Le pari de Tf1 de privilégier l’aspect famille, plutôt que le côté explorateurs, n’a pas été payant.  Une fois de plus, les téléspectateurs sont partis explorer d’autres chaînes.

Pour faire de Gianni Ferrone un homme, un vrai, c’est comme son couvre-chef. C’est fichu. ©Tf1

Hier soir, on a pu découvrir le premier épisode « compressé » de Familles d’Explorateurs.  Montage plus nerveux, rythme accéléré et surtout, parti pris de la prod’ de mettre l’accent sur la vie des familles et la cuisine interne de chacune des tribus.  Quant aux magnifiques paysages australiens, qui en avaient sauvé plus d’un du KO par ennui, ils passent carrément à la trappe.  Pour ce qu’on en a vu, l’épisode de hier aurait aussi bien pu être tourné à Cergy-Pontoise.  Ou presque.  Sinon, que retiendra-t-on de ce dernier rendez-vous avant la finale ?  L’élimination de Samantha Zorra et de Rémi Fiasson, bien sûr.  Mais aussi, les bonnes réplique d’Estelle Fiasson, toujours aussi fielleuse, qui traite Jean-Baptiste L’Appartien de « petit prétentieux encore dans les jupons de sa maman ».  Mais Thierry Zorra n’a rien à lui envier, qui déclare à son propos: « Je pense qu’elle a dû reconnaître qu’elle n’a pas à mettre sa cuillère dans la soupe des autres. »  C’est beau comme du Eve Angeli.  Mais l’image du jour restera, sans conteste, celle de Gianni Ferrone.  A 24 ans, cet émule de Giuseppe entreprend, pour la première fois de sa jeune vie, de laver son linge.  Tout seul, comme un grand.  Il faut croire que ce n’était pas la bonne chose à faire.  Puisque, malgré ses efforts et ceux de la prod’ conjugués, ce soir-là, les audiences étaient une fois de plus en berne.  On aurait dû lui dire, pourtant, qu’il vaut mieux laver son linge sale en famille.