L’ex-bidasse de Première Compagnie s’est confiée au micro de Laurent Argelier.  Une interview désarmante ?

Quand Douchka était une star des studios Disney, les enfants la trouvaient chouette. Aujourd’hui, ils la trouvent juste couette. ©Reporters

C’est l’histoire d’une princesse Disney qui, après avoir beaucoup chanté, a dû beaucoup déchanter.  Douchka n’est ni la première, ni la dernière, à découvrir qu’au royaume de Mickey, il n’y a que les robes de Minnie qui soient roses.  Dans une bio intitulée « Mes ailes brûlées », elle revient sur son passé de teen star et sa « descente aux enfers ».  Cela dit, n’est pas Britney Spears qui veut puisque, en matière de transgression majeure, la chanteuse se contente d’évoquer le cannabis qui l’a « accompagnée pendant quelques mois ».  Sinon, Douckka parle sans tabou de sa participation à Première Compagnie, qu’elle considère comme un « tremplin » et qui lui aurait rapporté pas moins de 70.000 euros.  A la fin de l’interview, la blonde reconnaît qu’elle n’est plus un cœur à prendre et, même si elle affirme « ne plus croire à l’amour unique », elle semble avoir enfin trouvé un peu plus de sérénité.  Elémentaire, mon cher Baloo ?