“Le rôle d’Adrian me touche”

La huitième saison de « Clem » sera bientôt diffusée sur La Une avec au casting Agustin Galiana 
Agustin revient dans le rôle d'Adrian. @Photonews.

Agustin revient dans le rôle d’Adrian. @Photonews.

Vainqueur de la dernière édition de « Danse avec les stars », Agustin Galiana a été révélé au grand public par son rôle d’Adrian dans la série « Clem ». Présent lors du dernier Festival de Télévision de Monte-Carlo, l’acteur espagnol est revenu sur le programme à succès dont la huitième saison débute sur la RTBF. Souriant et détendu, il se confie sur cette fiction dans laquelle il donne notamment la réplique à Victoria Abril et Lucie Lucas, l’interprète de Clem.
Vous tournez une série dans une langue qui n’est pas votre langue maternelle. Ce n’est pas trop déroutant ?
C’est une véritable chance ! Les comédiens ne sont pas les mieux lotis. En Espagne, seul 10% des comédiens professionnels travaillent. Nous sommes nombreux et il y a peu de projets. Donc c’est un véritable miracle d’avoir trouvé un rôle dans un pays comme la France, un pays dont je ne maîtrise pas la langue. Et c’est aussi un vrai challenge. Cela fait parfois peur car je crains de ne pouvoir faire passer les émotions dans une langue qui n’est pas la mienne.
Votre accent espagnol fait partie du personnage mais suivez-vous des cours de diction pour améliorer votre prononciation ?
Cela fait partie de lui mais je dois être compréhensible par tous donc je bosse comme un dingue. Je suis un bosseur de nature. Je suis une petite fourmi qui travaille, travaille. J’ai besoin de beaucoup de temps pour apprendre les textes mais surtout pour le prononcer comme il faut. Dans la vie quotidienne, je fais aussi un travail sur moi pour essayer de parler doucement. Mais cela fait partie de mon tempérament, je suis quelqu’un d’assez tonique! J’essaie de ralentir un peu la cadence et de prendre le temps de réfléchir et de savoir comment prononcer chaque mot. En espagnol, nous n’avons pas les mêmes sonorités. Les « on », « an », ça n’existe pas donc c’est un véritable boulot de diction et d’articulation.
Victoria Abril vous donne-t-elle des conseils?
Oui, énormément. Et je les prends avec plaisir. Victoria est très intelligente et très investie. Cela fait longtemps qu’elle est en France donc elle me guide pour mieux prononcer certains mots mais elle me donne aussi des conseils de jeu. Elle est vraiment très généreuse.
Parlez-vous espagnol entre vous?
Cela arrive! Alors Philippe Lelouch se plaint ! « Et vous, vous deux, arrêtez de parler avec votre dialecte, on ne comprend rien ».
Comment vos parents réagissent suite à votre succès en France?
Ils sont très fiers de moi ! Cela m’attriste énormément que ma grand-mère n’ait pas eu la chance d’assister à mon succès car c’est elle qui m’a imprégnée de cet esprit artistique, qui m’a donné goût au cinéma, avec qui je m’asseyais sur le canapé pour regarder des films. Elle m’a fait regarder les grands classiques du septième art américain avec Ava Garner, Humphrey Bogart. Cela me fait de la peine qu’elle n’ait pas pu voir ce que je suis en train de vivre en France. Ce n’est pas donné à tout le monde qu’un étranger puisse jouer dans une grosse fiction. Il y a également mon père, qui est professeur de français mais qui ne m’a jamais parlé en français, qui se permet maintenant de se moquer de mon accent !
Ressentez-vous une différence entre la télévision espagnole et française ?
La façon de tourner est la même mais on prend peut-être plus de soin en France. Si en Espagne on va tourner dix scènes sur une journée, en France nous n’allons en tourner que six. Cela donne le temps de mieux préparer. Par rapport à la narration des histoires, l’univers espagnol n’a rien à voir avec l’univers français. En Espagne, pour sortir de cette ambiance morose de la crise, les scénarios font beaucoup appel à la fiction. En France, on n’hésite pas à aborder de vrais thèmes de société. C’est un vrai reflet de la société française.
Il se dit que Lucie Lucas pourrait quitter la série « Clem »…
Je ne sais rien sur la suite de la série. C’est vrai que pour Lucie, ce n’est pas toujours facile, on tourne six à huit mois pendant l’année. Elle est maman, elle a une famille et elle a aussi envie de réaliser d’autres projets. Les tournages de « Clem » l’empêchent parfois de faire autre chose. Cette année, elle a dû refuser de faire un film car les dates de tournage ne coïncidaient pas. Mais Lucie adore son rôle et l’équipe. On ne sait pas ce qui se passera l’an prochain.
La série pourrait-elle survivre au départ de Clem ?
Cette fiction est également très centrée sur le rôle de Victoria Abril donc peut-être qu’elle pourrait survivre à son départ. C’est tout ce que j’espère. Lucie n’a pas encore dit qu’elle partait, elle a juste dit qu’elle était fatiguée. Cela fait huit ans qu’elle est dans ce projet, on peut comprendre qu’elle ait envie d’autres choses.
Pourriez-vous incarner pendant huit le rôle d’Adrian ?
Oh oui ! C’est un rôle qui me touche beaucoup. Il m’a permis de faire décoller ma carrière en France. Et je suis aussi attaché au parcours vécu par le personnage que ce soit par rapport à l’abandon ou à la maladie. Ma mère a eu un cancer et cela a été très difficile pour moi de vivre ça. Je trouve que l’histoire vécue par Adrian est très intéressante à jouer.
Est-ce parfois difficile de jouer un personnage malade ?
Oui, c’est très compliqué de se voir en train de mourir. Dire à l’écran « je veux mourir » car on n’est malade et on n’en peut plus, ce n’est pas facile à dire. Rien que d’en parler, j’ai les larmes aux yeux. Il y a des gens qui vivent cette situation pour de vrai et c’est très touchant.

Paris au coeur d’une série

La ville lumière au centre d’une création de Netflix

Une nouvelle création française signée Netfkix. @Reporters.

Une nouvelle création française signée Netfkix. @Reporters.

Le 23 février, la plateforme de distribution lancera la deuxième saison de sa série “Marseille”. Le géant du streaming confirme que Paris sera au centre de sa nouvelle création. ”Nouveau signe de son attractivité toujours grandissante, Paris sera la star de la prochaine série de Netflix“, se réjouit la maire Anne Hidalgo sur Twitter.

Co-réalisée par Noémie Saglio (réalisatrice de “Connasse, princesse des coeurs“), la série, une comédie romantique de huit épisodes de trente minutes, met en scène Elsa, une trentenaire qui peine à trouver l’amour, entourée de trois amies déterminées à mettre un terme à son célibat.

Je suis très heureuse de représenter l’humour “frenchie“ sur la plateforme“, avait déclaré Noémie Saglio, citée dans un communiqué de Netflix en décembre.

 

“House of Cards” en deuil

L’interprète de Freddy est décédé

L'acteur avait 59 ans. @Photonews.

L’acteur avait 59 ans. @Photonews.

Reg E. Cathey, surtout connu pour son rôle de gérant d’un restaurant de barbecue (Freddy Hayes) dans “House of Cards”, est décédé à l’âge de 59 ans. La nouvelle a été annoncée par David Simon, réalisateur de la série “The Wire”, dans laquelle il jouait également un rôle.

“Pas seulement un bon et talentueux acteur, mais juste l’une des personnes les plus délicieuses, avec laquelle j’ai passé de longues journées sur le plateau”, a tweeté le metteur en scène. L’acteur Samuel L. Jackson a souligné quant à lui “un comédien brillant, humoriste et un ami! Irremplaçable!”.

L’Américain a souffert d’un cancer du poumon mais la cause de son décès n’a pas été précisée.

En 2015, Reg E. Cathey a remporté un Emmy award pour son rôle dans “House of Cards”. Le personnage principal Frank Underwood, interprété par Kevin Spacey, allait régulièrement manger chez son confident au “Freddy’s”.

Marie-Anne Chazel et Sylvie Testud réunies pour Amazon

Les deux actrices seront dans la première série française d’Amazon

Sylvie Testud dans sa première série. @Reporters.

Sylvie Testud dans sa première série. @Reporters.

C’est en 2018 que “Deutsch-les-Landes”,  lapremière création française produite par Amazon Prime Video sera disponible en France et en Belgique Et ce sont deux stars du septième art, Marie-Anne Chazel et Sylvie Testud, qui seront à l’affiche de cette comédie écrite par les scénaristes de “Bienvenue chez les Ch’tis”.

Composée de dix épisodes, cette comédie réunira devant la caméra Marie-Anne Chazel, Sylvie Testud et Roxane Duran. La première sera Martine, maire de Jiscalose, un petit village des Landes au bord de la faillite. Pour sauver sa ville, elle accepte d’en vendre une partie au PDG allemand d’une entreprise automobile, un homme excentrique qui est tombé amoureux de la région. Il décide de délocaliser l’ensemble de sa société et ses salariés en France.

 

“Blacklist” ne séduit plus

TF1 change l’horaire de diffusion de la série 

Megan Boone rassemble de moins en moins de téléspectateurs français. @Photonews

Megan Boone rassemble de moins en moins de téléspectateurs français. @Photonews

Faute d’audiences satisfaisantes, la chaîne française va déplacer la diffusion de la quatrième saison inédite de Blacklist. Un changement qui aura lieu dès le mercredi 28 février.

“Blacklist”, dont l’acteur James Spader – alias “Red” – passe de la première partie de soirée à la troisième, soit à 23h30. Un horaire des plus tardifs… Aux Etats-Unis, la série séduit toujours les téléspectateurs, la cinquième saison étant en cours de production.

La fille de Meryl Streep dans “True Detective”

Mamie Gummer au casting de la troisième saison

Une troublante ressemblance avec sa maman ! @Photonews.

Une troublante ressemblance avec sa maman ! @Photonews.

L’actrice américaine rejoindra la troisième saison de l’anthologie de HBO. La fille de Meryl Streep donnera la réplique à Mahershala et Stephen Dorff dans cette troisième saison attendue en 2019.

Ce troisième volet tentera de relancer l’anthologie de Nic Pizzolotto, encensée par la critique lors de son lancement en 2014 initié par Matthew McConaughey et Woody Harrelson. La deuxième saison, avec un casting cinq étoiles composé de Colin Farrell, Rachel McAdams et Vince Vaughn, n’avait pas été aussi bien accueillie lors de sa diffusion.

Après la Louisiane et Los Angeles, c’est l’Arkansas qui servira de décor aux prochains épisodes et plus précisément les monts Ozarks, déjà utilisés pour la série “Ozark” de Netflix. Cette région boisée et bordée de lacs sera le théâtre d’un crime macabre sur lequel la police enquêtera pendant plusieurs décennies et que les téléspectateurs suivront à travers trois périodes différentes.

Mahershala Ali, oscarisé en 2017 pour son second rôle dans “Moonlight“, et Stephen Dorff (“XIII“) incarneront les détectives en charge de l’affaire. Mamie Gummer campera une jeune mère de famille au centre de cette tragédie tandis que Carmen Ejogo (“Les Animaux fantastiques“) interprétera une institutrice liée aux affaires d’enfants disparus dans les années 80.

La lourde responsabilité d’Antonio Banderas

Incarner Pablo Picasso lui a demandé beaucoup de travail

Antonio Banderas dans la peau du célèbre artiste. @Photonews.

Antonio Banderas dans la peau du célèbre artiste. @Photonews.

Le comédien espagnol Antonio Banderas, qui tourne “Genius Picasso“, série TV pour National Geographic, incarnant le célébrissime peintre, déclare à l’AFP éprouver “une immense responsabilité” à l’égard du “héros de Malaga“.

Sur le tournage de la série, dans les studios de Budapest, le comédien grimé sous les traits d’un Picasso âgé, rappelle que le peintre “est né sur (sa) terre“, à Malaga, capitale d’Andalousie.

Le comédien dit “avoir grandi à l’ombre” de cette “très imposante figure” qui, souligne-t-il, est “probablement l’artiste le plus important du XXe siècle“. ”Quand j’allais à l’école en tenant la main de ma mère chaque matin, nous traversions la place de la Merced“, où se trouve la maison natale de Picasso, se souvient-il, dans un anglais maîtrisé, aux charmants accents ibériques.

Je sais bien que je vais être observé à la loupe et essuyer des critiques“, ajoute-t-il en riant, “comme Picasso savait, en peignant +Les demoiselles d’Avignon+, que certains auraient envie de le tuer parce que ce n’était pas convenable à l’époque“.

La série en dix épisodes, programmée le 24 avril aux Etats-Unis, lui semble “un vecteur très intéressant” pour raconter la vie “d’un tel personnage“.

“Personne n’aime les hôpitaux”

Michaël Youn se confie sur son rôle dans “Les bracelets rouges”
Un rôle des plus sérieux pour Michael Youn. @Photonews.

Un rôle des plus sérieux pour Michael Youn. @Photonews.

Inspirée d’une série espagnole écrite par Albert Espinosa – qui s’est inspiré de sa vie et de ses maladies pour écrire un livre – Les bracelets rouges abordent le thème délicat des enfants malades. Sans vouloir tomber dans le drame, la série de TF1 se plonge avec justesse et émotions dans le quotidien de ces ados et jeunes gosses confrontés au monde médical. Habitué aux comédies, Michaël Youn incarne le père d’une jeune malade. Invité au dernier Festival de Fiction TV de la Rochelle, l’humoriste revient sur ce rôle poignant.
Malgré le sujet délicat, la série ne sombre pas dans le pathos…
A la lecture du script, nous avons vu qu’il n’y avait pas ce côté pathos. Avec un tel sujet, on peut vite tomber dans le côté sombre. Mais on s’est dit que ce scénario était formidable car nous pouvions traiter de ce sujet sans tomber dans des extrêmes larmoyants qui pourraient mettre les téléspectateurs mal à l’aise.
Dans « Les bracelets rouges » vous incarnez le papa de Sarah. Un père un brin soumis !
Il est un peu soumis au départ. C’est un papa divorcé qui a une fille avec beaucoup de caractère, même un très sale caractère ! Quand on est divorcé, on a souvent tendance à vouloir faire plaisir à ses enfants car on éprouve toujours cette culpabilité de ne pas avoir réussi à rester un couple uni pour le bien de l’enfant. Je pense que c’est un père qui culpabilise et du coup, il dit oui à beaucoup de choses. Mais au fil des épisodes, il va quand même récupérer un peu de son autorité paternelle. On va se rendre compte que le simple malaise de sa fille n’est finalement pas un simple malaise. Du coup, elle va vivre à son tour des choses assez difficiles et cela va la faire redescendre sur terre.
Le sujet est très profond. Quelle était l’ambiance de tournage, sachant que vous tourniez dans de vrais hôpitaux ?
Comme l’a dit le réalisateur, ce n’est pas parce que nous sommes dans des endroits où se promènent parfois la mort que la vie ne s’y engouffre pas pour autant. Dès qu’elle voit une porte entre-ouverte, la vie s’y faufile. Mais c’est vrai que l’atmosphère était lourde. Mais sinon, pour répondre à la question, ma réponse est d’une banalité affligeante. « Non, je n’aime pas trop les hôpitaux ». Evidemment ! Est-ce qu’il y a des gens qui aiment vraiment ces endroits. Personne n’aime les hôpitaux et quand on rentre dans ce genre d’endroits, on a tout de suite une drôle de sensation. Ce n’est pas que je suis hypocondriaque mais j’ai quelques tocs ! J’ai le sentiment de pouvoir voir les microbes à l’œil nu. Du coup, j’avais un peu du mal à toucher les murs ou à ouvrir les portes. En arrivant sur le lieu de tournage, je me sentais déjà un peu mal, ce qui était très bien pour mon personnage.
Ce rôle est loin de celui où l’on vous voit normalement évoluer…
Je suis très heureux d’explorer une autre facette de mon métier et de développer une autre partie de mon humanité. Je n’en suis pas sorti indemne.

Meryl Streep dans “Big Little Lies”

Elle y rejoint Nicole Kidman

Une pointure de plus dans la série de HBO. @Photonews.

Une pointure de plus dans la série de HBO. @Photonews.

Déjà dotée d’un casting de rêve, la deuxième saison de “Big Little Lies” voit arriver à son générique Meryl Streep. L’actrice y jouera Mary Louise Wright, la mère de Perry et belle-mère de Celeste, jouée par Nicole Kidman.

Récompensée à la dernière cérémonie des Golden Globes, la série dans laquelle joue également Reese Witherspoon, reviendra sur HBO avec sept nouveaux épisodes. Ils seront réalisés par la Britannique Andrea Arnold et ils se concentreront une nouvelle fois sur la vie quotidienne de plusieurs mères de famille qui ont chacune des petits (et grands) secrets.

Maisie Williams de “GOT” fait marche-arrière

Elle nie avoir divulgué la date de lancement de l’ultime saison

Arya a-t-elle été trop bavarde? @Photonews.

Arya a-t-elle été trop bavarde? @Photonews.

En janvier dernier, dans une interview accordée à “Metro”, l’interprète d’Arya Stark avait lâché une info primordiale, celle de la diffusion de la huitième et ultime saison de “Game of Thrones”. «Nous terminons le tournage en décembre et nous diffusons le premier épisode en avril 2019″, avait-elle confié.

Mais voilà qu’elle revient sur ses propos sur son compte Twitter! «Juste un tweet pour vous dire que cette ‘citation’ sur la date de Game of Thrones que j’aurais soi-disant donnée est complètement fausse et issue d’une interview que j’ai faite il y a plusieurs années», a-t-elle posté.

La jeune femme en aurait-elle trop dit ou “Metro” aurait-il diffusé une fausse information? Un débat qui agite les fans de la série…