La guerre des clans, soigneusement montée en sauce par la prod’, continue à faire rage à l’intérieur de la Maison des Secrets.  Voir toutes les photos de Secret Story 5.

Les parents de Geoffrey ont l’air très impressionné par la propreté limite aseptisée qui règne dans la Maison. ©Tf1

Aurélie et Zelko ont fait un pacte de non-agression.  Aurélie s’est engagé à ne pas nominer Morgane.  En échange, Zelko n’enverra pas non plus la Belge dans le sas.  Comme Geoffrey bénéficie d’une immunité, le calcul est vite fait.  C’est forcément Marie qui doit s’y coller.  Aurélie tente de la convaincre que, face à Juliette, elle a toutes les chances de l’emporter.  Mais ça ne marche pas.  Ken et Barbie ne l’entendent pas de cette oreille.  Sinon, pour pimenter les choses, la Voix propose à chaque clan de se choisir un nom.  Encore un ! On a droit aux « Résistants », pour le clan d’Aurélie, et aux « Dieux de l’Olympe », pour celui de Zelko.  C’est beau la modestie, quand même.  Les deux chefs de clan, Aurélie et Zelko, vont jusqu’à parier un massage sur la victoire de Marie que, par ailleurs, les Dieux du Stade ont gentiment surnommée J-5.  Pendant ce temps-là, Aurélie et Zelko reprennent leur mission séduction.  Laquelle, au plus fort de la guerre des clans, tournent aux amours contrariées façon Roméo et Juliette.  Personne n’est vraiment dupe.  Sauf Marie qui, évidemment, en profite pour se ronger les sangs.  Et si Aurélie était sur le point de passer au camp adverse ?  Tout ça, par amour ?  On ne dira jamais assez les ravages de la collection Arlequin sur le cerveau des jeunes filles.  Sinon, les parents de Marie, et ceux de Geoffrey itou, débarquent dans la Maison.  Pas de bol, la jeune fille ne reconnaît même pas ses propres parents.  Tu parles d’un concentré de blonde.  Justement, Papa et Maman sont venus pour remonter les bretelles à la petite Marie.  Ils en ont marre que leur fille joue les paillassons pour le beau Geoffrey et vont jusqu’à se demander – oh sacrilège ! – si l’amour n’a pas déserté le coeur de ce dernier.  Pire encore, ils suggèrent que leur belle enfant serait trop dépendante de son amoureux.  Marie ?  Nââââân !  Sérieusement recadré, Geoffrey promet qu’il se comportera désormais en gendre idéal.  Ouais, on est d’avis que ce n’est pas gagné.