On le savait déjà, l’abus de téléréalité peut nuire à la santé mentale.  Ce n’est pas la famille de Paris Hilton qui vous dira le contraire.

Paris Hilton, un style et une carrière tout simplement renversants. ©Reporters

L’autre jour, Paris et sa maman étaient les invitées de Piers Morgan, sur CNN, histoire de parler de la nouvelle téléréalité « The World According to Paris ».  L’occasion, également, de revenir sur une carrière entièrement construite sur un vide abyssal et, ceci explique peut-être cela, de parler des aléas de la célébrité.  Ainsi, à propos de la fameuse sex-tape que son charmant petit copain de l’époque, Rick Salomon, s’était empressé de vendre au plus offrant, la jeune femme a déclaré: « Je ne voulais pas devenir connue de cette manière. Maintenant, quand les gens me regardent, ils me prennent pour quelqu’un que je ne suis pas.  A cause de cet incident d’une nuit, avec un homme que j’aimais. »  Avant d’ajouter: « Les gens pensent que je suis une salope et c’est difficile.  Parce que je vais devoir vivre avec ça toute ma vie et l’expliquer à mes enfants. C’est quelque chose qui a changé ma vie et que je ne pourrai jamais oublier. »  Et la maman de la blonde héritière d’enfoncer le clou: « Elle n’a plus quitté la maison pendant des mois, après la diffusion de cette vidéo. Toute la famille a dû suivre une thérapie. »  Encore un peu et l’on compatirait.  Presque.  Ce que Paris ne mentionne pas, c’est que, sans cette sex-tape, on ne parlerait plus d’elle aujourd’hui.  C’est cet enregistrement, visionné des millions de fois,qui a fait d’elle cette princesse au petit pois (dans le cerveau) dont, à longueur d’année, on épie les moindres faits et gestes.  Et, par la même, lui a permis d’engranger quelques millions supplémentaires.  Reste qu’on veut bien croire que ce n’est pas tous les jours facile à gérer.  On peut difficilement s’essayer au X sans être amené à faire une croix sur sa dignité.