférence sur le harcèlement sexuel au boulot. Je n’étais pas censée rester, mais personne ne m’a demandé de partir. J’étais plantée là à écouter des conseils du genre : « Évitez de faire ça avec vos collègues », quand j’ai vu que Shemar écrivait des mots cochons sur une feuille et qu’il me la faisait passer. Je lui ai répondu. On était en train de faire du harcèlement sexuel pendant un séminaire qui nous expliquait que c’est interdit. Un des scénaristes a lu notre note. Le lendemain, il avait modifié le script. Penelope entamait cette étrange relation avec Derek. J’en suis ravie. Au plus je connais Shemar, au plus je l’aime ! Et il me le rend bien. C’est une affection mutuelle complètement inappropriée. Et c’est génial ! J’aimerais que toutes les scènes d’“Esprits Criminels” soient du “Derek et Penelope s’échangent des mots doux au téléphone”. Mais je crois que cela lasserait les spectateurs. Et puis ce n’est pas forcément approprié à tonalité dramatique de la série. Pourquoi pas un spin off (rires) ?

“Je n’y connais rien en informatique”

Penelope est un génie de l’informatique. Est-ce votre cas ?

Non pas du tout. Je suis diplômée en théâtre. Pas en informatique. Par contre ma fiancée est une véritable pro. Elle écrit les codes des applications. C’est son métier. Et je trouve ça totalement assommant. Cela dit j’adore la technologie et j’adore apprendre. Mais je suis meilleure avec une feuille de papier et un crayon.

Si on vous dit que votre personnage ressemble fortement à celui d’Abby (Pauley Perrette) dans NCIS…

Je suis tout à fait d’accord. Je suis une grande amie de Pauley. C’est la personne la plus charmante et la plus cool que je connaisse. Garcia est un dérivé. Au début de la série, les gens disaient : “ Garcia est juste Abby avec une perruque blonde”. C’est vrai. C’est la bizarre de service. Et je fais ce que je peux pour la rendre originale. Mais Abby reste Abby. C’est elle, la recette de base.

Avez-vous des conseillers au FBI ?

Non. Tous les autres membres du casting doivent passer du temps avec des agents qui font le même boulot que leur personnage. Je n’ai pas cette obligation. Mais j’ai entendu dire qu’à Quantico, où “Esprits Criminels” est censé se dérouler, il y a une pièce entière remplie de “Garcias”. Il paraît qu’ils sont très fiers de Penelope. Et qu’ils s’en inspirent un peu. Ils ont la réputation d’être des gens très sérieux. Maintenant, il n’est pas rare que l’un ou l’autre sorte un accessoire fantasque…