“Homeland” s’arrête bel et bien

Claire Danes a confirmé l’information

Claire Danes devra bientôt chercher un autre job ! @Reporters.

Claire Danes devra bientôt chercher un autre job ! @Reporters.

Tout le monde se doutait que la huitième saison de “Homeland” serait la dernière. Un fait confirmé par l’actrice principale de la série. C’est dans l’émission de radio “Howard Stern Show” que Claire Danes a définitivement levé le doute sur un éventuel prolongement de la série “Homeland”. Celle qui joue Carrie Mathison n’a fait que confirmer une information déjà fort répandue sur les réseaux sociaux. “Oui, c’est exact”, a-t-elle dit avant de confier que cet arrêt lui procurait des sentiments “réellement partagés”.

 

Ian Somerhalder de retour chez les vampires

Il a décroché le rôle principal de “V-Wars”

Ian dans la peau d'un médecin prêt à combattre les vampires. @Reporters.

Ian dans la peau d’un médecin prêt à combattre les vampires. @Reporters.

Après avoir joué pendant huit ans dans la série “Vampire Diaries”, Ian Somerhalder a décroché le rôle principal de la série “V-Wars” qui sera prochainement diffusée sur Netflix. Et celui qui jouait Damon Salvatore renoue avec le monde des vampires ! Adaptatée du roman éponyme de Jonathan Maberry, “V-Wars” raconte la vie L’interprète de  dans la du Docteur Luther Swann, un homme qui voit sa vie basculer dans l’horreur lorsqu’un mystérieux virus contamine son meilleur ami, transformant ce dernier en prédateur qui se nourrit de sang humain. Ian incarnera ce médecin.

Cette nouvelle série produite par Netflix devrait compter dix épisodes.

 

“Casa de papel” aura une troisième saison

La série espagnole fait un carton sur Netflix

Les braqueurs sont de retour. @Dr.

Les braqueurs sont de retour. @Dr.

Diffusée en Espagne sur Antena 3, “Casa de papel” est devenue une série événement depuis son apparition sur Netflix. Les abonnés de la plateforme attendaient en nombre la deuxième saison du programme le 6 avril dernier.

Netflix vient d’annoncer officiellement la suite de “Casa de Papel”, avec une sortie en exclusivité sur la plateforme de distribution en 2019. Le Professeur, Tokyo, Rio et les autres seront de retour pour la saison 3, avec de nouveaux braquages en perspective. La minisérie, initialement produite sur la chaîne espagnole Antena 3, sera désormais entièrement produite par le géant du streaming américain, mais toujours réalisée par Alex Pina, qui a signé les deux premiers volets.

Le braquage étonnant de la Fabrique nationale de la monnaie et du timbre espagnole ne semble pas prêt de prendre fin.

 

Hugh Laurie aux côtés de George Clooney

Ils joueront ensemble dans la série “Catch-22″

Hugh Laurie donnera la réplique à George Clooney. @Reporters

Hugh Laurie donnera la réplique à George Clooney. @Reporters

Hugh Laurie et George Clooney – qui ont comme point commun d’avoir tous les deux joués des médecins dans une série télévisée – se donneront la réplique dans “Catch-22″ qui sera diffusée prochainement sur Hulu.

Les deux acteurs participent à l’adaptation télévisée du roman de Joseph Heller dont l’action se déroule durant le Seconde Guerre mondiale en Italie. “Catch-22″ raconte l’histoire du capitaine John Yossarian, un pilote de bombardier de l’U.S. Air Force qui essaye de se faire passe pour un fou pour sauver sa vie mais se heurte à la règle connue sous le nom de “Catch-22” qui implique qu’un homme fou ne voudrait pas arrêter le combat.

Cette mini-série comportera six épisodes -dont certains seront réalisés par George Clooney. La date de diffusion n’est cependant pas encore connue.

Les séries françaises en manque de stars

Aux Etats-Unis, elles sont pourtant nombreuses à avoir franchi le cap

"Dix pour cent", l'exception à la règle ! @Photonews

“Dix pour cent”, l’exception à la règle ! @Photonews

Meryl Streep et Nicole Kidman dans Big little lies, Matthew McConaughey et Colin Farrell dans True Detective, Antonio Banderas dans Genius, Jessica Biel dans The Sinner, mais aussi Glenn Close, Jude Law… De très nombreuses stars du septième art américain ont franchi la frontière autrefois imperméable entre le cinéma et le petit écran. Les séries américaines aiment s’offrir de grands noms bankables et il n’est plus rare d’apercevoir des acteurs oscarisés au générique de certaines productions télévisées. Un phénomène pourtant beaucoup plus rare en France…

En dehors de Kad Merad dans Baron Noir sur Canal+, Carole Bouquet dans La mante diffusée sur TF1 ou encore Gérard Depardieu qui a tourné pour Netflix Marseille, les stars de cinéma sont peu nombreuses à s’inviter dans les séries. Les acteurs français de cinéma ont-ils un ego trop important pour s’abaisser à tourner pour la télévision? La réponse est heureusement un petit peu plus complexe que cela! Les projets télé étant de plus en plus qualitatifs, ce n’est pas la finesse des scénarios qui empêche des Marion Cotillard ou autre Vincent Cassel à se lancer dans le monde des séries. C’est du côté de la… rémunération des acteurs que la réponse pourrait se trouver. Qui dit star de cinéma dit chèque à plusieurs zéros. Des investissements que France Télévisions ou TF1 ne peuvent pas ou plus se permettre dans un contexte de plus en plus concurrentiel où la consommation de la télévision classique ne cesse de baisser. La faute aux spectateurs qui se tournent de plus en plus volontiers vers des plateformes de distribution telles que Netflix.

Netflix, géant dans ce domaine avec près de 120 millions d’abonnés dans le monde, peut se permettre de rémunérer grassement un monstre sacré comme Gérard Depardieu dans Marseille, Naomi Watts dans Gipsy ou encore Kevin Spacey dans House of Cards avant qu’il ne se fasse virer par la production suite à un scandale sexuel. Les télévisions françaises, par contre, historiquement associées au cofinancement du cinéma hexagonal, sont contraintes de faire des choix. Ce n’est donc que sporadiquement que certaines stars françaises se sont invitées dans des séries. On se souvient notamment d’Alain Delon dans le rôle de Fabio Montale. Exception à la règle, depuis l’arrivée de l’excellent Dix pour cent sur France 2, ils ont été nombreux à se bousculer au portillon pour incarner leur propre rôle dans cette série qui décrit avec piquant le quotidien d’une agence gérant la carrière de plusieurs acteurs. Line Renaud, Fabrice Lucchini, Isabelle Adjani ou encore Juliette Binoche y sont apparus le temps d’un épisode.

À l’avenir, les téléspectateurs devraient pouvoir admirer de grandes actrices françaises dans la petite lucarne. Catherine Deneuve, qui a toujours confié être une grande fan de séries télé, a confié qu’elle travaillait actuellement sur un projet de série. Romain Duris sera au casting de l’adaptation de Vernon Subutex de Virginie Despentes et la ravissante Marie Gillain est au générique de Speakerine, prochainement diffusé sur France 2. Quant à Nathalie Baye, elle s’investit dans Nox, la nouvelle série de Canal+, avec un évident plaisir: «Tourner pendant quatre mois offre plus de liberté dans le jeu et l’incarnation d’un rôle. Plus on avance, moins on est dans le contrôle. C’est une différence avec le cinéma. Mais il existe encore en France un certain snobisme: le 7e art serait noble et la télé un pis-aller car c’est du divertissement, gratuit, trop populaire. Pourtant, alors que je dois lire quinze scénarios de film pour en trouver un d’excitant, les séries nous offrent d’autres opportunités, d’autres univers.» Et d’avouer néanmoins avoir un peu hésité avant d’accepter le projet: «Un a priori idiot. J’avais peur d’être embarquée pendant un trop long moment. Une série, c’est un investissement énorme en temps. Or je suis une toquée de la liberté.» Le côté chronophage d’une série est probablement l’autre obstacle majeur qui bloque encore les pointures du cinéma français, en tout cas celles qui enchaînent les rôles grassement payés. Interprète de Sam dans la série éponyme diffusée sur TF1, Emmanuelle Seigner a jeté l’éponge pour cette raison après une seule et unique saison. «C’était speed même si c’était dans des conditions très, très confortables. À la fin, j’en avais une overdose… J’avais six fois plus de texte que pour un grand rôle au cinéma et ça a duré quatre mois, presque cinq, non-stop. Maintenant que j’en ai fait l’expérience, je ne pense pas que je referais d’autres séries. Je n’ai plus l’âge, c’est trop dur.» Et de rajouter dans les colonnes du Parisien: «Une série, c’est fastidieux. Et puis moi, j’aime bien faire un film ou un téléfilm et passer à autre chose. Je n’aime pas rester dans la peau d’un personnage trop longtemps.»

Cela dit, intégrer une star au casting n’est pas automatiquement un gage de qualité ou de succès. Netflix n’a pas reconduit la série Gipsy portée par Naomi Watts. Quant à Marseille, qui réunit Gérard Depardieu et Benoît Magimel, les critiques sont nombreuses et rarement élogieuses. Finalement, on y revient, le succès, c’est encore et toujours un bon scénario, fût-il porté ou non par des acteurs emblématiques…

 

Un nouveau trailer pour “The Handmaid’s Tale”

La saison 2 sera disponible le 25 avril

Elisabeth Moss parfaite dans son rôle de servante. @Reporters.

Elisabeth Moss parfaite dans son rôle de servante. @Reporters.

La deuxième saison de l’excellente série ( qui a été récompensée par a remporté huit Emmy Awards et deux Golden Globes ) distribuée par la plateforme Hulu “The handmaid’s Tale” sera disponible le 25 avril prochain. Après avoir diffusé une première bande annonce, la plateforme a dévoilé un nouveau trailer.

Une seconde saison qui s’annonce encore plus dure et cruelle que la première. La vie à Gilead et la condition des servantes écarlates ne semblent pas s’améliorer.

“Le Chalet” séduit les téléspectateurs

La série angoissante de France 2 réalise de bons scores d’audience

Une ambiance indescriptible règne au chalet... @France2

Une ambiance indescriptible règne au chalet… @France2

«Comptez jusqu’à trois, Messieurs, Mesdames, et l’un de vous disparaîtra. Jamais on ne le reverra…» Une comptine chantée par une voix d’enfant. En arrière-plan, un chalet perdu au milieu de la forêt. C’est le décor planté par France 2 pour sa toute nouvelle série en six épisodes, Le chalet, n’allant pas sans rappeler le principe des Dix petits nègres. Une bande de copains se retrouvent en effet dans cette maison de vacances pour célébrer le mariage de l’un d’entre eux. À peine arrivés, ils se retrouvent coupés du monde suite à l’effondrement du pont menant à ce minuscule village. Un huis clos qui va amener son lot de surprises et d’intrigues. La vie des six habitants de Valmoline et des treize invités de passage va vite se transformer en cauchemar.

Si l’action se déroule en 2017, les téléspectateurs sont également amenés à découvrir la vie de ce village vingt ans plus tôt. À cette époque, une famille était venue s’installer au chalet le temps d’un été. Le temps pour le papa écrivain de trouver l’inspiration pour son nouveau roman. Partis sans demander leur reste, que sont-ils devenus? À Valmoline, le présent et le passé ne semblent former plus qu’un.

Dans un genre rarement exploité à la télévision française, Le chalet choisit la carte du thriller. Dans des décors oppressants, le casting joue la partition du suspense et de l’angoisse avec brio. Une série qui sort enfin des sentiers battus. «L’idée de se placer dans un univers clos et de faire disparaître un à un des personnages a été immédiatement très excitante», explique Alexis Lecaye, l’un des deux scénaristes de la série. «C’est un principe canonique du thriller qui a l’avantage d’être aussi ludique qu’angoissant. Quels sont les univers clos les plus efficaces? La planète Mars, une île éloignée de tout, un village coupé du monde… L’île, c’est assez rebattu depuis Les dix petits nègres d’Agatha Christie, et en France, ce n’est pas trop crédible.» «Restait le village isolé en pleine montagne», rajoute Camille Bordes-Resnais, l’autre scénariste du projet. «C’est un environnement familier et qui véhicule instantanément tout un tas d’images: la forêt, la nuit, le vent dans les arbres, les animaux sauvages, l’angoisse…»

Ballotté entre aujourd’hui et 1997, le public se perdra probablement de temps en temps dans la ligne du temps. Ce n’est évidemment que lors de l’ultime épisode que les deux fils narratifs se rejoindront. «Ce qui nous intéressait, c’était de jouer avec le temps, les époques, en passant de l’une à l’autre sans effets de mise en scène ou d’étalonnage, comme s’il s’agissait effectivement de deux espaces-temps équivalents dont l’imbrication forme un tout», précise Alexis Lecaye. «Ce qui permettait également de mettre en question le lien entre causes et effets. Si on y réfléchit, cela n’a rien d’artificiel. Dans la vie, il nous arrive à tous des choses qui sont le résultat d’événements passés plus ou moins lointains, dont parfois nous n’avions pas même connaissance. En somme, nous ne prenons conscience des causes qu’après leurs conséquences. Et si ces conséquences sont mystérieuses, le risque est alors de se tromper de causes…»

Véritables personnages à part entière, le chalet et le village de la série semblent avoir été créés de toutes pièces pour les besoins du scénario. «Le problème, à vrai dire, n’était pas de les trouver mais de les faire coexister», s’amuse Alexis. «Le chalet est à Chamonix, le village deux cents kilomètres plus loin, en Savoie, et le pont du Diable à quatre cents kilomètres de là, dans le Jura!» «Et pour couronner le tout, il était assez compliqué de tourner dans le chalet. Sous certains angles, on apercevait Chamonix, sous d’autres, le petit train qui passait presque dans le parc! Mais nous tenions à ce chalet, qui est hors norme», précise l’autre scénariste, Camille. «Il ne ressemble pas du tout à un chalet français. Je crois qu’il a été importé en pièces détachées du Canada dans les années 1960. C’était le seul qui avait cet aspect ancien, pas tellement réaliste, presque onirique. Pour moi, c’est une vraie maison de conte de fées. Elle me fait penser à Hansel et Gretel…»

 

Si la réalisation du Chalet est extrêmement soignée, le choix des comédiens l’est tout autant. Le casting choisi par la production réalise des prouesses. De Nicolas Gob à Éric Savin en passant par Blanche Veisberg ou encore Thierry Godard, chacun a trouvé un personnage à sa juste mesure, le tout offrant un résultat des plus réussis. Même si lors du premier épisode, il vaut mieux être bien concentré pour retenir l’identité du casting parfois (trop?) très nombreux.

De “Sex and the city” à la politique

Cynthia Nixon se présente au poste de gouverneur de New York

Cynthia pourra-t-elle compter sur le soutien de ses anciennes partenaires célèbres? @Reporters.

Cynthia pourra-t-elle compter sur le soutien de ses anciennes partenaires célèbres? @Reporters.

Connue par les fans de la série “Sex and the city” pour son rôle de Miranda, l’actrice Cynthia Nixon a choisi de se lancer en politique. Elle a annoncé qu’elle posait sa candidature au poste de gouverneur de New York.

Candidate dans le camp démocrate, elle devra d’abord remporter une élection primaire face à un autre démocrate, le gouverneur sortant Andrew Cuomo.

Les opposants à Cynthia n’ont pas tardé à se faire entendre, ils ne veulent pas d’une femme non-qualifiée, et bisexuelle à la tête de leur état. La star de 51 ans peut cependant compter sur le soutien de nombreux citoyens qui se sont déplacés en masse pour son premier meeting.

Après Arnold Schwarzenegger en Californie, New York pourrait à son tour avec une ancienne star d’Hollywood à sa tête.

Hugh Laurie dans The Crown !

Il pourrait jouer l’époux d’Elizabeth II

Hugh Laurie bientôt à Buckingham ? @Reporters.

Hugh Laurie bientôt à Buckingham ? @Reporters.

Si c’est Paul Bettany qui était censé incarner le prince Philip dans la troisième saison de la série royale de Netflix, ce dernier a finalement renoncé au rôle. Et c’est l’interprète de l’inoubliable Dr House qui pourrait dès lors incarner le mari d’Elizabeth II dans le programme.

Afin de coller au mieux avec la réalité et le vieillissement des personnages, la production avait annoncé que les acteurs initiaux seraient remplacés pour le troisième chapitre de The Crown. Hugh Laurie devrait jouer aux côtés d’Olivia Colman dans  cette saison qui couvrira la période allant de 1960 à 1980.

Michel Cymes, du stéthoscope à l’écran

Michel Cymes s’est prêté au jeu de la comédie dans la série de France 3 Meurtres à…

Le médecin endosse la blouse d'acteur. @Reporters.

Le médecin endosse la blouse d’acteur. @Reporters.

Le temps d’un épisode, le docteur le plus connu du PAF a laissé tomber son stéthoscope pour enfiler le costume de comédien. Un rôle pourtant assez proche de la réalité, Michel Cymès incarnant un… médecin dans ce nouveau chapitre de la série.

Les spectateurs vous avaient déjà vu dans La vérité si je mens 3. Avez-vous accepté tout de suite de tourner dans Meurtres à…?

Oui car c’était vraiment du sur-mesure. France 3 avait envie que je le fasse, le producteur est celui avec qui je travaille depuis 25 ans et on m’a proposé ce rôle avant même que le scénario soit écrit, en sachant qu’il allait être pensé complètement pour moi.

C’est assez flatteur, non?

C’est même plus que ça, c’est gênant! Mais c’était rassurant car comme je ne suis pas acteur, ce n’était pas non plus un rôle où je devais sortir complètement de ce que je suis dans la vie.

Avez-vous suivi des cours de comédie?

Non, tout ce que j’ai fait en dehors de ma vie à l’hôpital, de mon métier de médecin, je l’ai fait en y allant avec ce que j’étais, avec le plus de naturel et de spontanéité possible. Je n’ai pas pris de cours pour la télé ni pour la radio. Les seuls moments où l’on m’a enseigné quelque chose, c’est durant mes études de médecine. Je suis ami avec Philippe Lelièvre et Bruno Solo. À un moment, je me suis dit que j’allais leur demander des conseils mais finalement nous n’avons pas trouvé le temps pour nous voir. Je me suis dit que ce n’était pas si grave car j’avais déjà eu l’expérience de certains courts-métrages mais aussi parce que je suis quelqu’un de très observateur, je suis une éponge. Je me suis dit que j’allais y aller en observant les autres dont c’est le métier, particulièrement Hélène Seuzaret qui est ma partenaire dans le téléfilm. J’ai été très à l’écoute des conseils des autres et du réalisateur tout en restant le plus naturel possible.

Pourriez-vous accepter un rôle autre que celui d’un médecin?

Très franchement, beaucoup de gens me demandent si je vais à nouveau tourner. Mais je ne sais pas! En jouant un médecin, je ne voulais pas créer la confusion dans la tête de mes patients. Pour être honnête, je n’ai pas encore visionné l’épisode dans lequel je joue. Je le verrai lors d’une projection dans le village d’Oléron où nous avons tourné. Je ne sais pas ce que je vais ressentir en voyant le film et je verrai ensuite s’il y a un avenir ou non pour moi dans ce registre, que ce soit dans un rôle de médecin ou non.

Quel aspect de la comédie avez-vous trouvé le plus difficile?

Sans vouloir révéler le film, il y a eu des scènes d’action assez compliquées à tourner. J’ai travaillé avec un cascadeur et c’est parfois difficile de combiner mille choses différentes. Il faut tourner sa cascade, retenir son texte et le tout en restant le plus naturel possible. Heureusement, j’étais bien entouré.

Et qu’est-ce qui vous a le plus amusé?

J’ai aimé entrer dans la vie d’un autre. C’est assez étonnant et déstabilisant. En dehors de la fiction, cela ne peut pas vous arriver dans la vie, à moins d’être malade psychologiquement! Pendant un mois, je n’étais plus moi, j’étais mon personnage.